Chemin de navigation

Discours

President Barroso at the European Council: 2013 a breakthrough year for EU

At the December European Council summit President Barroso summed up 2013 as "a breakthrough year in terms of getting Europe's economy back on track".

20/12/2013

 © EU

Speaking at the final press conference following the European Council meeting in Brussels on 19-20 December, President Barroso said: "The euro is no longer in danger. Reforms are taking hold and this is slowly being felt by our citizens, the markets and our international partners. Yes, we have still very important problems - unemployment remains at an unacceptable level and we need to keep up the pressure to deliver growth measures – but the general economic situation is clearly improving. Europe is acting, Europe is working."

Banking Union

A clear demonstration of that fact is the unanimous political agreement on the Single Resolution Mechanism reached by EU finance ministers this week. President Barroso hailed this as "the beginning of the end of bank bail-outs". "Banks, not taxpayers, will carry the cost for their own mistakes", he said at a press conference on Thursday, following the first day of the summit.

The Single Resolution Mechanism is the last piece in the comprehensive reforms that the European Commission has been developing to create a thriving, yet more responsible, European banking sector.

"Over the past five years, we have radically changed the rules for banks in the European Union. We have now a single rule" said President Barroso. The fact that agreement has been reached "shows the EU can make swift progress even when issues are complex and politically sensitive".

President Barroso also highlighted the common rules for resolution of failed banks and for protecting taxpayer's deposits in the event of bank failures: "Today Europe's banks are better capitalised, better able to manage risks and better supervised."

Security and Defence

President Barroso also welcomed the decisions of the European Council on the security and defence: "We need a strong and credible Common Security and Defence Policy, so that Europe can play its full role on the world stage. This must be underpinned by a competitive and efficient security and defence sector."

He added: "With around one and a half million jobs and a turnover of ninety six billion Euros this is a sector that is very important for the European economy. This is primarily a task for the EU Member States, but the Commission can assist within its area of competences. In this sense we have already tabled proposals to strengthen the internal market and the competitiveness of our defence industry."

Three main themes were developed in the discussions: a genuine internal market for defence, a comprehensive industrial policy that creates opportunities for all Member States and industries of all sizes throughout the EU and synergies between civil research programmes, Horizon 2020, and those co-ordinated by the European Defence Agency.

"A stronger Common Security and Defence Policy is not a luxury", the President concluded. "It is in today’s world a necessity. It is also a pre-condition for a successful foreign and security policy. It's a great contribution for Europe's role in the world. And we believe, after today's discussion, that we can say that all Member States agree that a comprehensive EU response can make a difference."

Migration

Speaking after the close of the European Council summit on Friday, President Barroso recalled the tragic events which took place at Lampedusa. "Through our dedicated Task Force, we have worked out together a comprehensive, balanced and practical strategy to respond to this urgent and complex situation", he said. "We have  recommended 38 concrete actions [and]… set aside financial support of up to €50 million, including emergency funding. Implementation is now the key point".

Eastern Partnership Summit, Syria and the Central African Republic

Turning to the subject of recent international developments, President Barroso discussed the recent Eastern Partnership Summit and subsequent events in Ukraine. He reiterated that the EU remained committed to the signing of the agreement with Ukraine. "The continuing protests and demonstrations in the country show clearly where the Ukrainian people stand" President Barroso said. "They want freedom, they want prosperity, they want stability."

President Barroso emphasised that the EU's position of principle remains unchanged. "We want to be very clear that our partners must choose their path freely and of course with their full sovereignty. We are ready to stand by and support our partners in their reform process". President Barroso also drew attention to the important successes of the Vilnius Eastern Partnership Summit, including the initialling of the Association Agreements with Georgia and Moldova.

President Barroso then spoke about the "shocking and deteriorating" humanitarian situation in Syria and also the situation in the Central African Republic, where France recently intervened based on a UN Security Council resolution. He outlined the support that the EU is offering, observing that "all this simply underlines the crucial role that Europe is playing, and must continue to play globally."

Lithuanian presidency

At the final press conference on Friday, President Barroso paid tribute to the work of the Member States, the European institutions and the Council Presidencies throughout the year. He thanked President Grybauskaite in particular for her efforts in leading the Lithuanian Presidency in the second half of 2013. President Barroso gave his wishes for a merry and restful Christmas, and looked forward to an interesting and challenging year to come.     

Statement by President Barroso following the European Council, 19-20 December 2013

Read the speech

Watch the video of Day 1

Watch the video of Day 2

Council conclusions

EU offers UN partners 147 million euros for humanitarian aid in Syria

Today, President Barroso and Commissioner Georgieva received UN commissioners and offered an additional €147 million for Syria. The contract signed today is the largest ever for humanitarian aid between the Commission and its UN partners.

18/12/2013

 © EU

President Barroso and Commissioner Georgieva received Ms Valerie Amos, Under Secretary General and Emergency Relief Coordinator UNOCHA, Mr António Guterres, UN High Commissioner for Refugees, Mr Anthony Lake and UNICEF Executive Director and Ms Ertharin Cousin, World Food Programme Executive Director.

Together, they discussed the humanitarian situation in Syria, which continues to deteriorate dramatically. This is why the EU has mobilised further resources, which are channelled through mandated and professional humanitarian organisations, including the UN agencies, in accordance with humanitarian principles.

"I am proud that we can today commit 147 million euros to UNHCR, the World Food Programme and UNICEF. At the same time, we all know that a definitive solution for the conflict and for the dramatic humanitarian situation we are facing can only come from political negotiations", President Barroso said at a press event after the signing of the contract.

