Emploi, affaires sociales et inclusion

Garantie pour la jeunesse

En quoi consiste la garantie pour la jeunesse?

La garantie pour la jeunesse est un engagement pris par l’ensemble des pays de l’UE de veiller à ce que tous les jeunes âgés de moins de 25 ans puissent bénéficier:

  • d'un emploi,
  • d’une formation continue,
  • d’un apprentissage,
  • d'un stage

dans les quatre mois qui suivent la perte de leur emploi ou la fin de leurs études.

Tous les pays de l’UE se sont engagés à mettre en œuvre la garantie pour la jeunesse dans une recommandation du Conseil d’avril 2013.

Fiche d'information – Communication sur la garantie pour la jeunesse et l’initiative pour l’emploi des jeunes: questions et réponses (octobre 2016)

Résultats obtenus à ce jour

La garantie pour la jeunesse est devenue une réalité dans toute l’Union européenne. Elle a contribué à améliorer la vie de millions de jeunes Européens.

  • Depuis 2014, plus de 5 millions de jeunes participent chaque année à des dispositifs de la garantie pour la jeunesse.
  • Depuis 2014, chaque année, plus de 3,5 millions de jeunes inscrits dans des dispositifs de garantie pour la jeunesse ont accédé à un emploi, une formation continue, un stage ou un apprentissage. 
  • Près des deux tiers des jeunes qui sont sortis de la garantie en 2016 ont accepté une offre d’emploi, de formation, de stage ou d’apprentissage.
  • L’initiative pour l’emploi des jeunes a fourni une aide directe à plus de 1,7 million de personnes dans toute l’UE.

Vidéos: Garantie pour la jeunesse/ Initiative pour l’emploi des jeunes: témoignages et projets

Quatre ans après la création de la garantie pour la jeunesse, la situation des jeunes sur le marché du travail s’est sensiblement améliorée:

  • l’UE compte près de 2 millions de jeunes chômeurs et 1 million de jeunes «NEET» (ne travaillant pas et ne suivant ni études ni formation) de moins.
  • Le taux de chômage des jeunes a fortement baissé, passant d’un niveau record de 23,7 % en 2013 à 18,7 % en 2016.
  • La part des 15-24 ans sans emploi et ne suivant ni études ni formation (NEET) est passée de 13,2 % en 2012 à 12 % en 2016.

Même si ces tendances s’expliquent aussi par des facteurs conjoncturels, la garantie pour la jeunesse accélère les progrès en améliorant les perspectives des jeunes.

Communication: la garantie pour la jeunesse et l’initiative pour l’emploi des jeunes, trois ans après

Fiche d’information sur la garantie pour la jeunesse et l’initiative pour l’emploi des jeunes, trois ans après

Réussites

Dans l’ensemble des États membres, la garantie pour la jeunesse a considérablement facilité les réformes structurelles et l’innovation dans la conception des politiques. De 2013 à 2015, les États membres ont adopté au total 132 mesures ciblant les jeunes sur le marché du travail, ce qui montre l’importance accordée aux politiques pour l’emploi des jeunes. Les États membres peuvent être répartis en trois groupes, en fonction de l’importance des réformes entreprises sous l’impulsion de la garantie pour la jeunesse.

Image montrant les pays répartis en trois groupes Le premier groupe réunit les pays où la garantie a accéléré le rythme des réformes:  Belgique, Bulgarie, Croatie, France, Hongrie, Italie, Lettonie, Lituanie, Pologne, Portugal et Slovénie. Pays formant le groupe

D’importantes réformes et mesures innovantes ont été adoptées dans le cadre des dispositifs nationaux de garantie pour la jeunesse.

  • Ainsi, en Bulgarie, un réseau de médiateurs pour la jeunesse a été mis en place en 2015 pour aller à la rencontre des NEET sur le terrain. Ces médiateurs servent d’intermédiaires auprès des organismes publics qui assurent les services d’aide sociale, de santé, d’éducation et autres.
  • En Espagne, le système d’apprentissage a été profondément réformé, et le nombre d’apprentis est passé de 4 000 à 15 000 en trois ans seulement (entre 2013 et 2016). Au cours de la même période, le nombre d’entreprises participant à l’apprentissage a bondi de 500 à 5 660.
  • En 2015, la Finlande a instauré des guichets uniques pour l’orientation des jeunes, qui visent à améliorer et simplifier les services destinés aux jeunes et à éliminer les aides faisant double emploi. Présents pour l’instant dans 35 localités, ces guichets offrent des services faciles d’accès à tous les jeunes de moins de 30 ans, notamment une orientation et un accompagnement personnalisés, une aide dans la vie quotidienne, un soutien pour élaborer un projet professionnel et acquérir des compétences sociales, ainsi qu’un appui en matière d’éducation et d’emploi.

Le document de travail de la Commission sur la mise en œuvre de la garantie pour la jeunesse et le fonctionnement de l'initiative pour l'emploi des jeunes offre une vue d’ensemble des mesures et des réformes entreprises au niveau national.

Comment les dispositifs de garantie pour la jeunesse ont-ils été mis en place?

La création et la mise en place d’un dispositif de garantie pour la jeunesse nécessitent une étroite coopération entre les principaux intervenants: pouvoirs publics, services pour l'emploi, conseillers d'orientation, établissements d'enseignement et de formation, services d'aide aux jeunes, entreprises, employeurs, syndicats, etc.

Il est indispensable d’intervenir de façon anticipée et rapide pour soutenir l’activation des jeunes. Dans de nombreux cas, des réformes structurelles sont nécessaires, notamment pour améliorer les systèmes d’éducation et de formation professionnels et renforcer la capacité des services publics de l’emploi à mettre en œuvre la garantie pour la jeunesse.

L’UE aide les États membres à mettre en place leurs dispositifs nationaux de garantie pour la jeunesse en leur apportant un soutien financier et administratif important et en organisant des activités d’apprentissage mutuel. En particulier, la Commission européenne aide chaque État membre à élaborer et appliquer son propre plan national de mise en œuvre de la garantie pour la jeunesse. La Commission facilite également l'échange de bonnes pratiques entre les États membres, notamment au moyen du programme d’apprentissage mutuel de la stratégie européenne pour l’emploi.

Rapport coûts-bénéfices de la garantie pour la jeunesse

Selon des études récentes, les bénéfices de la mise en place de dispositifs nationaux de garantie pour la jeunesse sont largement supérieurs aux coûts. Le coût total de la mise en place des dispositifs dans tous les pays de l’UE est estimé à environ 50 milliards d'euros par an, soit 0,39 % du PIB (source: EUROFOUND - Social Inclusion of Young People).

Toutefois, il serait beaucoup plus coûteux de ne rien faire. Selon les estimations, les jeunes sans emploi, ni éducation ou formation coûtent 162 milliards d'euros par an à l'UE (1,21 % du PIB) en allocations et pertes de revenus et d'impôts (source: Eurofound - Mapping youth transitions in Europe).

Les mesures en faveur de la garantie pour la jeunesse ne sont pas toujours coûteuses. Le renforcement de la coopération entre les différents intervenants, par exemple, ne requiert pas un budget important.

Financement

Pour que le dispositif donne des résultats, les budgets nationaux doivent accorder la priorité à l'emploi des jeunes, en vue d'éviter des coûts plus élevés à l’avenir. L'UE complétera les dépenses des États membres au moyen du Fonds social européen et de l’initiative pour l’emploi des jeunes.

Partager cette page