ARCHIPELAGO

Les modes alternatifs de financement de la formation professionnelle en Afrique face aux défis du futur

NEWS | 24 January 2022

Le troisième atelier régional de partage du Réseau Africain des Institutions et Fonds de Formation Professionnelle (RAFPRO) s’est tenu à Saly-Portudal (Sénégal) du 16 au 18 novembre 2021 autour du thème : « Les modes alternatifs de financement de la formation professionnelle en Afrique face aux défis du futur».

L’atelier de Saly-Portudal a été organisé par RAFPRO avec l´appui technique de l’Institut international de planification de l’éducation de l’UNESCO (IIPE-UNESCO Dakar), en partenariat avec l’Agence luxembourgeoise de coopération au développement (Lux-Dev), l’Union Européenne à travers les programmes VET Toolbox et ARCHIPELAGO et le Bureau International du Travail (BIT).

L’atelier régional de Saly-Portudal visait  le partage de connaissances et d’expériences en vue d’explorer et de proposer des pistes d’action et des solutions innovantes pour un financement optimal de la formation professionnelle en Afrique à travers des institutions et Fonds spécialisés.

L’Atelier s’est articulé autour de trois thèmes centraux : (i) les fonds et les modalités de financement de la formation professionnelle ; (ii) état des lieux du financement de l’apprentissage formel et informel ; et (iii) la digitalisation de l’EFTP en Afrique : quels rôle et opportunités pour les Fonds.

Pendant trois jours, les participants ont eu des échanges intenses et fructueux sur les thématiques en lien avec le financement et les choix stratégiques en matière d’interventions des institutions et fonds. Les riches exposés et les débats qui ont suivi ont porté entre autres sur (i) la mobilisation des ressources additionnelles dans le cadre du financement de l’ETFP, (ii) l’affectation et l’utilisation des ressources de la taxe à la formation ou à l’apprentissage, (iii) le financement de l’apprentissage et les orientations stratégiques pour son expansion en Afrique et, (iv) la transition numérique dans l’EFTP, qui, plus qu’une nécessité est désormais une obligation pour les  Institutions et Fonds.

La synthèse des nombreuses recommandations, les unes tout aussi importantes que les autres, se présente comme ci-dessous :

  • intensifier le plaidoyer et le lobbying pour la mobilisation de la taxe à la formation professionnelle et/ou la taxe d’apprentissage/ professionnelle au profit des Fonds et la création de Fonds collecteurs ;
  • élargir, avec l’appui des partenaires techniques et financiers, les sources de financement de la formation professionnelle en vue de la pérennisation des interventions des fonds ;
  • explorer en dehors des voies traditionnelles, des mécanismes alternatifs de mobilisation effective de ressources par les fonds ;
  • renforcer la gouvernance tripartite, essentielle pour s’assurer que le secteur privé et les préoccupations des travailleurs sont prises en compte en particulier, la nécessité d’impliquer systématiquement le secteur privé dans l’évaluation des déficits de compétences et l’identification des nouveaux métiers et la nécessité de transparence et la simplification dans l’accès et utilisation des ressources des fonds nationaux pour les entreprises ;
  • accroître le rôle des Fonds dans la conception et le financement des Partenariats publics privés de la formation professionnelle ;
  • décentraliser l’action des Fonds à travers des représentations régionales et des circuits courts de décision et de financement (améliorer la fonctionnalité des guichets) ;
  • améliorer l’intégration des entreprises et organisations professionnelles faîtières publiques et privées dans le fonctionnement des guichets du Fonds ;
  • renforcer l’intervention des fonds par la mise en réseau ;
  • explorer les pistes de collaboration et de partenariat avec des réseaux similaires dans d’autres continents ;
  • organiser périodiquement des rencontres thématiques à l’instar de celles de Saly ;
  • institutionnaliser les expériences pilotes d’amélioration de l’apprentissage professionnel informel ;
  • associer les fonds au  vaste chantier de l’amélioration du système d’apprentissage professionnel informel et son intégration efficace dans les systèmes de formation professionnelle des pays ;
  • renforcer la coordination entre les différentes initiatives des pays, et des partenaires techniques et financiers (PTFs), notamment dans les domaines de la reconnaissance mutuelle des certifications et de l’appui aux apprentissages professionnels ;
  • mener des études sur les coûts en vue de l’efficience du financement de la formation continue et de l’apprentissage ;
  • accélérer le processus de mise en place du RAFPRO numérique ;
  • renforcer la digitalisation de la gestion des Fonds pour accroître leurs capacités à traiter les dossiers de financement ;
  • élaborer le plan stratégique 2023-2027 du RAFPRO ;
  • renforcer les capacités du Secrétariat Permanent de RAFPRO.

Cette vidéo présente quelques témoignages de cet événement.

 

 

 

 

 

 

 

 

Related news & stories