Chemin de navigation

Actualité rss

Emploi: les travailleurs les moins qualifiés rencontrent de plus en plus de difficultés à trouver un travail

23/06/2014 Emploi: les travailleurs les moins qualifiés rencontrent de plus en plus de difficultés à trouver un travail

Les travailleurs peu qualifiés sont confrontés à des difficultés croissantes pour trouver un emploi, à une plus grande précarité et à la concurrence des personnes de niveau de qualification intermédiaire, qui les évincent même dans la catégorie des professions élémentaires. En revanche, les perspectives d’emploi se multiplient pour certaines professions très qualifiées.

Tels sont les principaux résultats du Rapport européen sur les emplois vacants et les recrutements de 2014 publié aujourd’hui. Ce rapport met aussi en lumière la hausse du travail temporaire et à temps partiel pendant la crise et souligne la nécessité de mieux soutenir le passage de l’école à l’emploi, de réduire la segmentation des marchés du travail et d’améliorer les compétences des demandeurs d’emploi, singulièrement pour les moins qualifiés d’entre eux.

Le rapport sur les emplois vacants analyse les différents aspects de l’emploi dans les États membres pendant la période de récession.

Trois groupes de pays ont été définis en fonction des conditions régnant sur leur marché du travail:

  • un premier groupe durement touché par la récession (comprenant entre autres la Grèce, l’Espagne et le Portugal), où les jeunes occupaient des emplois non qualifiés, aux débouchés médiocres;
  • un deuxième groupe incluant les pays qui s’en sont le mieux sortis durant la crise (tels que l’Allemagne, l’Autriche ou la Suède), où l’embauche a régressé de manière marginale, mais où le niveau d’éducation des personnes embauchées à un poste correspondait bien au niveau de qualification requis pour celui-ci;
  • un troisième groupe de pays (Hongrie, Pologne, Slovaquie, etc.) se caractérisant par des pénuries de main-d’œuvre dans certaines professions très qualifiées.

Principaux constats du rapport

  • Emploi: avec 218 millions de personnes ayant un travail, les chiffres de l’emploi en 2012 ont reculé de 2,6 % par rapport à 2008 dans l’Union européenne. Seuls cinq pays (Belgique, Allemagne, Malte, Autriche et Suède) ont retrouvé tant leur PIB que leur niveau d’emploi d’avant la crise.
  • Offres d’emploi et embauches: entre 2008 et 2012, les offres d’emploi et les embauches ont respectivement diminué en moyenne de 19 % et 14 %, des variations considérables étant par ailleurs observées d’un pays à l’autre. Les recrutements dans les États membres de l’est et du sud de l’Union, en particulier, ont fortement reculé, une baisse de 25 % ou plus par rapport aux niveaux enregistrés avant la crise ayant été notée en Grèce, en Espagne, en Roumanie, en Slovénie et en Slovaquie.
  • Jeunes demandeurs d’emploi: les jeunes peu qualifiés ont été les plus durement touchés par la crise. Dans cette catégorie, l’embauche a chuté d’un tiers (31 %) entre 2008 et le deuxième trimestre de 2013. Le taux d’embauche des jeunes, généralement élevé, ne se traduit pas par une réduction significative de leur taux de chômage du fait de l’ampleur des rotations de personnel.
  • Types de contrat de travail: les contrats temporaires et atypiques sont devenus plus fréquents entre 2008 et 2012. En 2012, 58 % des recrutements ont donné lieu à la conclusion de contrats de travail temporaire, pour la plupart non désirés, ce qui prouve que les demandeurs d’emploi étaient contraints d’accepter des postes de travail temporaire ou à temps partiel. Dans les «professions élémentaires», plus de 70 % des embauches ont été effectuées au moyen d’un contrat de travail temporaire. Les auteurs du rapport mettent en garde contre les possibles effets négatifs de l’emploi temporaire sur l’évolution des carrières.
  • Professions recherchées: parmi les professions qui se développent le plus rapidement, celles requérant un niveau supérieur de qualification dominent largement. L’emploi croît fortement dans les secteurs du logiciel, de la vente et des soins aux personnes, ainsi que dans la profession d’infirmière. C’est entre autres dans les emplois nécessitant un niveau de qualification faible ou intermédiaire, et en particulier dans les métiers manuels, que les effectifs ont le plus reculé entre 2011 et 2012. La baisse des effectifs a été particulièrement prononcée dans la construction (17 % en moyenne dans l’Union, mais jusqu’à 50 % en Irlande, en Grèce, en Espagne et en Lituanie) et dans l’industrie manufacturière (10 % en moyenne dans l’Union, mais jusqu’à 20 % ou plus dans ces quatre pays).
  • Niveau d’éducation requis: une contraction de l’embauche des travailleurs faiblement qualifiés (4 %) a été observée entre 2008 et 2014 dans toutes les grandes catégories professionnelles, y compris celle des professions élémentaires. Cette contraction de l’embauche a été particulièrement marquée dans les pays baltes et plus encore au Portugal. Il faut peut-être y voir le signe d’une dégradation du marché de l’emploi poussant les travailleurs au niveau de qualification intermédiaire à accepter des emplois peu qualifiés.

Conclusions du rapport

Dans les conclusions du rapport, l’accent est mis sur la nécessité, pour les États membres, de lancer des initiatives de soutien aux demandeurs d’emploi telles que celle intitulée «Garantie pour la jeunesse».

Les ressources des Fonds structurels de l’Union européenne sont disponibles jusqu’en 2020 pour la lutte contre les grands problèmes socioéconomiques auxquels l’Europe est confrontée: plus de 80 milliards d’euros (prix courants) doivent ainsi être investis dans le capital humain par le Fonds social européen.


autres actualités

    Partager

  • En parler sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+