Statistiques sur les déchets


Données extraites en juin 2019.

Mise à jour prévue de l’article: mars 2021.

Points clés

5,0 tonnes de déchets par habitant ont été produites dans l’Union européenne en 2016.

En 2016, 45,7 % des déchets ont été mis en décharge et 37,8 % ont été recyclés dans l’UE.

Production de déchets, 2016

Le présent article donne un aperçu de l’évolution de la production et du traitement des déchets dans l’Union européenne (UE) et dans plusieurs pays tiers. Il s’appuie exclusivement sur les données collectées conformément au règlement (CE) nº 2150/2002 du Parlement européen et du Conseil relatif aux statistiques sur les déchets.

Les déchets, qui sont définis par l’article 3 (1), de la directive 2008/98/CE comme «toute substance ou tout objet dont le détenteur se défait ou dont il a l’intention ou l’obligation de se défaire», peuvent représenter une énorme perte de ressources, que ce soit sous la forme de matières premières ou d’énergie. De plus, la gestion et l’élimination des déchets peuvent avoir des incidences graves sur l’environnement. La mise en décharge, par exemple, occupe de l’espace et peut provoquer une pollution de l’air, de l’eau ou du sol, tandis que l’incinération peut générer des émissions de polluants atmosphériques.

Les politiques de gestion des déchets de l’UE visent par conséquent à réduire les incidences environnementales et sanitaires des déchets et à améliorer l’efficacité dans l’utilisation des ressources dans l’UE. L'objectif à long terme de ces politiques est de réduire le volume de déchets produits et, lorsque leur production est inévitable, de les valoriser comme une ressource, ainsi que de parvenir à de meilleurs taux de recyclage et à une élimination des déchets qui soit sans danger.

Article complet

La production totale de déchets

En 2016, le volume total de déchets produits dans l'UE-28 par l'ensemble des activités économiques et les ménages s'est élevé à 2 538 millions de tonnes.

Comme on peut s'y attendre, le volume total de déchets produits est lié dans une certaine mesure à la population et à la taille économique du pays. Il ressort du tableau 1 que les plus petits États membres de l'UE ont généralement enregistré les niveaux de production de déchets les plus bas tandis que les plus grands États membres ont communiqué les niveaux les plus élevés. Cependant, des quantités relativement élevées de déchets ont été produites en Bulgarie et en Roumanie, et une quantité relativement faible en Italie.

Tableau 1: déchets produits par les activités économiques et les ménages, 2016
Source: Eurostat (env_wasgen)

Le graphique 1 fait apparaître la part imputable aux différentes activités économiques et aux ménages dans la quantité totale de déchets produits en 2016. Dans l'UE-28, le secteur de la construction a contribué pour 36,4 % à la quantité totale de déchets produits en 2016, suivi des industries extractives (25,3 %), de l'industrie manufacturière (10,3 %), des services de gestion des déchets et de l'eau (10,0 %) et des ménages (8,5 %); les 9,5 % restants correspondent à des déchets produits par d'autres activités économiques, essentiellement les services (4,6 %) et l'énergie (3,1 %).

Graphique 1: déchets produits par les activités économiques et les ménages, UE-28, 2016
(en %)
Source: Eurostat (env_wasgen)

Le graphique 2 montre sous un format standardisé une analyse de la quantité de déchets produits, en fonction de la taille de la population. On peut clairement observer les quantités élevées de déchets produits dans certains des plus petits États membres de l'UE, avec une valeur particulièrement importante enregistrée pour la Finlande où, en moyenne, 22,4 tonnes de déchets ont été produites par habitant en 2016, soit plus de quatre fois les 5,0 tonnes de déchets produits en moyenne par habitant dans l'UE-28. Plusieurs États membres affichant des quantités particulièrement élevées de déchets produits par habitant ont enregistré des parts élevées de déchets provenant des activités extractives, tandis que dans d'autres États membres, les secteurs de la construction et de la démolition ont souvent été à l'origine de proportions élevées de déchets.

Les déchets provenant des activités extractives ainsi que des secteurs de la construction et de la démolition sont qualifiés de déchets minéraux principaux: l'analyse présentée dans le graphique 2 distingue les déchets minéraux principaux de tous les autres déchets. Les déchets minéraux principaux représentaient près de deux tiers (64 % ou 3,2 tonnes par habitant) de l'ensemble des déchets produits en 2016 dans l'UE-28. La part relative des déchets minéraux principaux dans la production totale de déchets variait considérablement selon les États membres, ce qui peut s'expliquer, du moins dans une certaine mesure, par les différences existant dans les structures économiques. D'une manière générale, les États membres de l'UE dont la part de déchets minéraux principaux était plus élevée se caractérisaient par des activités extractives (comme la Bulgarie, la Roumanie, la Finlande et la Suède) et/ou de construction et de démolition (par exemple, le Luxembourg) relativement importantes. Dans ces États membres, les déchets minéraux principaux représentaient 85 % ou plus de l'ensemble des déchets produits, tout comme au Liechtenstein (91 %).