The President reiterated that the suffering of the Syrian people is a stain on the world's conscience and he urged other donors to step up their efforts.

"We call international donors to increase their financing to cope with the dimensions of this crisis. This will be our main message at the second pledging conference in Kuwait next month", President Barroso concluded.

Read the full statement

Read the press release

Atlantic Council to award President Barroso

The Atlantic Council’s President Frederick Kempe announced today the first three of the recipients of its “2014 Distinguished Leadership Awards”, to be presented on April 30 of next year in Washington, D.C. The European Commission’s President José Manuel Barroso is one of the awardees.

18/12/2013

 © EU

Today the Atlantic Council announced that it will honour President Barroso for his “dedication to the cause of European integration and his role in ensuring that the benefits of that integration - stability, prosperity, and democracy - reach across an ever-widening vision of Europe”. It also said: “Assuming his office shortly after the ascension of ten new member states, President Barroso led the challenging process of integrating them into a still evolving Union, while also overseeing the inclusion of three more countries in the years since. He was a tireless advocate for the 2007 Lisbon Treaty, which strengthened EU governance and democracy; and through efforts to strengthen the European — and transatlantic — economy by building the EU’s Single Market, constructing new mechanisms for the Eurozone, and launching the effort to reach globally significant trade and investment accord with the United States, he has not shied away from any effort to bring more democracy and more prosperity to hundreds of millions of Europeans.”

For the past half century, the Atlantic Council has been a preeminent, nonpartisan institution devoted to promoting transatlantic cooperation on matters of global concern, including a broad spectrum of modern global challenges ranging from violent extremism to financial instability and from NATO’s future to energy security.

Each year the Atlantic Council honours several distinguished leaders for their versatile contributions to the strengthening of the transatlantic relationship. Last year, the award was presented among others to former US Secretary of State Hillary Clinton and to NATO Secretary General Anders Fogh Rasmussen.

President Barroso congratulates German Chancellor Angela Merkel on her re-election

Today, the President of the European Commission, José Manuel Barroso, sent a message of congratulations to Dr Angela Merkel, who was re-elected by the Bundestag as Federal Chancellor of Germany. In his message President Barroso qualifies her re-election as "both an endorsement of your past efforts and a signal of confidence for the coming years."

17/12/2013

© EU

He underlines that "Germany and the European Union jointly face the challenge of pursuing the course of consolidation and reform" and highlights the "impressive efforts to counter the crisis" whose fruits "are already clearly visible and confirm that we are on the right track." President Barroso expresses confidence that "we now have the great opportunity to truly put this crisis behind us by generating sustainable growth and at the same time giving the European Union and the Eurozone in particular a credible and effective armoury against future risks. Not least with an eye to the forthcoming elections to the European Parliament in May 2014 we will, in this way, be sending out a clear signal on the side of responsibility and solidarity and against populism and irrationality."

Read President's full message

Read President's full message in German.

President Barroso congratulates Austrian Federal Chancellor Werner Faymann on his new term of office

The President of the European Commission, José Manuel Barroso, today sent a message of congratulations to Werner Faymann, who was sworn in as Federal Chancellor of the Republic of Austria.

16/12/2013

© EU

The President wrote that it is with pleasure that he is looking forward to continuing the close cooperation with the Chancellor in person and with his federal government. "The common challenges for Europe require a close partnership of responsibilities between the European Institutions and the governments of the Member States. I am convinced that Austria will continue to play a significant role within the European Union to perform these tasks", the President added.

Read the full message

Le président Barroso en visite au canal de Panama

Le président Barroso a visité aujourd’hui le site des travaux d’expansion du canal de Panama qui devraient s’achever d’ici 2015. L’expansion a pour but de doubler les cargaisons passant sur le canal, qui fut inauguré en 1914.

14/12/2013

 © Commons

Le commerce international et l’industrie maritime bénéficieront directement de cette expansion grâce à des frais de transport rabaissés, et les consommateurs du monde entier bénéficieront, en bout de course, de la capacité et l’efficacité renforcées du canal de Panama.

Il est également attendu de ce projet qu’il permette de renforcer le positionnement stratégique du Panama, en tant que centre de transbordement et d’affaires pour une grande partie de l’Amérique centrale et du Sud. Un consortium, mené par l’entreprise espagnole Sacyr Vallehermoso (SVO.MC) et l’entreprise italienne Impregilo (IPGI.MI), est chargé d’exécuter une partie de ces travaux d’expansion.

Voir la vidéo

Le président Barroso rencontre le président panaméen Martinelli et signe un accord de sécurité de € 28 millions

Le président Barroso s’est rendu au Panama les 13 et 14 décembre. Il a commencé cette visite de deux jours par une rencontre bilatérale avec le président Martinelli dans le palais présidentiel à Panama City. Le président Barroso avait reçu le président Matinelli plus tôt dans l’année à l’occasion de sa visite à Bruxelles en mai dernier.

13/12/2013

© Commons

Les deux présidents ont traité des relations bilatérales entre l’UE et le Panama, ainsi que de questions commerciales. Ils ont également discuté de la sécurité publique, préoccupation majeure dans cette région. Après leur rencontre, ils ont signé le projet UE-Panama de soutien au secteur de la sécurité au Panama, projet s’élevant à € 28 millions. Ce projet démontre l’engagement de l’UE dans son rôle de soutien aux pays d’Amérique centrale pour relever les défis sécuritaires de la région.

