Transport à la demande dans l'Ecosse rurale

La coordination et l'intégration des différents transports publics existants grâce à l'utilisation des nouvelles technologies ont débouché sur des solutions innovantes pour faciliter les déplacements dans les zones rurales écossaises.

Autres outils

 
La correspondance au Stracathro Hospital de Brechin (Angus). La correspondance au Stracathro Hospital de Brechin (Angus).

Contexte


Offrir des transports publics à un coût raisonnable est depuis longtemps un grand défi pour l'Europe rurale. La faible densité de population et la dispersion de l'habitat sont autant d'obstacles à la rentabilité des initiatives de transport public en milieu rural, avec des conséquences néfastes sur l'activité économique et la qualité de vie. C'est particulièrement le cas des parties rurales du comté d'Angus, dans l'est de l'Ecosse. Avec une densité d'à peine 8 habitants au kilomètre carré, la population locale (9 742 hab.) ne peut compter que sur la voiture pour se déplacer. Mais l'augmentation des frais de carburant et d'assurance, qui plus est dans une région où le revenu moyen est de 10% inférieur à celui du reste de l'Ecosse, fait que ce mode de transport est de plus en plus coûteux.


De surcroît, l'Angus rural souffre du déclin démographique et voit l'avenir de ses écoles, commerces et autres services menacé. Il est essentiel d'améliorer l'accès à l'emploi, à la formation, à l'éducation, à la santé et à d'autres facilités si on veut que les familles, les entrepreneurs et les touristes restent ou reviennent dans la région.


Des solutions "ascendantes" au transport rural


L'association sans but lucratif Angus Transport Forum (ATF) a été fondée en 1995 pour représenter les intérêts des populations et des organisations bénévoles locales en matière de transport public. Le Forum, qui emploie actuellement trois personnes, est géré par un comité formé de 12 membres représentant la population locale. L'ATF compte parmi ses 125 organisations adhérentes tous les opérateurs de transports en commun et de taxis du territoire concerné.


L'ATF a lancé en 2002 un dispositif de transport à la demande ("Demand Responsive Angus Rural Transport Pilot Scheme" / DARTS) destiné à améliorer la mobilité dans l'Angus rural. Il consiste à maximiser l'utilisation des moyens de transport en commun locaux en mettant en place des services intégrés, souples, adaptés aux besoins des usagers, ainsi qu'à organiser durablement l'offre de transport en utilisant les nouvelles technologies (GPS, GPRS, gestion des réservations et de la répartition des trajets en temps réel…).


Le projet a nécessité l'installation d'une centrale dotée d'un système de réservation et d'affectation en temps réel qui permet de gérer un dispositif de transport rural à la demande (TRD). Il consiste en un service de transport basé sur une approche souple combinant taxis et autres transports publics tels que les autocars conventionnels et les autobus des services de santé. Le tout fonctionne selon des itinéraires et des horaires flexibles, au plus près des besoins des usagers. Le projet prévoyait également des activités de sensibilisation et d'information sur le transport à la demande, tout d'abord pour faciliter la communication et la coopération entre les intervenants du DARTS.


Résultats


Environ 14 000 voyageurs ont utilisé le dispositif TRD d'Angus entre mai 2003 et décembre 2006. Une enquête auprès de ces usagers indique un très haut niveau de satisfaction ainsi qu'un changement important dans les façons de se déplacer, 60% des utilisateurs ayant abandonné leur mode de transport habituel, dont la voiture, pour adopter le TRD.


Les principaux facteurs de succès identifiés ont été: la notoriété du service, la bonne compréhension du système de réservation, la clarté de la tarification, la facilité à retenir le numéro de téléphone de la centrale, la convivialité du service et la pertinence des différents types de véhicule utilisés.


Parmi les principaux avantages du projet, on peut citer:



  • une mobilité améliorée pour les handicapés, les personnes âgées et les autres catégories d'usagers fragiles, ce qui contribue à combattre l'exclusion et les inégalités;

  • un accès plus facile aux différentes ressources et facilités locales;

  • la mise en oeuvre de formules de transport participatives qui répondent à des demandes non satisfaites par les opérateurs commerciaux car non rentables;

  • la contribution à une plus grande activité économique;

  • une mobilité accrue et un meilleur accès aux services pour les jeunes et les familles, ce qui pourrait enrayer le déclin démographique;

  • des transports en commun au meilleur coût, ce qui stimule l'émergence de nouveaux services et attire de nouveaux usagers;

  • le développement du tourisme et de loisirs ne nécessitant pas l'utilisation de la voiture (festival de la randonnée, par exemple).

Date de rédaction

01/01/2007