Graphique 2: production de déchets, 2016
(en kg par habitant)
Source: Eurostat (env_wasgen)

La production de déchets, excepté les déchets minéraux principaux

905 millions de tonnes de déchets, à l’exclusion des déchets minéraux principaux, ont été générées dans l'UE-28 en 2016, soit 36 % de la production totale de déchets (voir le graphique 2). Si on met ce chiffre en rapport avec la taille de la population, l'UE-28 a produit, en 2016, 1,8 tonne de déchets en moyenne par habitant, à l'exclusion des déchets minéraux principaux (voir le graphique 3).

Dans les États membres de l'UE, la production de déchets, à l’exclusion des déchets minéraux principaux, variait, en 2016, d'une moyenne de 9,0 tonnes par habitant en Estonie à 0,8 tonne par habitant à Chypre et en Croatie. La grande quantité de déchets produits en Estonie était liée à la production d'énergie à partir de schistes bitumeux.

Graphique 3: production de déchets, excepté les déchets minéraux principaux, 2006 et 2016
(en kg par habitant)
Source: Eurostat (env_wasgen)

Le tableau 2 présente l'évolution de la production de déchets, à l’exclusion des déchets minéraux principaux, ventilée par activité économique dans l'UE-28. En 2016, les services de gestion des déchets et de l'eau, les ménages et les activités manufacturières enregistraient les niveaux les plus élevés de production de déchets (228 millions de tonnes, 209 millions de tonnes et 191 millions de tonnes respectivement). Ces secteurs ont connu des évolutions différentes au fil du temps: la quantité de déchets (à l'exclusion des déchets minéraux principaux) produits par les services de gestion des déchets et de l'eau a augmenté de 105,7 %, celle des ménages est restée plutôt stable (+1,8 %), et celle des activités manufacturières a reculé de manière notable (-29,6 %).

Tableau 2: production de déchets, excepté les déchets minéraux principaux, UE-28, 2004-2016
(en millions de tonnes)
Source: Eurostat (env_wasgen)

La production de déchets dangereux

Les déchets dangereux peuvent présenter un risque élevé pour la santé humaine et l’environnement s’ils ne sont pas gérés et éliminés en toute sécurité. Sur l'ensemble des déchets produits dans l'UE-28 en 2016, quelque 100,7 millions de tonnes (4,0 % du total) étaient classées comme déchets dangereux.

Par rapport à 2010, la production de déchets dangereux dans l'UE-28 a progressé en 2016 de 4,9 %, passant en termes de volume de 96,0 à 100,7 millions de tonnes. En 2016, la part de déchets dangereux dans la production totale de déchets était inférieure à 10,0 % dans l'ensemble des États membres de l'UE, à l'exception de l'Estonie et de la Bulgarie, où elle représentait 39,9 % et 11,1 %, respectivement, de la production totale (voir le graphique 4). Le pourcentage très élevé observé en Estonie était principalement imputable à la production d'énergie à partir de schistes bitumeux. Parmi les pays tiers figurant dans le graphique 4, la Serbie a enregistré la proportion la plus élevée de déchets dangereux par rapport à la production totale de déchets (35,2 %), en raison d'activités d'extraction intensives, suivie du Monténégro (19,4 %) et de la Norvège (14.6 %).

Graphique 4: production de déchets dangereux, 2010 et 2016
(en % de la masse totale de déchets)
Source: Eurostat (env_wasgen)

Le traitement des déchets

En 2016, quelque 2 312 millions de tonnes de déchets ont été traitées dans l'UE-28. Ce chiffre ne comprend pas les déchets exportés mais inclut le traitement des déchets importés dans l'UE, de sorte que les quantités indiquées ne sont pas directement comparables avec les quantités relatives à la production de déchets.

Le graphique 5 montre l’évolution du traitement des déchets dans l'UE-28 pour le total et pour les deux principales catégories de traitement – la valorisation et l’élimination – au cours de la période 2004-2016. Le volume de déchets valorisés, c’est-à-dire recyclés, destinés au remblayage (l'utilisation de déchets dans des trous d'excavation à des fins de sécurité ou de remise en état de pentes, ou pour des travaux d’aménagement paysager) ou incinérés avec valorisation énergétique a augmenté de 28,2 %, passant de 960 millions de tonnes en 2004 à 1 231 millions de tonnes en 2016; de ce fait, la part de cette valorisation dans le traitement des déchets est passée de 45,4 % en 2004 à 53,2 % en 2016. Le volume de déchets éliminés a reculé, passant de 1 154 millions de tonnes en 2004 à 1 081 millions de tonnes en 2016, ce qui correspond à une baisse de 6,3 %. La part des déchets éliminés par rapport au total des déchets traités a diminué, passant de 54,6 % en 2004 à 46,8 % en 2016.