Watch the video

Le président Barroso au Panama : l’UE obtient le statut d’observateur auprès du SICA

Le président Barroso se trouve aujourd’hui à Buenaventura pour participer au sommet UE-SICA (Sistema de Integración Centroamericano). L’UE y a obtenu le statut d’observateur auprès du SICA. En outre, un accord fut signé instituant un soutien de l’UE à la stratégie de sécurité centraméricaine, stratégie visant à la prévention de la violence et au renforcement institutionnel.

13/12/2013

© Commons

Le projet s’élève à un montant de € 21,5 millions et vise à contribuer à la réduction des niveaux d’insécurité en Amérique centrale, de façon à créer un environnement favorable au développement socio-économique de la région et à une intégration régionale approfondie.

Le président Barroso participe au 42ème sommet du SICA, en présence de six pays centraméricains avec lesquels l’UE a conclu son tout premier accord d’association de région à région (Panama, Costa Rica, Nicaragua, El Salvador, Honduras et Guatemala), ainsi que de deux autres pays membres du SICA, à savoir le Belize et la République dominicaine, qui font aussi partie du groupe des pays ACP.

La participation du président Barroso au sommet du SICA vient suivre celle de M. Obama en mai 2013 et de Peña Nieto du Mexique en février dernier. Le président Barroso sera invité à tenir un discours au début du sommet.

Voir la vidéo

President Barroso and President Santos of Colombia agree to launch negotiations for a framework agreement

President Barroso met today with President of Colombia, Juan Manuel Santos Calderón, in Bogota. The two Presidents discussed the recent implementation of the EU-Colombia Trade Agreement, the solidarity and support of the EU to Colombia's peace and the future of their bilateral relations in the global context.

12/12/2013

 © EU

President Barroso said today in Bogota that the Presidents have agreed to launch negotiations for a broad Framework Agreement, which would be extendable to different areas of cooperation.

President Barroso also highlighted the opportune moment of his visit to the country, where for the first time there is a real possibility of reaching peace. The President assured that the EU will continue to show solidarity towards Colombia. He also confirmed to President Santos the EU's willingness to provide financial support for the implementation of the agreement that could be reached.

Colombia will also be one of the few high-medium income countries that will continue to benefit from financial support from the next EU budget.

On trade, President Barroso acknowledged the EU-Colombia Trade Agreement signed in August as a fundamental step for the bilateral relations between Europe and Colombia, and called on the business community to take the opportunities offered by the deal. One example of this cooperation is the milk sector, which will benefit from a 30 million euro programme.

The issue of visas for Colombians to enter EU countries was also on the agenda. President Barroso stated that the improvement of the situation in Colombia could be followed by a future removal of Schengen visas for Colombia, but also indicated the need to carefully examine this issue before any decision is made.

During their meeting, the two Presidents also discussed the fight against climate change and how it can actively contribute to the reduction of poverty.

President Barroso also confirmed that the EU will continue to support Colombia's efforts to join the OECD.

President Barroso is paying a two days visit to Colombia. This is the first time that a President of the European Commission visits the country.

Watch the video

Le président Barroso : l’argent du Prix Nobel de la paix aide les enfants victimes des conflits en Colombie et en Équateur au travers de projets éducatifs

Après avoir reçu le prix Nobel de la paix en 2012, l’UE a décidé de consacrer la récompense financière à des projets humanitaires pour venir en aide aux enfants touchés par les conflits au travers de projets d’éducation. Durant sa visite aujourd’hui en Colombie, le président Barroso a officiellement engagé € 500 000 en faveur des enfants du pays, sous l’initiative « Les enfants de la paix » de l’UE.

12/12/2013

© EU

L’initiative « Les enfants de la paix » fut créée en 2012 par l’UE. Au travers de cette initiative, l’UE a investi la récompense financière du prix Nobel de la paix dans des projets d’éducation pour 28 000 enfants victimes des conflits en Afrique, en Amérique latine et en Asie. Promouvoir l’éducation, c’est donner une chance à une paix durable et c’est donner une chance aux « enfants de la guerre » de devenir des « enfants de la paix ».

L’un des projets sélectionnés pour financement organise une éducation d’urgence pour les enfants de l’Équateur et de la Colombie, touchés par le conflit intérieur en Colombie. Les civils colombiens continuent d’être affectés par les conséquences humanitaires du conflit armé intérieur qui dure depuis des décennies.

La violence a forcé les civils à fuir vers les pays voisins, principalement l’Équateur et le Venezuela. Enfants et adolescents encourent le risque d’être recrutés par les groupes armés et d’être blessés par les mines anti personnelles. Ces menaces, de même que la réalité du déracinement, peuvent perturber leur éducation.

Jeudi après-midi, heure locale, le président Barroso a visité le siège de Benposta-Nación de Muchachos, où il a remis au pays plus de € 500 000, tirés de la récompense du prix Nobel.

En collaboration avec le UNHCR, l’initiative européenne « Les enfants de la paix » en Colombie et en Équateur offre un accès à l’éducation et à des bourses scolaires, mais aussi une éducation aux droits de l’Homme et un soutien psychologique.

L’initiative européenne « Les enfants de la paix » se poursuivra au-delà de cette première année, afin de devenir un symbole de l’engagement de l’Union européenne auprès de ceux dans le besoin partout dans le monde.

