Protection Civile et Operations d'Aide Humanitaire Européennes

Service tools

Transferts en espèces

© NRC/ Christian Jepsen
Qu'Est-ce que c'est?

Les transferts en espèces sont une aide pécuniaire, qu’il s’agisse d’argent liquide ou électronique. Dans de nombreuses crises humanitaires, des biens sont disponibles sur le marché mais les populations touchées n’ont plus les moyens de les acheter. Dans ces cas-là, des transferts en espèces peuvent être exécutés en toute sécurité en faveur des personnes qui en ont le plus besoin. Les bénéficiaires peuvent choisir comment faire usage de cet argent, ce qui leur offre la dignité du choix.

Pourquoi est-ce important?

Il est largement démontré que les transferts en espèces sont souvent plus efficaces et efficients que d’autres formes d’aide.

La modalité des transferts en espèces dote les personnes touchées des moyens et de la flexibilité de décider des priorités pour leur rétablissement. Bien souvent, l’aide en espèces permet que davantage d’aide parvienne directement aux bénéficiaires. C’est aussi une façon de soutenir les marchés locaux et de poser les bases du redressement et de la résilience des communautés. Les transferts en espèces sont efficaces pour répondre aux stratégies d’adaptation négatives, comme mal se nourrir ou s’endetter.

L’aide en espèces peut s’imbriquer avec les systèmes de protection sociale existants ou poser les fondations d’une aide future à plus long terme.

Compte tenu de sa nature polyvalente, l’aide en espèces est essentielle pour répondre aux besoins des personnes d’une manière coordonnée et qui réponde à une demande.

La préparation à l’aide en espèces garantit que les organisations humanitaires soient prêtes à procéder à des transferts en espèces en anticipation d’un choc, grâce par exemple à des accords ou procédures bien en place.

L’aide en espèces est aussi un catalyseur pour l’innovation. Elle est étroitement associée à d’autres réformes dans le secteur de l’aide humanitaire, comme la localisation, l’aide axée sur le marché et la numérisation.

En quoi consiste notre aide ?

L’UE s’engage de longue date en faveur de l’utilisation d’espèces en contexte humanitaire, là où la situation le permet. Cette position s’ancre dans la politique et les opérations humanitaires de l’UE et est étayée par la validation politique des conclusions du Conseil sur les principes communs régissant l’assistance multifonctionnelle par transfert d’espèces, adoptée en juin 2015. L’UE s’est engagée à fournir 35% de son aide humanitaire sous forme de transferts d’espèces, au titre du ‘grand compromis’ (‘Grand Bargain’).

L’UE promeut des opérations en espèces qui s’appuient sur des progrès ou innovations technologiques et mobilisent les technologies pour renforcer l’interopérabilité de l’aide et faire le lien avec des solutions à plus long terme. En particulier, l’aide humanitaire de l’UE favorise les solutions numériques, comme les transferts électroniques d’argent et les identités numériques, là où ces options ont un sens en termes de coûts, efficacité et efficience. La numérisation doit cependant prévoir des garanties en matière de protection des données.

Les transferts en espèces et, à chaque fois que cela est possible, les espèces électroniques constituent une des modalités par défaut de l’aide humanitaire de l’UE. Néanmoins, une analyse robuste tenant compte du contexte, de la responsabilité vis-à-vis des groupes cibles et des analyses de marché est indispensable pour garantir que l’on sélectionne la modalité la plus appropriée dans l’octroi de l’aide. L’utilisation des transferts en espèces dans l’octroi d’une aide humanitaire de l’UE a augmenté ces dernières années, passant de 24% du budget total en 2016 à 34% en 2019 et 2020.

Le EU Cash Compendium présente une sélection d’études de cas d’aide humanitaire de l’UE sous forme d’espèces. Les études de cas mettent en évidence comment les projets appliquent la note d’orientation de la DG ECHO concernant l’aide en espèces à grande échelle, comment ils garantissent une coordination avec les autres donateurs et un lien avec les filets de sécurité sociale, ainsi que les défis et les leçons apprises.

Les plus vulnérables sont les plus durement touchés par les conséquences économiques de la pandémie de coronavirus. Les transferts humanitaires en espèces jouent un rôle essentiel dans la réponse à l’impact secondaire de la COVID-19 en permettant de maintenir l’aide en toute sécurité.

La Commission européenne participe au Donor Cash Forum (DCF), aux côtés du Danemark, de l’Allemagne, de la Norvège, de la Suède, du Royaume-Uni et des États-Unis. La Commission européenne a signé la déclaration conjointe des donateurs d’espèces en 2019, dans laquelle les donateurs s’engagent à travailler d’une manière plus harmonieuse pour aider leurs partenaires à fournir une aide plus cohérente, efficace et efficiente aux personnes affectées par les crises. Depuis janvier 2021, la Commission européenne codirige le DCF avec la Suisse.

En collaboration avec le Cash Learning Partnership (CaLP), la Commission européenne a codirigé le groupe de travail sur le suivi de l’aide en espèces et coupons (AEC) jusqu’en 2020. Le groupe a été créé pour la prise de décision en tant que sous-axe du flux de travail consacré aux espèces du grand compromis (‘Grand Bargain’). Le guide sur le suivi de l’AEC contient les principaux résultats de ce travail.

Dernière mise à jour
01/03/2021