Emploi, affaires sociales et inclusion

Compétences et qualifications

Les évolutions technologiques, tout comme les défis mondiaux et démographiques, modifient constamment notre manière de travailler, d’apprendre, de participer à la société, et notre quotidien. Avoir des compétences adéquates nous permet de nous adapter à ces changements et de nous assurer un certain bien-être, tout en contribuant à la société, à la productivité et à la croissance économique.

Aujourd’hui, chaque personne doit disposer de toute une série de compétences allant des compétences de base, telles que la lecture, le calcul et les compétences numériques, aux compétences professionnelles ou techniques, en passant par les compétences entrepreneuriales et les compétences transversales, comme les langues étrangères ou encore la capacité d’apprendre et de prendre des initiatives.

L’Europe est aujourd’hui confrontée à différents défis:

  • Un Européen sur cinq, proportion inacceptable, a encore des difficultés à lire et à écrire; et le nombre d’Européens ayant des lacunes en calcul et en compétences technologiques est plus élevé encore. Une grande partie des migrants et des demandeurs d’asile n’ont pas acquis les compétences de bases et connaissent encore mal la langue de leur pays d’accueil. Ils ont donc plus de risques de connaître le chômage, la pauvreté, et l’exclusion sociale.
  • En Europe, beaucoup de personnes ne trouvent pas d’emploi parce qu’elles n’ont pas les bonnes compétences ou parce qu’elles occupent des postes qui ne correspondent pas à leurs talents. En effet, 30 % des diplômés de l’enseignement supérieur occupent des postes pour lesquels aucune qualification universitaire n’est requise.
  • Par ailleurs, 40 % des employeurs ne parviennent pas à pourvoir leurs postes vacants avec des profils ayant les bonnes compétences, et trop peu de personnes sont prêtes et disposent de l’état d’esprit et des compétences nécessaires pour créer leur propre entreprise ou pour rechercher d’autres pistes d’emploi.

En Europe, l’enseignement et la formation relèvent de la compétence des États membres. Si les marchés du travail nationaux et régionaux, tout comme les systèmes d’enseignement, font chacun face à des défis qui leur sont propres, les États membres connaissent néanmoins les mêmes problèmes et disposent des mêmes possibilités.

C’est pourquoi les initiatives européennes en matière de compétences ont pour objectif de mobiliser l'ensemble des parties prenantes européennes autour des axes d’action suivants:

Des recommandations par pays en matière de développement des compétences sont adressées chaque année à de nombreux États membres afin d’orienter l’élaboration de leurs politiques nationales.

Un soutien à l’élaboration de stratégies nationales en matière de compétences, apporté conjointement avec l’OCDE, est à la disposition des États membres pour les aider à élaborer des réponses politiques concrètes, alors que le financement alloué par l’UE contribue à donner vie à ces politiques:

Par le passé, la Commission a proposé une série d’actions politiques, notamment «Des compétences nouvelles pour de nouveaux emplois» et Repenser l’éducation, destinées à relever les principaux défis et à traiter les questions relatives aux compétences.

Le 10 juin 2016, elle a adopté une nouvelle Stratégie en matière de compétences pour l'Europe complète, laquelle contient dix actions visant à aider, en Europe, les individus à acquérir de meilleures compétences.

Partager cette page