Protection Civile et Operations d'Aide Humanitaire Européennes

Service tools

Protection civile

Exercice de protection civile de la Commission européenne en Autriche : des équipes de secouristes cherchant des survivants à une catastrophe. © Union européenne/ECHO/Oerk

Les catastrophes, qu’elles soient de cause naturelle ou humaine, peuvent se produire à tout moment. Elles sont susceptibles d’entraîner des dégâts économiques et environnementaux, mais aussi et surtout, des pertes en vies humaines.

L’aide en matière de protection civile consiste en une aide gouvernementale livrée directement au lendemain d’une catastrophe. Ces secours d’urgence peuvent prendre la forme d’une aide matérielle, d’un déploiement d’équipes spécialement équipées, ou d’une évaluation et coordination par des experts déployés sur le terrain.

Les catastrophes ne connaissent pas de frontières et une réponse bien coordonnée au niveau européen est nécessaire si l’on veut éviter une duplication des efforts et garantir que l’aide réponde effectivement aux besoins concrets de la région affectée.

Mécanisme européen de protection civile

Quand un pays est frappé par une catastrophe qui dépasse ses capacités de réponse, les pays européens peuvent apporter une aide par le biais du mécanisme européen de protection civile. Le mécanisme a été mis sur pied en 2001 pour favoriser une coopération entre les autorités nationales de protection civile à travers l’Europe. Il permet d’apporter une réponse plus rapide et plus efficace aux crises, en coordonnant le déploiement d’équipes et de matériel de protection civile vers les pays et populations affectés. 

N’importe quel pays du monde peut introduire une demande d’aide par le biais du mécanisme européen de protection civile. Depuis son lancement en 2001, le mécanisme européen de protection civile a enregistré plus de 200 demandes d’aide. Il est intervenu dans certaines des catastrophes les plus dévastatrices que le monde ait connues, comme lors du passage du typhon Haiyan aux Philippines (2013), des inondations en Serbie et Bosnie-Herzégovine (2014), de l’épidémie du virus Ébola (2014), du conflit en Ukraine (depuis 2014), du séisme au Népal (2015), et de la crise migratoire en Europe (2015).

Centre de coordination des interventions d’urgence (ERCC)

Le Centre de coordination des interventions d’urgence est le cœur opérationnel du mécanisme et opère 24h/24, 7j/7. Il coordonne l’acheminement de l’aide en matière de protection civile dans les pays victimes de catastrophes. Cette aide peut prendre la forme d’une aide matérielle, d’une expertise, d’un déploiement d’équipes d’intervention et d’équipements spécifiques. Étant en contact direct avec les autorités de protection civile des États participants au mécanisme, l’ERCC garantit le déploiement rapide de capacités de protection civile.

En outre, l’ERCC publie des communications d’urgence et propose des outils de suivi, par le biais du Système commun de communication et d’information d’urgence (CECIS), une application en ligne d’alerte et de notification qui facilite l’échange d’informations en temps réel.

Capacités de réponse d’urgence

Afin d’améliorer la préparation européenne aux catastrophes, les pays européens ont créé les Capacités européennes de réponse d’urgence (EERC) en 2014, dans le cadre du mécanisme européen de protection civile. Les EERC rassemblent une série d’équipes de secours, d’experts et d’équipements, rendus disponibles et placés en standby par les États participants, en prévision de missions européennes de protection civile à travers le monde entier. Ce pool volontaire permet à l’UE de répondre plus efficacement et plus rapidement aux catastrophes, et favorise une meilleure planification et coordination des interventions de l’UE.

Prévention et préparation

Via le mécanisme, la Commission européenne soutient et complète les efforts de prévention et de préparation des États participants, en se concentrant sur les domaines où une approche européenne commune s’avère plus efficace que des actions nationales distinctes. Ceci peut donc aller d’un renforcement de la qualité et de l’accessibilité des informations relatives aux catastrophes, à un encouragement de la recherche pour renforcer la résilience aux catastrophes, en passant par une amélioration des outils d’alerte précoce. En outre, le mécanisme propose des programmes de formation et des exercices aux experts et équipes désignés par les pays participants.

Dernière mise à jour
09/02/2016