Protection Civile et Operations d'Aide Humanitaire Européennes

Service tools

Assistance alimentaire

Repas en famille par PAM Chris Terry
Repas en famille dans le nord du Tchad © UE/PAM/Chris Terry

Pourquoi est-ce important?

Malgré les avancées encourageantes constatées ces dernières années, quelque 108 millions de personnes dans le monde ont souffert en 2016 de l’insécurité alimentaire, d’après le rapport mondial sur les crises alimentaires 2017. Cela représente une hausse drastique par rapport à 2015, où ce chiffre approchait seulement les 80 millions. Les principales crises alimentaires de 2016 ont été causées par les conflits, des tarifs alimentaires battant tous les records et des tendances météorologiques anormales, liées au phénomène climatique El Niño.

En quoi consiste notre aide ?

Le service de la Commission européenne chargé de la protection civile et des opérations d’aide humanitaire européennes est pleinement engagé dans l’organisation de l’assistance alimentaire humanitaire apportée aux victimes des crises alimentaires de par le monde, et investit massivement dans l’aide apportée aux pays risquant la famine (Nigéria, Somalie, Soudan du Sud et Yémen), selon une approche intégrée.

Dans l’ensemble c’est près d’un tiers du budget humanitaire annuel de l’UE qui est investi dans l’organisation d’une assistance alimentaire d’urgence. Cela fait de l’UE le premier bailleur de fonds humanitaires au monde dans ce secteur. Depuis 2010, l’UE déploie sa politique d’assistance alimentaire humanitaire et a déjà aidé plus de 100 millions de personnes ne disposant d’aucun accès à des vivres sûrs et nutritifs en suffisance.

L’assistance alimentaire de l’UE s’adapte à chaque contexte de crise spécifique. Par exemple, lorsque la disponibilité des vivres dans les magasins et sur les marchés locaux n’est plus suffisante et que les victimes des catastrophes naturelles ont perdu l’ensemble de leurs ressources financières pour s’acheter de quoi manger, la Commission européenne aide les populations vulnérables à accéder aux vivres dont elles ont besoin en leur allouant une assistance en espèces. Ce type d’aide s’avère souvent plus efficace que l’envoi de sacs de riz ou de farine à l’autre bout du monde.

Néanmoins, lorsqu’il n’y a plus aucune nourriture de disponible sur les étals des marchés locaux juste après qu’une catastrophe ait eu lieu, la Commission fournit aussi des vivres essentiels aux populations les plus vulnérables, en période critique.

Une priorité élevée est accordée à l’organisation de solutions durables et à la restauration de l’autosuffisance, en renforçant en parallèle la résilience et en protégeant les moyens de subsistance des foyers ruraux vulnérables souffrant de l’insécurité alimentaire. Cela passe notamment par le rééquipement des familles d’agriculteurs, à qui semences et outils sont fournis.

Dernière mise à jour
13/09/2017