Des énergies renouvelables pour alimenter la croissance

Le projet NAREC exploite la capacité et l’expertise locales en matière d’ingénierie pour générer une croissance économique et des emplois durables, tout en développant des technologies relatives aux énergies renouvelable et en créant une économie à faibles émissions de CO2 dans la région.

Autres outils

 

Des projets comme celui-ci contribuent à faire de l’UE une économie intelligente, durable et inclusive d’ici 2020, comme le prévoit la stratégie de croissance Europe 2020. L’UE doit relever de grands défis tels qu’une population vieillissante, une main-d’œuvre trop peu qualifiée, la nécessité d’innover davantage, de trouver un équilibre entre croissance économique et dégradation de l’environnement, et de veiller à des approvisionnements énergétiques propres et sûrs. Partout dans l’UE, les projets de politique régionale jouent un rôle fondamental pour s’attaquer à ces défis et à bien d’autres au travers de projets conçus pour créer de l’emploi, améliorer le rendement scolaire, développer des sources d’énergie renouvelables, encourager la productivité et donner les mêmes chances à tous les citoyens. Les projets et les régions jouent un rôle pivot puisqu’ils fournissent des résultats tangibles permettant d’atteindre les principaux objectifs de la stratégie.

Divers éléments tels que le développement d’une installation d’essai de pales d’éoliennes de 100 m et un espace R&D de 1 150 m2 soutiennent le projet dans la réalisation de ses objectifs, tout en offrant des avantages aux entreprises et aux habitants, en attirant des investissements et en réduisant la facture énergétique des occupants de logements sociaux.

L’énergie renouvelable sous le feu des projecteurs

En sa qualité de connecteur d’innovation du Nord-Est, le centre NAREC revêt une importance stratégique pour la région et vise à l’asseoir en tant que centre d’excellence en matière de R&D et de commercialisation de technologies relatives aux énergies nouvelles et renouvelables, attirant sur place non seulement des investissements internationaux, mais aussi des chercheurs et des universitaires de premier plan.

Un terrain propice à l’innovation

Parmi les investissements consentis par le centre figure le projet Incubation & Inward Investment, qui soutient le développement d’entreprises technologiques et de leurs produits, ainsi que la création de locaux de R&D et d’un espace d’incubation de 1 150 m² destinés à permettre aux petites et moyennes entreprises (PME) de tester leurs idées et d’accélérer le développement de produits. Le centre propose en outre des conseils en matière d’innovation aux PME en vue du développement de technologies d’énergies micro-renouvelables nouvelles et émergentes, en plus de leur apporter un soutien pour encourager la consommation d’énergies micro-renouvelables.

Le développement d’une installation d’essai de pales d’éoliennes de 100 m en tant que partie intégrante d’un parc éolien national plus large basé en mer contribue en outre à placer les ports de la région au centre des investissements des grandes entreprises avec, pour résultat, la création d’une croissance économique autour des services de fabrication, de développement, d’exploitation, de maintenance et d’installation de pales.

Les indicateurs de progrès du projet semblent prometteurs, puisque 135 entreprises ont déclaré avoir enregistré une amélioration de leurs performances après avoir bénéficié de l’assistance du centre NAREC. 80 emplois bruts ont par ailleurs été créés, 152 emplois ont été préservés et le secteur privé a consenti des dépenses en R&D pour un montant de 4,5 millions de livres sterling.

Des émissions et des factures revues à la baisse

Conscients du coût de l’énergie pour les personnes résidant dans des logements sociaux, les participants au projet ont également entrepris de développer des initiatives visant à augmenter l’utilisation de technologies d’énergies nouvelles et renouvelables dans ces bâtiments. Cette mesure a pour effet d’aider la région à respecter ses objectifs en matière d’émissions de CO2 et de favoriser l’inclusion sociale et économique grâce à la réduction de la facture énergétique des locataires de logements sociaux, généralement situés dans des zones défavorisées.

Date de rédaction

02/09/2011