More on EU Children of Peace

More on EU Children of Peace in Colombia and Ecuador

Factsheet EU Children of Peace

Factsheet New Projects

Factsheet Colombia and Ecuador

Conseil européen des 19 et 20 décembre 2013

Maroš Šefčovič, vice-président de la Commission européenne, présentait aujourd’hui la position de la Commission européenne en vue du prochain sommet européen. Il a exposé l’évaluation de la situation économique par la Commission, la priorité de l’accord sur l’Union bancaire et le désir de renforcer la coopération sur les questions de défense et sécurité et le renforcement de l’UEM.

03/11/2013

© EU

Au début de son discours, il a déclaré que grâce aux efforts considérables réalisés au sein de l’Union européenne, nous commencions à entrevoir des résultats : « Mais nous devons absolument être clairs sur le fait que nous devons poursuivre nos efforts. La reprise ne peut pas se limiter qu'à quelques-uns. Le chômage et d’autres difficultés continuent de faire partie d’une réalité très dure pour de nombreuses familles européennes. C’est pourquoi nous ne laisserons pas le travail à moitié accompli. Ceci continuera d’être le message de la Commission, pour vous et pour le Conseil européen la semaine prochaine. »

Il est important que l’UE continue son processus de réforme énoncé dans le plan d’action de la Commission pour une Union économique et monétaire profonde et authentique. Le vice-président Šefčovič a déclaré : « Achever l’Union bancaire doit être notre objectif le plus immédiat et le plus important. /…/ Le Conseil européen de la semaine prochaine poursuivra donc les réflexions sur les dispositions contractuelles et les mécanismes associés de solidarité. »

Le second point d’importance à l’ordre du jour du Conseil européen sera la politique commune de sécurité et défense, alors que la position de la Commission à ce sujet est claire : « Le besoin d’une approche commune sur les questions de défense n’a jamais été aussi crucial. » Il a, par la suite, expliqué pourquoi et a embrayé sur le troisième point d’importance à l’ordre du jour du Conseil européen : la politique migratoire : « La Commission attend du Conseil européen qu’il approuve la nécessité d’aller de l’avant via des mesures concrètes qui découleront des travaux du groupe de travail pour la Méditerranée. »

Le Conseil européen fera également le point sur les progrès accomplis dans la mise en œuvre du pacte pour la croissance et pour l’emploi et les deux séries de propositions sous l’acte pour le marché unique. Le vice-président Šefčovič : « Il y a de bonnes nouvelles à signaler mais nous pouvons et devons encore progresser sous ce mandat sur quelques propositions importantes. Les États membres doivent respecter leurs engagements. »

Le vice-président a bon espoir que le Conseil européen à venir marquera son accord avec l’idée de donner des impulsions concrètes pour une amélioration de l’accès au financement des entreprises – des PME, en particulier.

En conclusion, le vice-président Šefčovič a souligné la position de la Commission sur la situation en Ukraine : « Les valeurs et principes de l’UE doivent être respectés. Ceci est particulièrement vrai pour les autorités ukrainiennes. Mais ceci est vrai pour tout le monde, bien sûr. Nous nous devons de rappeler que la violence n’est jamais une réponse, surtout après ce qu’il s’est passé hier soir. Les solutions à apporter doivent être politiques, elles doivent être cherchées via un dialogue avec l’opposition ukrainienne et la société civile. »

Read the speech ( SPEECH/13/1058)

Statement on the current situation in Ukraine

During his opening speech at the New Narrative for Europe conference in Milan today, President Barroso also made the following remarks on the current situation in Ukraine: "European Union has the right and the duty to stand by the people of Ukraine in this very difficult moment, because they are giving to Europe one of the greatest contributions that can be given."

09/12/2013

© EU

President Barroso said:

"My appeal to all the intellectuals, to all men and women of culture, to all citizens, is not to give up to this defeatism, is to have the courage to fight the negative forces because yes, the populist forces, the extremist forces are negative forces that are today under a theme that is very often an anti-European theme, making the revival of the all demons of Europe, like extreme nationalism, like xenophobia, sometimes racism – these are negative values.

It is important, in face of these challenges - instead of keeping ourselves in the comfort zone, namely the so called establishment parties - to have the courage to go out and fight, not to give up to those arguments, to explain with reasonable and rational arguments - sometimes for some of us with emotion - why we care about Europe, why Europe is something we must cherish precisely to defend these values.

And if sometimes in Europe some of us have doubts about how important these values are, just look at Ukraine. Those young people in the streets of Ukraine, with freezing temperatures, are writing the new narrative for Europe.

When we see in the cold streets of Kiev, men and women with the European flag, fighting for that European flag, it is because they are also fighting for Ukraine and for their future. Because they know that Europe is not just the land of opportunity in terms of economic development, because they have seen what happened in Poland or what happened in the Baltic countries, but also because Europe is the promise of hope and freedom. And I think the European Union has the right and the duty to stand by the people of Ukraine in this very difficult moment, because they are giving to Europe one of the greatest contributions that can be given.

Just yesterday I had a phone call – another one - with President Yanukovych. I asked him to show restraint in the face of these recent developments, to not use force against the people that are demonstrating peacefully, to respect fully the freedoms that are so important for all of us in Europe. I have asked him to receive the High Representative / Vice-President of the Commission Cathy Ashton who will be in Kiev already tomorrow and the day after tomorrow, so she can also have a role in trying to bring some solutions to the very tense situation that Ukraine is living today. And I hope that the European forces will show their commitment to our common project. Because it is not true that is it just in the Western part of Ukraine. No, most of the Ukrainians care about a future in peace and freedom. And I think we have this duty to recognise them today. Because precisely our history is a history of openness (…)."

