Dynamiser l’emploi de personnes en situation de handicap à Bruxelles

Mis en œuvre par la Fédération bruxelloise des entreprises de travail adapté (Febrap), le projet Dev’Up Team a pour mission d’aider les entreprises de travail adapté de Bruxelles à identifier et développer de nouvelles activités pour leur permettre de poursuivre leur objectif social.

Autres outils

 
Dev’Up Team aims to develop or diversify the activities of 11 adapted work companies in Brussels in order to support job retention among disabled people. ©CC0 Creative Commons Dev’Up Team aims to develop or diversify the activities of 11 adapted work companies in Brussels in order to support job retention among disabled people. ©CC0 Creative Commons

" Trente-huit projets innovants ont été accompagnés au profit de l'emploi de personnes en situation de handicap. Mais au-delà, ce projet a permis d'insuffler de l'audace entrepreneuriale et de doter le management d'entreprises sociales d'outils pour mieux piloter la recherche et le développement de nouvelles activités économiques. "

Michaël Lans, Coordinateur Dev’Up Team

Dev’up Team vise à développer ou diversifier les activités des 11 entreprises de travail adapté (ETA) bruxelloises afin de favoriser le maintien à l’emploi de personnes en situation de handicap et de développer dans ces entreprises des dynamiques favorisant le développement de nouvelles opportunités économiques et, par là même, le développement de l’emploi pour ce type de travailleurs.

Le projet consiste à rechercher de nouvelles activités économiques via une équipe de développeurs de projets, à analyser le besoin de formation dans l’objectif de développer l’audace entrepreneuriale et l’innovation et de mettre en œuvre ces formations.

Lutter contre la concurrence et le chômage

Les entreprises de travail adapté sont des entreprises d'économie sociale qui ont pour but de mettre à l’emploi des personnes en situation de handicap. Les moyens pour atteindre cet objectif sont économiques. En effet, elles proposent des services et des produits sur des marchés concurrentiels dans une logique marchande. Sur les métiers de manutention simple exercés principalement par les travailleurs les moins autonomes, les ETA subissent des concurrences externes avec lesquelles elles ne peuvent rivaliser, comme le travail de la Régie pénitentiaire, l’évolution de la mécanisation des tâches répétitives ou encore la main d’œuvre bon marché des pays émergents. Elles doivent également faire face à une concurrence très rude au sein même du secteur.

L’offre de service des ETA est relativement stable en raison des quotas maximum d’emploi fixés par les trois régions belges, mais la demande s’est considérablement restreinte. La raréfaction des métiers de sous-traitance manutentionnaire a eu un impact sur les prix proposés par les ETA, qui font « le gros dos » en puisant dans leur réserve pour survivre à moyen terme à cette situation. Les ETA tentent de diversifier leurs activités pour maintenir le volume d’emplois, mais plusieurs indicateurs économiques montrent que ces efforts ne semblent que ralentir les pertes d’emploi ou le nombre de jours de chômage économique du public-cible. 

Une mutualisation des services

Le projet a pour but de développer les activités de 11 ETA subventionnées par la Commission communautaire française afin de maintenir à l’emploi des personnes en situation de handicap et d’en créer de nouveaux, plus pérennes. Pour cela, il a permis la mise à disposition d’une équipe de développeurs de projets et des coachings individualisés visant à améliorer les compétences entrepreneuriales liées à l’innovation de chaque équipe de management des 11 ETA. Cette mutualisation entre les 11 ETA des services d’une cellule de R&D est tout à fait innovante.

Ainsi, une formation sur mesure dispensée par la Solvay Brussels School a été suivie par le management de 10 entreprises de travail adapté. En outre, 38 projets ont été accompagnés pour le compte de 11 ETA, dont plus de la moitié sont « implantés » ou en cours d’implémentation. Ces structures donnent de l'emploi à près de 1 390 travailleurs en situation de handicap et près de 250 encadrants.

Création d’emplois

Pour mener à bien ce projet, l’équipe de la Dev'Up Team a recruté 2.7 ETP direct pour une durée de deux ans et demi. Toutefois, il est difficile de chiffrer actuellement le nombre d'emplois directement créés par le projet car toutes les activités lancées sont naissantes et n'auront atteint leur vitesse de croisière que dans les prochaines années. Dans les scénarios optimistes, ce projet aura permis la création ou la reconversion de 100 emplois, dont 90 destinés à des personnes en situation de handicap.

Investissement total et financement européen

Le projet « Dev’up Team-Febrap » a fait l’objet d’un investissement total de 720 365 EUR ; la contribution du Cohesion Fund s’élève à 300 000 EUR au titre du programme de coopération « Brussels Capital Region » pour la période de programmation 2014-2020. L’investissement relève de la priorité « Jobs, Growth and Investment ».

Date de rédaction

19/09/2019