Humanité et Inclusion

Des drones pour repérer les mines : une avancée majeure pour le déminage humanitaire

NEWS | 15 November 2019

Handicap International (HI) et Mobility Robotics présentent pour la première fois une solution pour localiser, les mines sous terre à l’aide de drones munis de caméras infrarouges dans certains environnements, alors que se tient aujourd’hui et demain à Bâle, le « Mine Action Technology Workshop » organisé par le Centre de déminage humanitaire – Genève (CIGHD).
Expérimentée au Tchad, cette technologie devrait permettre, à terme, de réduire considérablement la durée des opérations de déminage et de sécuriser davantage le travail des démineurs. Une avancée majeure pour les acteurs du déminage.


« C’est une petite révolution pour le monde du déminage humanitaire !, s’enthousiasme Emmanuel Sauvage, Responsable de la réduction de la violence armée pour HI. Depuis plusieurs mois, nous testons l’apport de drones pour accélérer la détection des mines dans les zones contaminées. Aujourd’hui, nous passons un nouveau cap avec la possibilité de localiser les mines enfouies dans le sol. »


John Fardoulis de Mobility Robotics ajoute : « Pour nous, c’est comme un premier pas sur la Lune. Nous allons continuer à développer tout le potentiel de cette avancée et son cadrage. »


Une expérimentation menée au Tchad

Lors des tests réalisés dans le Nord du Tchad en zone  désertique, le drone muni d’une caméra infrarouge destinée à mesurer les différences de température a pu repérer la présence de mines antipersonnel et antichars.


En survolant de vastes zones en un temps très court, il permet à ce stade de réduire considérablement la durée de ce que les professionnels du déminage appellent « l’enquête non technique » : phase d’investigation d’un terrain qui sert à déterminer si des mines et des restes explosifs sont potentiellement présents et nécessitent l’intervention de démineurs. « En repérant avec précision les mines enfouies, nous pourrons désormais déployer de façon plus ciblée et plus sécurisée nos équipes de démineurs », précise Emmanuel Sauvage. La prochaine étape : rechercher des ressources additionnelles pour renforcer nos activités, diversifier les tests et atteindre la cible d’un monde sans mine à horizon 2025 ».


C’est dans le cadre du Projet Odyssée2025, financé par la Direction générale Coopération au développement et aide humanitaire du gouvernement belge, qu’HI a pu tester depuis septembre 2018 l’apport des drones dans ses opérations de déminage. Ces expérimentations ont été rendues possibles grâce à la collaboration avec l’Union européenne et grâce à la mise à disposition d’une zone de test opérationnelle, dans le cadre du projet PRODECO au Tchad, où plus de 100 millions de mètres carrés, soit la surface de la ville de Paris, sont contaminés par les mines et les restes explosifs de guerre.

 

Des drones pour repérer les mines : une avancée majeure pour le déminage humanitaire
Humanité et Inclusion


Une solution prometteuse face aux enjeux du déminage

Plus de 100 millions de mines terrestres sont encore actives dans le monde aujourd'hui, des dangers mortels pour les communautés locales (mutilations, restrictions de déplacements, abandons d’infrastructures, frein au développement socio-économique, etc.).


Les mines et les restes explosifs de guerres représentent un danger quotidien pour les populations civiles dans 60 pays dans le monde. Avec 7 239 nouvelles victimes en 2017, le rapport 2018 de l’Observatoire des mines a enregistré un nombre record de victimes pour la troisième année consécutive (9 437 victimes recensées en 2016 et 6 967 en 2015).


HI au Tchad avec l'Union européenne


Depuis fin 2018, HI mène des opérations de déminage sous les auspices du Haut-Commissariat national au déminage dans le cadre d’un projet de développement, « Appui au déminage, au développement et à la protection sociale des personnes vulnérables » (PRODECO), financé par l'Union européenne et soutenu par le gouvernement tchadien. Le projet d’expérimentation de méthodes innovantes en déminage (Odyssée2025), comprenant l’utilisation de drones, de techniques de géolocalisation et de caméra infrarouge, est soutenu par la Direction générale Coopération au développement et aide humanitaire du gouvernement belge et est déployé sur la zone opérationnelle du PRODECO.

Source : HI
 

Related news & stories