Watch the statement

Read the statement

Results of the phone conversation between President Barroso and President Yanukovych of Ukraine, 8 December 2013

Results of the phone conversation between President Barroso and President Yanukovych of Ukraine, 2 December 2013

New Narrative for Europe: President Barroso attended the second general assembly in Milan

President Barroso took part in the general assembly on forms of imagination and thinking for Europe in Milan.

09/12/2013

© EU

This was the second assembly organised within the framework of the project “New Narrative for Europe” proposed by the European Parliament and implemented by the European Commission following the call the President of the European Commission made in his State of the Union address in 2012.

The goal of this initiative is to invite artists, writers, thinkers, scientists and cultural practitioners to come up with a vision of Europe that can reconnect European citizens to the process of building the European Union in the present and in the future.

The key speeches were delivered by the President of the European Commission José-Manuel Barroso, the Prime Minister of Italy Enrico Letta and the Prime Minister of Slovenia Alenka Bratušek.

In the context of the event, President Barroso had a bilateral meeting with Prime Minister Letta and attended the signing of the EU's participation act regarding the world exhibition EXPO 2015 in Milan.

In his opening speech at the New Narrative for Europe conference President Barroso also made comment on the current situation in Ukraine. President Barroso said: "When we see in the cold streets of Kiev, men and women with the European flag, fighting for that European flag, it is because they are also fighting for Ukraine and for their future. Because they know that Europe is not just the land of opportunity in terms of economic development, because they have seen what happened in Poland or what happened in the Baltic countries, but also because Europe is the promise of hope and freedom. And I think the European Union has the right and the duty to stand by the people of Ukraine in this very difficult moment, because they are giving to Europe one of the greatest contributions that can be given."

President Barroso's speech at the New Narrative for Europe

Watch the video: General assembly: New Narrative for Europe

President Barroso's statement on the current situation in Ukraine

News on the on the current situation in Ukraine

President Barroso's statement on the signing ceremony of the EU participation in the Expo Milano 2015

Statement on the outcome of the WTO Global Trade talks in Bali

On learning of the outcome of the Bali talks, President Barroso said the following: "I'm delighted at the news this morning of the global trade deal in Bali.  This will give a real boost to the global economy. "

07/12/2013

© EU

President Barroso said: "Potential gains for the global economy could be as high as $1 trillion. Trade costs for mature economies will see reduced by 10%, the deal will help developing countries save around 325 billion euros a year and the agreement will bring vital help to the poorest people across the globe in the least developed countries.

The WTO is back on track and delivering reform. This is the first comprehensive WTO deal since 1995 which will deliver improvement on trade facilitation, development issues and agriculture, including food security.

The European Commission, on behalf of the European Union, has greatly contributed to this successful outcome. I would like to pay tribute to the central role that Commissioner de Gucht and his team have played to make this deal happens".

Relations UE-Suisse: Message de félicitations au Président désigné, Didier Burkhalter

Aujourd'hui, le Président Barroso a envoyé un message de félicitations au Président désigné de la Confédération suisse, Didier Burkhalter en soulignant que sa "présidence arrive à une année charnière pour les relations entre la Suisse et l'Europe."

06/12/2013

 © EU

"Le soutien important que vous avez reçu des parties à l'Assemblée fédérale est un signe très positif, aussi en vue des prochaines négociations portant sur le cadre institutionnel horizontal entre l'Union européenne et la Suisse. J'espère sincèrement qu'à partir des travaux préparatoires que nous avons engagés jusqu'ici, nous pourrons renforcer nos relations afin de trouver une solution permanente aux questions institutionnelles qui nous occupent depuis quelques années. Ceci permettrait la conclusion de nouveaux accords sur une coopération plus étroite entre la Suisse et l'Union européenne dans de nombreux secteurs, y compris l'électricité, les programmes d'échange pour la jeunesse, la recherche, l'audiovisuel et la culture, créant ainsi une situation avantageuse pour la Suisse et l'Union."

Lire le message

Nouveau récit pour l’Europe : le président Barroso assiste à la deuxième assemblée générale à Milan

Le président Barroso participe à l’assemblée générale sur les formes d’imagination et de pensée pour l’Europe à Milan dimanche soir et lundi matin.

06/12/2013

 © EU

Il s’agit de la deuxième assemblée organisée dans le cadre du projet « Un nouveau récit pour l’Europe », proposé par le Parlement européen et mis en œuvre par la Commission européenne, suite à l’appel du président de la Commission européenne formulé lors de son discours sur l’état de l’Union en 2012. 

Le but de cette initiative est d’inviter artistes, écrivains, penseurs, scientifiques et praticiens du secteur culturel à trouver une vision de l’Europe qui puisse réconcilier les citoyens européens avec le processus actuel et à venir de construction de l’Union européenne. Les principaux discours seront tenus par le président de la Commission, José Manuel Barroso, le premier ministre italien, Enrico Letta, et le premier ministre slovène, Alenka Bratušek. 

Dans le cadre de cet évènement, le président Barroso s’entretiendra lundi avec le premier ministre Letta. Il assistera le même jour également à la signature de l’acte de participation de l’UE concernant l’exposition universelle EXPO 2015 à Milan.

"New Narrative for Europe" website

ARTE Interview with President Barroso

Le président Barroso rencontre Plácido Domingo

Le président Barroso a rencontré aujourd’hui Plácido Domingo, ténor de renommée mondiale et président d’« Europa Nostra », pour discuter du programme « Europe créative », une proposition de la Commission adoptée le 19 novembre par le Parlement européen, ainsi que d’autres questions culturelles plus vastes.

