Protection Civile et Operations d'Aide Humanitaire Européennes

Service tools

Somalie

Somalia by Sebastien Rich Unicef
© UNICEF/Sebastien Rich
Introduction

Les pluies saisonnières supérieures à la moyenne survenues en mars ont donné lieu à des crues soudaines et des déplacements de population dans les régions centrales et méridionales de la Somalie. Ces inondations ont encore réduit la résilience d’une population fragilisée, à la sécurité alimentaire et nutritionnelle déjà critique en conséquence des quatre précédentes mauvaises saisons des pluies enregistrées dans la plupart des régions du pays. Le durable conflit somalien continue d’entraver l’accès aux populations dans le besoin. L’UE a considérablement renforcé son aide depuis 2017, contribuant à l’évitement d’une catastrophe similaire à la famine de 2011, qui avait engendré le décès de 260 000 personnes.

Quels sont les besoins ?

Environ la moitié des 12 millions d’habitants de la Somalie sont en situation d’insécurité alimentaire et ont besoin d’une aide humanitaire. On estime à 1,2 million le nombre d’enfants risquant de souffrir de malnutrition aiguë, parmi lesquels 232 000 risquant de souffrir de sa forme la plus sévère et létale. Le déplacement de 2,1 millions de personnes, dans des conditions souvent insalubres, est inquiétant et les rend vulnérables aux risques d’expulsion, d’exploitation et d’abus. Les pluies saisonnières supérieures à la moyenne enregistrées en 2018 ont poussé des milliers de personnes à se déplacer, en raison des inondations qui s’en sont suivies et de la dégradation des conditions de vie dans les camps surpeuplés accueillant les personnes déplacées à l’intérieur du pays (PDI).
En avril 2018, plus de 427 000 personnes ont été affectées par les inondations, parmi lesquelles 175 000 ont été contraintes au déplacement. Les expulsions musclées continuent de ronger les efforts visant à venir en aide aux PDI et à trouver des solutions durables à cette situation. Rien qu’en 2018, plus de 150 000 personnes ont été expulsées de force, principalement à Mogadiscio, Baidoa et Galkayo. La sécheresse durable observée dans la plupart des régions du pays a dévasté les communautés les plus vulnérables. Nombre d’entre elles ne se sont jamais vraiment remises de la famine de 2011-2012. Les populations affectées par la sécheresse ont vu leurs mécanismes d’adaptation fortement érodés et continuent donc de dépendre de l’aide humanitaire en 2018.
Plus de 870 000 Somaliens vivent réfugiés dans les pays voisins, notamment au Kenya, en Ouganda, au Djibouti et en Éthiopie. Les rapatriements volontaires depuis le Kenya se poursuivent en dépit des problèmes de sécheresse ; on compte plus de 70 000 rapatriés depuis 2014. L’UE reste fidèle à sa position, à savoir que tout rapatriement doit se faire sur base volontaire et informée, de manière sécurisée et dans le respect de la dignité des personnes.

Carte Somalie
En quoi consiste notre aide ?

L’Union européenne continue encore en 2018 d’intensifier son aide humanitaire pour les populations affectées par le conflit et la sécheresse en Somalie. En 2017, l’Union européenne a mobilisé des fonds considérables dans les efforts de réponse à la sécheresse (€ 119 millions). Ces fonds ont permis à ses partenaires d’organiser une aide vitale dans les régions les plus sévèrement touchées par les pénuries en eau et en vivres, et les épidémies de maladies. Les efforts humanitaires internationaux, qui permettent d’aider chaque mois 3 millions de personnes, ont jusqu’ici permis d’éviter la famine et de limiter la hausse des tarifs alimentaires. Ensemble, l’Union européenne et les États membres de l’UE contribuent actuellement environ 60 % de l’aide humanitaire totale fournie à la Somalie.

L’octroi d’une aide sous forme d’espèces est une priorité. Octroyer des espèces aux populations pour qu’elles puissent s’acheter des articles de première nécessité dans le contexte commercial dynamique de la Somalie, s’est avéré être une forme d’aide efficace et digne. Rien qu’en 2017, plus de 600 000 personnes dans le besoin ont ainsi bénéficié d’allocations en espèces financées par l’UE.

D’autres formes d’aide sont également mobilisées, notamment en matière de préparation et de réponse aux urgences, de soins de santé, de soins nutritionnels, de logement, d’eau, d’assainissement et d’hygiène, de protection et d’éducation. La malnutrition aiguë dépassant les seuils d’urgence en de nombreux endroits, l’UE finance aussi le traitement des enfants souffrant de malnutrition sévère. À travers le pays, plus de 310 000 enfants ont reçu des aliments et soins thérapeutiques en 2017, grâce à l’appui de la communauté des bailleurs de fonds et des efforts des équipes locales.

Les soins de santé constituent une autre priorité au vu des taux de mortalité infantile et maternelle durablement élevés et des épidémies récurrentes. L’aide de l’UE soutient les hôpitaux de Mogadiscio, de Kismayo, et d’ailleurs, ainsi que de nombreuses infrastructures sanitaires soignant les déplacés. Elle soutient aussi les équipes d’urgence répondant aux épidémies de maladies. Les opérations humanitaires ont pour objectif d’aider les régions les plus durement touchées du pays, malgré les difficultés d’accès auxquelles elles sont susceptibles d’être confrontées.

Le service de la Commission européenne chargé de la protection civile et des opérations d’aide humanitaire européennes octroie une aide humanitaire à la Somalie depuis 1994. Ces dernières années, les familles déplacées à l’intérieur du pays ont bénéficié d’une aide au retour. Une aide au développement à plus long terme est nécessaire si l’on veut éviter que ces populations ne se retrouvent à nouveau en situation de crise. À cet effet, une coordination entre les services humanitaires et de développement de l’UE a été établie.

Les partenaires humanitaires de l’UE en Somalie travaillent dans un contexte dangereux et difficile. L’accès aux populations demeure une lutte constante et les violations des droits de l’Homme et du droit international humanitaire sont fréquentes. L’Union européenne s’engage à préserver un espace humanitaire et l’indépendance de l’aide humanitaire afin que toutes les personnes dans le besoins puissent être aidées.

Dernière mise à jour
30/04/2018