Chemin de navigation

Garantie pour la jeunesse

Garantie pour la jeunesse

De quoi s'agit-il?

La «garantie pour la jeunesse» est une nouvelle initiative qui vise à lutter contre le chômage des jeunes en proposant à tous les jeunes de moins de 25 ans, qu'ils soient inscrits au chômage ou non, une offre de qualité, dans les 4 mois suivant la fin de leur scolarité ou la perte de leur emploi.

Cette offre doit consister en un emploi, un apprentissage, un stage ou une formation continue et être adaptée aux besoins et à la situation de chacun.

Les pays de l'UE ont adopté le principe de la garantie pour la jeunesse en avril 2013 (recommandation du Conseil).

Memo - Garantie pour la jeunesse: Questions et réponses (février 2015)

Comment le dispositif est-il créé?

La création et la mise en place de la garantie pour la jeunesse nécessitent une étroite coopération entre les principaux intervenants: pouvoirs publics, services pour l'emploi, conseillers d'orientation, établissements d'enseignement et de formation, services d'aide aux jeunes, entreprises, employeurs, syndicats, etc.

Une intervention et une activation rapides sont essentielles. Dans de nombreux cas, des réformes sont nécessaires, notamment pour améliorer les systèmes d'éducation et de formation professionnels.

La Commission européenne a aidé chaque pays de l'UE à élaborer son propre plan national de mise en œuvre de la garantie pour la jeunesse et à le mettre en œuvre. Elle soutient également des actions d'information sur la mise en place de la garantie au travers d'un projet pilote mené dans quatre États membres.

La Commission facilite également l'échange de bonnes pratiques entre les États membres, notamment au moyen du programme d’apprentissage mutuel de la stratégie européenne pour l’emploi.

Un cas exemplaire

La Finlande a mis en place un vaste dispositif de garantie pour la jeunesse. Selon une évaluation d'Eurofound,  en 2011, 83,5 % des jeunes sans emploi ont retrouvé du travail grâce à une offre reçue dans les trois mois suivant leur inscription au chômage. Le dispositif finlandais a permis de préparer plus rapidement des plans personnalisés et de réduire ainsi le chômage.

Pour d'autres initiatives nationales similaires, voir le document de travail de la Commission (en 22 langues).

Rapport coûts-bénéfices de la garantie pour la jeunesse

Bien qu'il soit impossible de donner des chiffres précis tant que chaque pays de l'UE n'aura pas défini exactement comment il compte appliquer le dispositif, de récentes recherches montrent que les bénéfices sont bien supérieurs aux coûts.

Le coût total de la mise en place du dispositif dans la zone euro est estimé à 21 milliards d'euros par an, soit 0,22 % du PIB. (Source: rapport de l'OIT – La crise de l'emploi dans la zone euro)

L'absence d'action serait beaucoup plus coûteuse. Selon les estimations, les jeunes sans emploi, ni éducation ou formation coûtent 153 milliards d'euros par an à l'UE (1,21 % du PIB) en allocations et pertes de revenus et d'impôts. (Source: rapport d'Eurofound sur le chômage des jeunes)

Les mesures en faveur de la garantie pour la jeunesse ne sont pas toujours coûteuses. Le renforcement de la coopération entre les différents intervenants, par exemple, ne demande pas de disposer d'un gros budget.

Financement

Pour que le dispositif donne des résultats, les budgets nationaux doivent accorder la priorité à l'emploi des jeunes, afin d'éviter d'augmenter les coûts futurs.

L'UE complétera les dépenses des États membres au moyen du Fonds social européen et des 6 milliards d'euros alloués à l'Initiative pour l’emploi des jeunes.

 

    Partager

  • En parler sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+