05/12/2013

© EU

Le président de la Commission européenne, José Manuel Barroso, a accueilli Plácido Domingo à Bruxelles. Plácido Domingo est le président  d’« Europa Nostra », un mouvement citoyen pour la préservation du patrimoine culturel et naturel de l’Europe.

Lors de leur rencontre, le président Barroso a souligné l’attention que la Commission porte à la culture et au patrimoine au sein de l’Union européenne, notamment au travers de programmes de soutien concret, comme le programme « Europe créative » et les actions du patrimoine.

« Europe créative » s’appuie sur l’expérience et le succès des programmes Culture et MEDIA, qui ont permis de soutenir les secteurs culturels et audio-visuels pendant plus de 20 ans. Ce programme a pour objectif de répondre aux défis auxquels sont confrontés les secteurs culturels et créatifs, en termes de fragmentation, de mondialisation, de passage au numérique, de gestion des données et de manque d’investissements privés.

Alors simple proposition de la Commission, le programme fut adopté le 19 novembre par le Parlement européen. Le budget de ce programme pour la période 2014-2020 a été fixé à € 1,46 milliard, ce qui représente une augmentation de 9% par rapport aux montants actuels.

Le programme « Europe créative » a été approuvé par le Conseil et entrera en vigueur à partir de janvier 2014.

D’autres points étaient également à l’ordre du jour de cette rencontre, comme le patrimoine culturel de l’UE et les questions de droits d’auteurs, un sujet de haute importance pour la Commission.

Watch the video

Message commun sur la disparition de Nelson Mandela

Le président de la Commission européenne, M. Barroso, et le président du Conseil européen, M. Van Rompuy, ont exprimé leurs condoléances quant au décès de Nelson Mandela, « une des plus grandes figures politiques de notre époque ».

05/12/2013

Commons

Dans leur message commun, les deux présidents ont déclaré : 

« C’est un jour de grande tristesse, non seulement pour l’Afrique du Sud, mais pour l’ensemble de la communauté internationale. Nous pleurons la mort de l’une des plus grandes figures politiques de notre temps. Nelson Mandela n’a pas uniquement été un acteur clé de la transformation de l’Afrique du Sud en un pays démocratique tel que nous le connaissons aujourd’hui. 

Nelson Mandela fut le symbole de la lutte contre le racisme, contre la violence politique et contre l’intolérance. Il incarna la justice, la liberté et le respect des droits humains. Il nous a à tous donné une grande leçon de réconciliation, de transition politique et de transformation sociale. Seule une personne avec sa profonde humanité, son intégrité et son autorité morales, et sa vision si claire pour l’avenir de son pays, était en mesure d’accomplir ce qu’il a accompli. 

Alors que nous le pleurons aujourd’hui, la meilleure façon qu’il nous est donné d’honorer sa mémoire est de réaffirmer notre engagement collectif à défendre les valeurs d’une démocratie véritable et profonde, modèle pour lequel Nelson Mandela s’est battu sans relâche. 

Au nom de l’Union européenne, nous adressons nos plus sincères condoléances à sa famille, au gouvernement et au peuple de l’Afrique du Sud. » 

À la demande du président Barroso, les drapeaux situés devant les bâtiments de la Commission ont été mis en berne.

Watch President Barroso's statement in EN

Watch President Barroso's statement in FR

 Watch President Barroso's statement in Portugese

President Barroso receives award for his work in dialogue and cooperation

Yesterday President Barroso received the 2013 Center for Global Dialogue and Cooperation's Award in Vienna in recognition of his work for global dialogue and cooperation.

04/12/2013

 © EU

The award distinguishes President Barroso's "remarkable ability to foster positive global trends, his great contribution to the dissemination of values such as honesty, and transparency, as well as his active efforts in strengthening cooperation between diverse people and cultures".

In his acceptance speech, President Barroso stressed the importance of the global dialogue as a basis for working towards a common ground. He said: "To tackle global challenges together, you need a true dialogue, and not just parallel monologues. (…) Dialogue also demands both sides to listen with the same openness and to show some basic willingness to change their mind".

Center for Global Dialogue and Cooperation

Read President's speech

Le président Barroso : la présidence à venir, une « grande opportunité » pour la Grèce

Le président Barroso a accueilli la prochaine présidence du Conseil des ministres par la Grèce comme une « grande opportunité » pour le pays, et a déclaré que la Commission offrirait tout son soutien pour en faire un réel succès.

04/12/2013

© EU

« J’espère et je crois que la présidence grecque sera une excellente occasion de montrer que la Grèce est capable non seulement de résoudre ses problèmes grâce à la solidarité européenne, mais aussi d’apporter elle-même une importante contribution au projet européen », a déclaré le président Barroso, à la suite d’une conférence de presse conjointe avec le premier ministre grec, Antonis Samaras.

