Emploi, affaires sociales et inclusion

Soutien de l'UE à la mise en œuvre de la garantie pour la jeunesse

Soutien financier

Le FSE et l’IEJ fournissent un soutien financier important à la mise en œuvre de la garantie pour la jeunesse. Au cours de la période de programmation 2014-2020, ces deux sources investissent directement au moins 15,1 milliards d’euros dans des mesures en faveur de l’intégration des jeunes sur le marché du travail.

En outre, le FSE et le Fonds européen de développement régional (FEDER) investissent des ressources considérables dans la modernisation des institutions du marché du travail et la réforme des systèmes d'enseignement, ce qui a également un impact sur l'emploi des jeunes. Par exemple, l'enveloppe totale consacrée par les États membres à l'éducation, y compris l'enseignement supérieur, s'élève à plus de 27 milliards d'euros, les jeunes étant probablement les principaux bénéficiaires de ce financement.

De plus, il est prévu d’investir un montant total de 6,24 milliards d’euros, bénéficiant principalement aux jeunes, dans les infrastructures d'enseignement au titre du FEDER.

Soutien à l’élaboration des politiques

Le soutien à l’élaboration des politiques et les activités d'apprentissage mutuel ont aidé les États membres à mettre en place les infrastructures et les mesures adéquates.

Un réseau de coordinateurs nationaux de la garantie pour la jeunesse a été établi. Il se réunit deux fois par an pour assurer un lien direct entre la Commission et les autorités des États membres chargées de mettre en place et de gérer la garantie pour la jeunesse.

La garantie pour la jeunesse est également une des priorités du réseau européen des services publics de l’emploi, ce qui contribue à renforcer la capacité de ces derniers à proposer aux jeunes des services sur mesure.

Dans le cadre d’une action conjointe avec l’OIT, la Commission a apporté une assistance technique au Portugal, à l’Espagne et à la Lettonie afin qu’ils mettent en œuvre la garantie pour la jeunesse et élaborent des systèmes d’apprentissage de qualité.

Les activités d’apprentissage mutuel jouent un rôle important pour permettre aux États membres d’échanger des connaissances et d’apprendre les uns des autres. La Commission a élaboré une base de données de pratiques prometteuses et soutient les États membres grâce à un large éventail de possibilités d’apprentissage mutuel.

La Commission a soutenu des activités de communication et de sensibilisation liées à la garantie pour la jeunesse en organisant un projet pilote dans 4 États membres, dont les enseignements ont été rassemblés dans une boîte à outils électronique. Cette boîte à outils est mise à la disposition des autorités nationales, régionales et locales souhaitant informer les jeunes qui ne connaissent pas encore la garantie pour la jeunesse. En outre, la Commission apporte un soutien financier à des projets de communication et de sensibilisation menés dans 4 États membres jusqu’en 2018.

Suivi des progrès dans les États membres

La Commission suit de près les évolutions et les initiatives stratégiques dans les États membres dans le cadre du Semestre européen et grâce à la surveillance multilatérale assurée par le Comité de l’emploi (EMCO). Le dernier examen, réalisé en décembre 2017, a donné lieu à des messages clés approuvés par le Conseil EPSCO.

Conjointement avec la Commission, le groupe de travail «Indicateurs» du Comité de l'emploi a mis au point un cadre d’indicateurs pour le suivi de la mise en œuvre et des résultats de la garantie pour la jeunesse au niveau de l’UE. Les résultats des exercices annuels de collecte de données fournissent une base utile pour suivre la mise en œuvre de la garantie pour la jeunesse dans les différents États membres.

Partager cette page