Chemin de navigation

Actualité rss

La Commission améliore le réseau EURES d’aide à la mobilité des demandeurs d’emploi

26/11/2012 La Commission améliore le réseau EURES d’aide à la mobilité des demandeurs d’emploi

Une décision visant à moderniser et à améliorer EURES, le réseau paneuropéen de l’emploi, a été adoptée par la Commission européenne.

Cette décision permettra d’accroître la mobilité des travailleurs entre les États membres et posera les jalons d’un véritable marché de l’emploi européen. La réforme d’EURES a pour but d’aider les demandeurs d’emploi à entrer plus facilement en relation avec des employeurs recherchant des compétences particulières, de cibler davantage les secteurs et les métiers en déficit de main-d’œuvre qualifiée et de soutenir des programmes de mobilité axés sur les jeunes.

Malgré un taux de chômage élevé (plus de vingt-cinq millions de personnes dans l’UE), il existe encore des pénuries de main-d’œuvre et des emplois difficiles à pourvoir. De fait, le nombre de postes vacants est en augmentation depuis le milieu de 2009, notamment dans les domaines à forte croissance, comme les technologies de l’information et de la communication ou l’économie verte.

Le réseau de placement EURES réunit actuellement trente et un services européens de l’emploi basés dans les États membres de l’Union, dans les pays de l’EEE (la Norvège, l’Islande et le Lichtenstein) et en Suisse. Grâce à la décision récente de la Commission, EURES sera en mesure de répondre directement à des besoins économiques spécifiques, en faisant activement correspondre les demandes de chômeurs ou de personnes souhaitant changer d’emploi avec les vacances disponibles. En outre, les employeurs auront un meilleur accès à un réservoir de candidats dans lequel ils pourront trouver les qualifications nécessaires pour développer et faire croître leur entreprise.

Avec cette réforme, EURES deviendra un service plus orienté vers les jeunes (davantage enclins à la mobilité) et inclura des formules d’emploi mêlant travail et possibilités de formation, comme l’apprentissage. Enfin, son portail web sera refondu afin d’intégrer des outils de mise en correspondance plus conviviaux et d’offrir des informations sur le marché du travail axées sur les compétences.

La réforme augmentera le nombre de partenaires proposant des services d’aide à la mobilité par l’intermédiaire d’EURES et instaurera une coopération entre les organisations de placement publiques et privées afin d’élargir encore le pourcentage de postes vacants couverts (ce dernier varie actuellement entre 30 et 40 % des vacances totales).
La décision de la Commission devra être appliquée par celle-ci et par les États membres au plus tard le 1er janvier 2014. D’ici là, tous les pays participants devront avoir désigné des services spécialisés pour organiser la réforme, travailler avec les nouveaux partenaires et mettre en place les services ciblés requis.


autres actualités

    Partager

  • En parler sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+