• Le globe et un cœur

    Le moment est venu de rétablir notre rapport brisé à la nature. Le changement climatique, l'appauvrissement de la biodiversité et la propagation de pandémies dévastatrices ne nous laissent pas d'autre choix.

  •  

    Arbres

    La stratégie en faveur de la biodiversité placera l’Europe sur la voie de la reprise écologique à l'horizon 2030

Pourquoi devons-nous protéger la biodiversité?

abeille butinant

La biodiversité est essentielle à la vie. La nature nous procure des denrées alimentaires, des médicaments, des matériaux et des loisirs, et pourvoient à notre santé et notre bien-être. Un écosystème sain permet de filtrer notre air et notre eau, contribue à maintenir l’équilibre climatique, transforme les déchets en ressources, pollinise et fertilise les cultures, et bien plus encore. 

 

La nature pourvoit également aux besoins des entreprises: la moitié du produit intérieur brut (PIB) mondial, soit 40 billions d’euros, dépend de la nature. 

Éléphants

La nature est en train de disparaître comme jamais auparavant à cause d’activités humaines non durables. 

La population mondiale d'animaux sauvages a chuté de 60 % au cours des 40 dernières années. Un million d’espèces sont menacées d’extinction.

Jardin

L'appauvrissement de la biodiversité et la crise climatique sont interdépendants: si l’un s'aggrave, l'autre aussi.

Il est essentiel de restaurer les forêts, les sols et les zones humides, et de créer des espaces verts dans les villes
pour parvenir à atténuer les effets du changement climatique dans la mesure nécessaire d'ici à 2030.

Principaux éléments de la stratégie en faveur de la biodiversité

  • Créer des zones protégées représentant au moins:
  • Champ

     

    30 % des terres en Europe

  • mer

     

    30 % des mers en Europe

  • Icône symbolisant un écosystème

    avec des objectifs juridiquement contraignants en matière de restauration de la nature en 2021, prévoyant une protection plus stricte des forêts de l’UE.

 

  • Restaurer les écosystèmes terrestres et marins dégradés dans toute l’Europe:
  • Coccinelle sur une plante

    en étendant l’agriculture biologique et en augmentant les éléments de paysage riches en biodiversité sur les terres agricoles

  • Abeille sur un tournesol

    en enrayant et inversant le déclin des pollinisateurs

  • Récolte

    en réduisant de 50 % d’ici à 2030 l’utilisation et la nocivité des pesticides

  • Rivière

    en rétablissant au moins 25 000 km de cours d'eau à courant libre dans l'UE

  • Forêt

    en plantant 3 milliards d’arbres d’ici à 2030

  • Débloquer 20 milliards d’euros par an pour la biodiversité en recourant à diverses sources, y compris les fonds de l’UE et des financements nationaux et privés. Les considérations en matière de capital naturel et de biodiversité seront intégrées aux pratiques commerciales
  • Faire en sorte que l’UE devienne un chef de file mondial dans la gestion de la crise planétaire de la biodiversité. La Commission mobilisera l’ensemble des instruments de l’action extérieure et des partenariats internationaux en vue d'adopter un nouveau cadre mondial ambitieux en matière de biodiversité sous l'égide des Nations unies lors de la conférence des parties à la convention sur la diversité biologique en 2021.

Arguments économiques en faveur de la biodiversité

icône symbolisant la reprise Plus de la moitié du PIB mondial — environ 40 billions d’euros — dépend de la nature

La restauration de la nature constituera un élément central du plan de relance de l’UE en réaction à la pandémie de COVID-19, qui offrira des possibilités immédiates en matière de commerce et d’investissement en vue de redresser l’économie de l’UE.

Trois secteurs économiques clés:

  • construction 
  • agriculture
  • denrées alimentaires et boissons

Ces secteurs dépendent dans une large mesure de la nature et génèrent plus de 7 billions d’euros

Avantages de la conservation de la biodiversité pour l’économie:

  • augmentation des bénéfices annuels de l’industrie des produits de la mer de plus de 49 milliards d’euros grâce à la conservation des stocks marins
  • économie d’environ 50 milliards d’euros par an pour le secteur de l’assurance grâce à la réduction des pertes dues aux inondations en protégeant les zones humides côtières
  • maintien de la valeur de six secteurs dépendant de la nature pour plus de 50 %: produits chimiques et matériaux; aviation, voyages et tourisme; activités immobilières; secteur minier et métallurgie; chaîne d’approvisionnement et transports; commerce de détail, biens de consommation et mode de vie
  • entre 200 et 300 milliards d’euros par an pour Natura 2000, le réseau européen de protection de la nature

L’inaction a notamment les conséquences suivantes:

  • appauvrissement de la biodiversité et effondrement des écosystèmes, deux des plus grandes menaces auxquelles l’humanité doit faire face au cours de la décennie à venir
  • coûts économiques et sociaux. On estime que le monde a déjà perdu entre 3,5 et 18,5 billions d’euros par an en matière de services écosystémiques de 1997 à 2011, et entre 5,5 et 10,5 billions d’euros par an en raison de la dégradation des terres. La biodiversité est à la base de la sécurité alimentaire de l’UE et de la planète. Les risques liés à la perte de biodiversité mettent en péril nos systèmes alimentaires et notre alimentation
  • réduction des rendements agricoles et des captures de poissons, augmentation des pertes économiques dues aux inondations et à d’autres catastrophes, et perte de nouvelles sources potentielles de médicaments
  • plus de 75 % des cultures vivrières dans le monde dépendent de la pollinisation animale
  • en moyenne, les rendements mondiaux moyens de cultures telles que le riz, le maïs et le blé devraient diminuer de 3 % à 10 % par degré de réchauffement supérieur aux niveaux historiques.

 

Créer des emplois

icône symbolisant la restauration de la nature La restauration de la nature entraîne la création d'emplois locaux directs et indirects qui revitalisent les communautés locales.
icône symbolisant la protection Selon les estimations, le réseau Natura 2000 soutient 104 000 emplois directs dans les activités de gestion et de conservation des zones protégées, auxquels s’ajoutent 70 000 emplois indirects. Cela repose sur un investissement annuel de 6 milliards d’euros pour la gestion et la restauration du réseau. À l’avenir, les besoins en matière de biodiversité pourraient créer jusqu’à 500 000 emplois.
icône En ce qui concerne l'agriculture, 1,3 million des 9,6 millions d’emplois agricoles dans l’UE sont directement ou indirectement liés à Natura 2000. Le secteur du tourisme emploie 12 millions de personnes en Europe. 3,1 millions d'entre elles ont des liens avec des zones protégées telles que Natura 2000. 
icône

Une part importante des 25 % du budget de l’UE consacrés à l’action pour le climat sera investie dans la biodiversité et les solutions fondées sur la nature. 

 

Documents