Le président Barroso s’est exprimé après une série de réunions entre le collège des commissaires et plusieurs membres du gouvernement grec, en prévision de la présidence grecque qui débutera en janvier 2014. « J’ai garanti au premier ministre Samaras et au gouvernement grec notre plein soutien pour les six mois à venir sous cette présidence, et j’ai été heureux de l’entendre confirmer que les priorités de la Grèce étaient largement en phase avec les nôtres », a dit le président Barroso. « C’est un moment crucial pour l’Europe alors même que nous sommes en train de finaliser des textes de loi importants avant les élections européennes de mai. »

Concernant l’économie, le président Barroso a rendu hommage aux progrès accomplis par la Grèce sous le programme d’aide financière de l’UE et du FMI, et a déclaré que le « travail acharné porte ses fruits », l’économie devant pouvoir renouer avec la croissance dès l’an prochain. « La Grèce était toute proche de la faillite il y a quelque temps, toute proche d’une réelle situation d’une extrême difficulté, d’un point de vue économique et social. Je sais que ce fut au prix de grands sacrifices, mais la Grèce peut désormais envisager l’avenir avec un peu plus de confiance », a dit le président Barroso. « Je tiens à vous dire que j’apprécie grandement la détermination démontrée par les citoyens et les autorités grecs en ces temps particulièrement difficiles, et je souhaite vous informer du fait que la Commission soutient la Grèce et les efforts du peuple grec dans sa quête d’un meilleur avenir. »


Il a ajouté que la crise a donné à la Grèce une perspective différente sur la présidence. « Grâce aux leçons tirées de la crise, la Grèce peut aussi guider l’Union européenne, apportant sa sensibilité particulière dans la gestion de nombreuses questions, allant des Balkans à la politique maritime, sujets sur lesquels la Grèce en sait plus que la plupart de nos États membres », a-t-il dit.

Le président a aussi mis en avant la contribution de la Grèce à la civilisation européenne et mondiale. « L’Europe ne serait pas l’Europe aujourd’hui sans la contribution de la Grèce : de la philosophie aux mathématiques, en passant par le théâtre et la littérature, le monde ne serait pas le même. Voilà une dette ancestrale dont notre civilisation entière est redevable à la Grèce », a-t-il ajouté.

Lire la déclaration du président

Visionner la vidéo

Le président Barroso rencontre le roi Abdullah II de Jordanie

Le président Barroso a rencontré mercredi le roi Abdullah II de Jordanie. L’UE a développé un partenariat étroit avec la Jordanie, fondé sur un accord d’association en vigueur depuis 2002.

04/12/2013

President Barroso meets King Abdullah II of Jordan © EU

Lors de cette rencontre, le président Barroso a soutenu l’idée d’un approfondissement des rapports entre l’UE et la Jordanie dans les domaines du commerce et des investissements, en suggérant la négociation d’une zone de libre-échange approfondie et complète (DCFTA). Un tel accord aurait un impact tangible sur l’économie de la Jordanie en termes de stimulation des investissements et de soutien au processus en cours de réforme économique nationale.

Les deux dirigeants se sont aussi entretenus sur les questions de mobilité, plus particulièrement sur le lancement des négociations d’un partenariat pour la mobilité en janvier 2014.

Le président Barroso et le roi Abdullah II ont également abordé l’opération d’assistance macro-financière qui atteint les € 180 millions et que l’UE est en train de préparer en réponse à la requête exprimée par la Jordanie. Cette aide prendrait la forme d’un prêt à moyen terme, et la Jordanie deviendrait ainsi le premier pays partenaire du Sud à bénéficier de cet exceptionnel instrument financier. Par ailleurs, l’UE a augmenté de manière significative son aide au développement pour la Jordanie (€ 101 millions de fonds supplémentaires via le programme SPRING depuis 2011), menant ainsi la coopération bilatérale de l’UE avec la Jordanie à un total de € 324 millions pour la période 2011-2013.

La Jordanie étant un acteur clé au Moyen-Orient, le président Barroso et le roi Abdullah II ont également discuté de la promotion de la paix, de la stabilité et de la prospérité dans cette région. Au sujet de la Syrie, le président Barroso a partagé ses vues sur l’assistance humanitaire et de développement apportée en réponse à la crise syrienne, qui s’élève à près de € 2 milliards. En outre, le soutien apporté par l’UE aux réfugiés et aux communautés d’accueil en Jordanie atteint un total de € 224 millions. Les dirigeants ont aussi échangé leurs points de vue sur la conférence Genève II, qui se tiendra en janvier 2014.

Plus d’informations au sujet des relations UE-Jordanie

Plus d’informations sur leurs relations politiques

Visionner la vidéo

Le président Barroso : « Les rapports entre la Norvège et l’UE ne sont pas bons, ils sont excellents ! »

Le président Barroso accueillait mardi Erna Solberg, première ministre norvégienne, lors de sa première visite à Bruxelles dans l’exercice de ses nouvelles fonctions. Le président a souligné que les rapports entre l’UE et la Norvège étaient solides et de grande importance pour chacune des deux parties.

03/12/2013

President Barroso welcomed the Norwegian Prime Minister Erna Solberg © EU

Au cours de leur rencontre, le président Barroso et la première ministre Solberg ont discuté de la coopération entre l’UE et la Norvège, principalement fondée sur l’Espace économique européen (EEE) et les accords de Schengen.

« Je salue aujourd’hui l’intention du nouveau gouvernement de Norvège de poursuivre une politique européenne encore plus active, principalement grâce à l’accord de l’EEE, et je me réjouis d’œuvrer à cette fin aux côtés de la première ministre et de son équipe. »

Il a ajouté : « L’annonce par le gouvernement de lever la réserve de la Norvège quant à l’introduction de la troisième directive postale dans l’accord de l’EEE est un signe encourageant. Nous espérons continuer à recevoir ce genre de bonnes nouvelles à l’avenir. »

