Glossaire:Correction des effets de calendrier

La correction des effets de calendrier est une méthode statistique permettant de supprimer d’une série chronologique les effets de calendrier. Les effets de calendrier désignent les variations entraînées par la variabilité du nombre de jours ouvrables de mois en mois ou entre d’autres périodes (trimestre, année).

La correction des effets de calendrier est principalement utilisée pour le calcul des statistiques à court terme (SCT), pour convertir les chiffres ou indices bruts en équivalents ajustés en fonction des jours ouvrables. Pour ce faire, il est tenu compte de la durée calendaire d’un mois donné.

Les effets de calendrier sont ensuite retirés, quelle que soit leur nature. Le nombre de jours ouvrables dans un mois donné dépend:

  • de la date de certains jours fériés (comme Pâques, qui peut tomber en mars ou en avril selon les années);
  • de la coïncidence éventuelle de certains jours fériés et jours chômés (le 1er mai peut tomber un dimanche);
  • du fait que l’année est bissextile ou non.

L’ajustement en fonction des jours ouvrables, un des éléments de la correction des effets de calendrier, concerne la variabilité du nombre de jours ouvrables (du lundi au vendredi) de mois en mois et ses effets sur les indicateurs statistiques (par ex. la production industrielle et le chiffre d'affaires du commerce de détail) durant les mois en question.

Il convient de noter que la correction des effets de calendrier peut influencer la moyenne annuelle de la valeur de l’indice au cours de l’année de référence. En règle générale, la moyenne annuelle des valeurs mensuelles ou trimestrielles de l’indice pour l’année de référence est de 100 pour les données non corrigées (voir l'article "Short-term business statistics - compiling indices at European level"). Cette moyenne peut être modifiée par l’ajustement calendaire. Prenons une année au cours de laquelle plusieurs jours fériés tombent pendant un week-end: au cours de cette année, le nombre de jours de travail est plus élevé qu'au cours des années précédentes. Les valeurs moyennes de l’indice corrigé des effets de calendrier seront donc légèrement inférieures à 100 au cours de l’année de référence, puisque la production (ou le chiffre d’affaires) ont été obtenus grâce à un nombre accru de jours ouvrables.

L’effet de l’ajustement calendaire sur la moyenne annuelle des valeurs de l’indice au cours de l’année de référence est généralement assez faible. Il dépend du calendrier de l’année de référence et de l’effet d'un jour ouvrable supplémentaire. En règle générale, l'écart entre la moyenne annuelle de l’indice corrigé et non corrigé ne devrait pas dépasser ± 2 points de pourcentage.

Étant donné que l’ajustement saisonnier inclut également les ajustements calendaires (par exemple dans le cas des statistiques conjoncturelles d’Eurostat, où le calcul des données corrigées des variations saisonnières repose sur des données corrigées des effets de calendrier), l’effet sur l’indice annuel moyen est également visible dans les données corrigées des variations saisonnières.

Il est possible d’éliminer l’effet de l’ajustement calendaire en re-référençant les résultats avec ajustement calendaire à une moyenne de 100 pour l’année de référence. Certains États membres de l’UE procèdent de la sorte alors que d’autres préfèrent mettre en évidence l’effet sur leurs données de l'ajustement calendaire, considéré comme une information supplémentaire pour les utilisateurs.

La décision de re-référencement ou de présentation d' informations complémentaires n’a un impact qu'au niveau des séries chronologiques, mais n’a pas d’effet sur les taux de croissance.

Concepts apparentés