Skip to main content
European Commission logo

Faire de l’hydroélectricité durable une réalité

Bien que renouvelable, l’hydroélectricité a une empreinte environnementale assez forte. Des inondations causées par ses barrages aux dangers de ses centrales pour les poissons, l’hydroélectricité doit devenir plus durable pour améliorer son développement. Grâce aux mesures rentables du projet FIThydro financé par l’UE, l’hydroélectricité durable et écologique pourrait bientôt devenir une réalité.

©kiri #364934390, source: stock.adobe.com 2021

PDF Basket

No article selected

L’hydroélectricité, à savoir le processus de production d’énergie renouvelable à partir de l’eau, joue depuis longtemps un rôle important en Europe. En fait, l’Europe produit aujourd’hui chaque année près de 650 TWh d’énergie hydroélectrique. Bien qu’il s’agisse d’une quantité considérable d’énergie, elle ne représente encore qu’une fraction du potentiel total de l’hydroélectricité.

L’un des principaux obstacles au développement de l’hydroélectricité est son impact sur l’environnement. Citons notamment les inondations causées par les barrages et les dommages potentiels que les centrales hydroélectriques (CHE) font subir aux populations de poissons.

Convaincu que l’hydroélectricité peut jouer un rôle important dans la palette des énergies renouvelables, le projet FIThydro, financé par l’UE, s’est mis à la recherche de mesures rentables pour atténuer l’impact négatif des centrales hydroélectriques sur l’environnement. «Notre principe directeur est que l’hydroélectricité durable et respectueuse de l’environnement peut favoriser le développement de rivières saines et de populations de poissons autosuffisantes tout en complétant et en équilibrant d’autres sources d’énergie renouvelable», explique Hany Abo El Wafa, chercheur à l’Université technique de Munich et responsable du projet FIThydro.

Une énergie hydroélectrique respectueuse des poissons

Au fil du projet, les chercheurs ont amélioré et développé plus de 20 solutions, méthodes, outils et dispositifs pour faire de l’hydroélectricité durable et respectueuse des poissons une réalité. On y retrouve notamment un système inédit qui peut aider à guider les poissons en toute sécurité à travers la turbine d’une CHE, un dispositif de suivi des poissons optique en 3D et à ultrasons, et un système de prévision des risques de mortalité des poissons. Le projet a également permis de développer un certain nombre de méthodes pour orienter la prise de décision des CHE et, en fin de compte, pour sensibiliser le public à l’hydroélectricité.

En plus d’élaborer des stratégies d’atténuation rentables, les chercheurs ont étudié le comportement et les réactions des poissons face aux menaces de l’hydroélectricité. «Ce faisant, nous contribuons à préserver le bon état de nos plans d’eau pour les générations futures», ajoute Hany Abo El Wafa.

Privilégier l’amélioration des CHE existantes

Le potentiel hydroélectrique de l’Europe étant, dans une large mesure, déjà exploité, toute stratégie visant à maximiser l’expansion future doit se concentrer sur l’amélioration des centrales hydroélectriques existantes. «Cela signifie que tous les pays européens doivent prendre des mesures pour rendre leurs CHE plus compatibles avec les objectifs de durabilité de l’UE et s’assurer qu’elles sont respectueuses de l’environnement, socialement acceptables et économiquement viables», note Hany Abo El Wafa.

Sachant cela, le projet a défini des études de cas de test dans des CHE situées dans différentes régions topographiques d’Europe. «Ces études de cas se sont concentrées sur les cinq principaux domaines d’impact de l’hydroélectricité, à savoir la migration des poissons en amont et en aval, le débit, l’habitat et les sédiments», explique Hany Abo El Wafa. «Chaque cas s’est également intéressé à un type différent d’installation de centrale électrique et aux défis uniques auxquels les centrales individuelles sont confrontées.»

Les résultats de ces études de cas, ainsi que l’ensemble des résultats et ressources du projet, ont été compilés et partagés via le site web du projet, un système d’aide à la décision et un Wiki dédié. Le projet a également publié plus de 70 articles et participé à plus de 30 conférences et séminaires, tout en organisant la Conférence internationale sur l’hydroélectricité respectueuse des poissons.

Selon Hany Abo El Wafa, le projet FIThydro a non seulement fait progresser l’état de l’art en matière d’hydroélectricité respectueuse des poissons, mais il a également contribué à rendre possible une hydroélectricité durable. «Nos travaux facilitent l’évaluation et l’analyse des problèmes écosystémiques liés à la production d’hydroélectricité», conclut-il. «Ils contribueront à changer la perception du public sur l’hydroélectricité, ce qui facilitera l’acceptation de nouveaux projets ou la rénovation d’anciens projets.»

PDF Basket

No article selected

Détails du projet

Acronyme du projet
FIThydro
N° du projet
727830
Coordinateur du projet
Allemagne
Participants au projet:
Autriche
Belgique
Estonia
France
Allemagne
Norvège
Portugal
Espagne
Suisse
Royaume-Uni
Coûts totaux
€ 7 171 550
Contribution de l’UE
€ 5 888 423
Durée
-

All success stories