Promouvoir le recours à la géothermie en région de Bruxelles-Capitale

BruGeo a pour objectif de valoriser le potentiel géothermique de la région bruxelloise, en particulier la géothermie peu profonde couplée à une pompe à chaleur. Cartographier le potentiel géothermique de Bruxelles permet de stimuler le recours à cette source d’énergie propre et renouvelable. Le projet vise à fédérer les principaux acteurs actifs dans le domaine de la géothermie à Bruxelles et à renforcer l'activité économique dans ce secteur via le développement de PME.

Autres outils

 
Drilling, pumping tests and characterisation of geothermal properties have been carried out at a series of sites in Brussels. ©Brugeo @SPRB 2018 Drilling, pumping tests and characterisation of geothermal properties have been carried out at a series of sites in Brussels. ©Brugeo @SPRB 2018

" Une meilleure caractérisation du sous-sol bruxellois a permis la réalisation d’une cartographie du potentiel géothermique bruxellois. Un tel outil permettra à terme à tout citoyen d’estimer facilement les bénéfices associés à l’installation d’un système géothermique dans son habitation. "

Pierre Gerard, professeur associé à l’Université Libre de Bruxelles

Le projet BruGeo vise à promouvoir le recours à la géothermie en région de Bruxelles-Capitale pour des applications de chauffage et de refroidissement de bâtiments ou de stockage d’énergie. La géothermie possède en effet l’avantage d’être une ressource propre en termes d’émission de gaz et elle est, en outre, inépuisable. Elle a donc sa place dans le mix énergétique du futur, mais reste trop peu utilisée au regard de son potentiel et ce, pour deux raisons principales :

  • la technique est souvent méconnue des architectes ou maîtres d’ouvrage ;
  • la méconnaissance du sous-sol bruxellois est un frein aux investissements associés aux pré-études nécessaires pour les bâtiments de grandes tailles.

Caractériser les sols

Le développement de la géothermie passe tout d’abord par une meilleure connaissance du sous-sol bruxellois. En effet, le type et les conditions du sous-sol peuvent influencer l’efficacité et donc la taille des systèmes à mettre en place. Cela consiste tout d’abord à regrouper les informations existantes auprès des différents partenaires du projet, puis à cibler des zones où la connaissance est plus limitée et y effectuer des essais de terrain pour mieux caractériser le sous-sol.

Le projet comporte également une réflexion sur la révision de la législation qui était, en début de ce projet, non adaptée à ce type de technologie.

Enfin, il comprend un volet communication et promotion de la technique auprès des différents publics cibles : citoyens, architectes, bureaux d’étude en énergie, installateurs et foreurs.

Des avancées importantes et des actions de communication

Plusieurs réalisations ont déjà eu lieu. Ainsi, des essais in-situ (forages, tests de pompage, caractérisation des propriétés géothermiques, etc.) ont été réalisés dans une série de sites bruxellois, avec un focus sur les couches rocheuses rencontrées au-delà de 100 m de profondeur à Bruxelles. Ces couches sont généralement non utilisées pour la géothermie alors qu’elles possèdent un potentiel important.

Ensuite, une cartographie du potentiel géothermique de Bruxelles sera mise en ligne au printemps 2020. Celle-ci fournira à toute personne le pré-dimensionnement d’une installation géothermique (nombre de sondes, profondeurs) en fonction du lieu et des besoins énergétiques du bâtiment. Un cadastre des installations existantes en région bruxelloise a été réalisé. En parallèle, la législation relative aux installations géothermiques a été révisée. Des événements de communication (conférence grand public de vulgarisation de la géothermie, conférence spécifique pour les bureaux d’étude et installateurs sur les spécificités de la géothermie à Bruxelles, etc.) ont été organisés. Enfin, un site web reprenant toute l’information nécessaire au montage d’un projet géothermique à Bruxelles a été créé.

Quatre chercheurs (université, centre de recherche) sont directement financés par le projet. En outre, une série d’entreprises ont bénéficié d’un soutien non financier via les activités du projet. A terme, le recours plus fréquent à l’énergie géothermique peut contribuer à la transition énergétique de la région Bruxelloise vers une utilisation plus rationnelle et plus durable de l’énergie.

 

Investissement total et financement européen

Le projet « BruGeoThermap » a fait l’objet d’un investissement total de 1 085 145 EUR ; la contribution du Fonds européen de développement régional s’élève à 485 125 EUR au titre du programme de coopération « FEDER PO Bruxelles Région Capitale/EFRO OP Brussel Hoofdstedelijk Gewest » pour la période de programmation 2014-2020. L’investissement relève de la priorité « Energy Union and Climate ».

 

Date de rédaction

27/09/2019