D’autres points, comme les relations commerciales bilatérales, un nouvel accord multilatéral sur la pêche au maquereau, ou encore l’énergie, étaient aussi à l’ordre du jour. Concernant l’énergie, le président a déclaré : « Une part substantielle de l’approvisionnement énergétique de l’UE vient de Norvège, et cet approvisionnement nous est mutuellement bénéfique et est sécurisé. Un élargissement de cette coopération ouverte, fiable et transparente est dans notre intérêt commun. Avoir la Norvège pour partenaire énergétique – un partenaire fiable pour l’Union européenne – est très important pour nous. Aujourd’hui, j’ai eu une discussion formelle avec la première ministre quant à quelle pourrait être notre future politique climatique. Nous avons échangé nos points de vue sur ce qui pourrait se produire en matière d’énergies renouvelables et quant aux possibles interconnexions entre la Norvège et l’Union européenne. »

Le président Barroso a également remercié la Norvège pour ses contributions à l’UE et son soutien sur des questions globales comme les migrations. Il a conclu la rencontre en déclarant : « les rapports entre la Norvège et l’Union européenne ne sont pas bons, ils sont excellents ! ».

Lire la déclaration dans son intégralité

Visionner la vidéo

Tourisme – un rôle vital pour l’Europe, et vice-versa

Aujourd’hui, vers 12h15, le président Barroso prononcera un discours au 17ème sommet sur le tourisme qui se tient à Berlin.

02/12/2013

© EU

Il en profitera pour rappeler les effets mutuellement bénéfiques du tourisme et de l’intégration européenne, et souligner en particulier l’importance des quatre libertés du marché unique pour un secteur touristique florissant.

Il sera susceptible de déclarer : « Si le véritable objectif du projet européen est de de ‘réunir les peuples et non les États’, alors l’importance du secteur touristique pour atteindre ce but est énorme. Plus que tout, au fil des décennies, les citoyens de l’Europe voyageant de leur propre pays vers d’autres contrées européennes ont unifié notre continent. Dans l’expérience des gens, le voyage a fait de l’unité européenne quelque chose de tangible, bénéfique et attrayant. Le voyage a rendu le fait d’être ‘européen’ encore plus naturel. Il a, par conséquent, contribué à forger une identité européenne, fondée sur la diversité culturelle de l’Europe. Et dans le même temps, l’importance de l’Europe pour le secteur touristique est inversement tout aussi vitale. Où en serait le tourisme aujourd’hui sans les quatre libertés du marché unique ? Sans la libre circulation des biens, des services, des capitaux et, bien sûr, des personnes. »

Il soulignera également l’importance économique du tourisme et son rôle d’indicateur de performance de notre croissance et de la confiance des consommateurs. Il attirera l’attention sur le fait que le tourisme a résisté à la crise et s’en remet désormais mieux que la plupart des secteurs. Il rappellera que l’intégration des marchés au bénéfice des entreprises et des consommateurs, cruciale pour le secteur touristique, est un effort constant. Il insistera sur le fait qu’il n’y aura pas de retour en arrière vers notre ‘ancienne normalité’, mais au contraire, une avancée vers une ‘nouvelle normalité’, fondée sur un modèle de croissance modifié qui rendra l’Union plus résistante et plus compétitive.

Le président Barroso devrait aussi caractériser le tourisme de « moteur puissant d’une croissance impulsée par la demande intérieure, comme par exemple en Allemagne, où ceci fait actuellement l’objet d’un débat important. Mais ceci est tout aussi important pour un exercice de rééquilibrage européen plus large, puisque l’Europe méditerranéenne a enregistré des performances encore supérieures à la moyenne ces dernières années. » Il rappellera que cette région est la destination de vacances préférées à travers le monde, avec une part de marché atteignant les 18%. « L’Espagne se place en tête, avec 34 millions de touristes entre janvier et juillet, et une hausse de 4% de ses touristes internationaux, comparé aux chiffres de l’an dernier. La Grèce (+9.2%), Malte (+10%) et le Portugal (+8%) enregistrent tous une saine croissance. Voilà une raison supplémentaire de chérir l’impact de l’industrie du tourisme sur la croissance de l’Europe et la création d’emplois en Europe. »

Enfin, dernier élément mais non des moindres, le président Barroso rappellera que la Commission vise à renforcer la compétitivité du secteur touristique via la création d’un environnement favorable pour les entreprises et pour la coopération entre les États membres.

Plus d’informations :

Le discours sera diffusé ici.

Lire le discours du président

Vidéo du sommet

Résultats d’un entretien téléphonique avec le président ukrainien Ianoukovitch

M. Ianoukovitch, président de l’Ukraine, a appelé M. José Manuel Barroso, président de la Commission européenne, aujourd’hui. Au cours de cet appel, le président de la Commission a souligné cinq points concernant l’actuelle situation de tension en Ukraine.

02/12/2013

© EU

Le président Barroso a déclaré :

 

Le président Ianoukovitch a approuvé cette approche et explicitement confirmé son intention d’enquêter sur l’utilisation de la force par la police ukrainienne et de rendre publics les résultats d’une telle enquête.

Au cours de cette même conversation téléphonique, le président de l’Ukraine a demandé que la Commission européenne reçoive une délégation ukrainienne afin de discuter certains aspects de l’accord d’association et de la zone de libre-échange approfondie et complète. Le président Barroso a confirmé que la Commission européenne était prête à recevoir une telle délégation au niveau approprié.

Il a souligné que la Commission européenne était disposée à discuter les aspects de mise en œuvre des accords déjà paraphés, mais qu’elle n’était pas disposée à ré-ouvrir quelques négociations que ce soit.

Ces termes furent acceptés par le président Ianoukovitch et il fut décidé que le calendrier et le niveau de cette consultation devraient être organisés en suivant les voies diplomatiques appropriées.