Graphique 5: traitement des déchets, UE-28, 2004-2016
(Indice 2004 = 100)
Source: Eurostat (env_wastrt)

Comme indiqué plus haut, en 2016, dans l’UE-28, un peu plus de la moitié (53,2 %) des déchets traités a fait l’objet d’opérations de valorisation: recyclage (37,8 % de l’ensemble des déchets traités), remblayage (9,9 %) ou valorisation énergétique (5,6 %). Les 46,8 % restants ont été mis en décharge (38,8 %) ou incinérés sans valorisation énergétique (1,0 %) ou encore éliminés d’une autre manière (7,0 %). En ce qui concerne l'utilisation des diverses méthodes de traitement, d'importantes différences ont pu être constatées dans les États membres de l'UE. Par exemple, certains États membres affichaient des taux de recyclage très élevés (Belgique et Italie), tandis que d'autres privilégiaient la mise en décharge (Bulgarie, Grèce, Roumanie, Finlande et Suède) (voir tableau 3).

Tableau 3: traitement des déchets, 2016
(en % du total)
Source: Eurostat (env_wastrt)

Le traitement des déchets dangereux

Au total, 76,8 millions de tonnes de déchets dangereux ont été traitées dans l'UE-28 en 2016, dont plus de la moitié a été traitée dans trois États membre de l'UE seulement, à savoir l'Allemagne (28,0 %), la Bulgarie (17,2 %) et l'Estonie (12,5 %)(graphique 6).

Graphique 6: traitement des déchets dangereux, 2016
(en milliers de tonnes)
Source: Eurostat (env_wastrt)

En 2016, 33,9 % des déchets dangereux traités dans l'UE-28 ont été mis en décharge – en d'autres termes, ils ont été mis en dépôt dans ou sur le sol, ou après traitement des terres et rejet dans le milieu aquatique –, ce qui correspond à 51 kg par habitant (voir le graphique 7). 5,9 % des déchets dangereux ont été incinérés sans valorisation énergétique (9 kg par habitant); 7,7 % ont fait l’objet d’une valorisation énergétique (12 kg par habitant). Plus d'un tiers (35,4 %) des déchets dangereux dans l'UE-28 ont été valorisés (recyclés ou utilisés à des fins de remblayage) en 2016, ce qui correspond à 53 kg par habitant.

Graphique 7: traitement des déchets dangereux, 2016
(en kg par habitant)
Source: Eurostat (env_wastrt)

Sources des données pour les tableaux et les graphiques

Sources des données

Pour contrôler la mise en œuvre de la politique sur les déchets, en particulier le respect des principes de valorisation et d’élimination sans danger des déchets, il est nécessaire de disposer de statistiques fiables sur la production et la gestion des déchets des entreprises et des ménages privés. Le règlement (CE) nº 2150/2002 relatif aux statistiques sur les déchets, adopté en 2002, a créé un cadre pour l'établissement de statistiques européennes harmonisées dans ce domaine.

Depuis l’année de référence 2004, le règlement exige des États membres qu’ils communiquent tous les deux ans des données concernant la production, la valorisation et l’élimination des déchets. Des données sur la production et le traitement des déchets sont actuellement disponibles pour les années de référence paires comprises dans la période 2004-2016.

Contexte

Les politiques de gestion des déchets de l’UE visent à réduire les incidences environnementales et sanitaires des déchets et à améliorer l’efficacité dans l’utilisation des ressources en Europe. L'objectif à long terme est de créer une société européenne du recyclage, en évitant de produire des déchets et en utilisant, autant que possible, les déchets inévitables comme ressource. Le but est de parvenir à des niveaux de recyclage bien plus élevés et de réduire au minimum l'extraction de ressources naturelles supplémentaires. La gestion correcte des déchets est un élément incontournable si l'on veut garantir une utilisation efficace des ressources et une croissance durable des économiques européennes. Pour de plus amples informations, se référer à la stratégie Europe 2020.

En conséquence, la directive-cadre révisée de 2008 relative aux déchets a introduit une hiérarchie à cinq niveaux en matière de déchets, dans laquelle la prévention est la meilleure option, suivie du réemploi, du recyclage et d'autres formes de valorisation, l'élimination, notamment par la mise en décharge, n'intervenant qu'en dernier ressort. Conformément à cette hiérarchie, le 7th environment action programme (en anglais) fixe les objectifs prioritaires suivants pour la mise en œuvre de la politique en matière de déchets dans l'UE:

  • réduire la quantité de déchets générée;
  • maximiser le recyclage et la réutilisation;
  • limiter l’incinération aux matériaux non recyclables;
  • supprimer progressivement la mise en décharge de déchets recyclables ou valorisables;
  • garantir la mise en œuvre intégrale des objectifs de la politique en matière de déchets dans l'ensemble des États membres de l'UE.
Accès direct à
Autres articles
Tableaux
Base de données
Section dédiée
Publications
Méthodologie
Législation
Visualisations
Liens externes






Génération et traitement des déchets (env_wasgt)
Flux de déchets (t_env_wasgt)


Génération et traitement des déchets (env_wasgt)