PANGeA – Pour maintenir active une population vieillissante

PANGeA crée des ponts entre l’université, les services de santé et l’administration pour mieux servir une population vieillissante mais toujours active.

Autres outils

 
Le projet entend améliorer la santé générale et réduire le risque de blessures graves au sein d’une population aujourd’hui âgée. Le projet entend améliorer la santé générale et réduire le risque de blessures graves au sein d’une population aujourd’hui âgée.

" Nous travaillons pour améliorer la qualité de vie des populations dans les régions concernées par le programme ainsi qu’à un niveau plus global. "

Prof. Dr. Rado Pišot, chercheur principal et gestionnaire de projet

Dans la région transfrontalière entre la Slovénie et l’Italie, les personnes de plus de 65 ans représentent près de 20 % de la population. Ces citoyens âgés défient les stéréotypes en préférant un style de vie actif plutôt que sédentaire. Malheureusement, les services et l’aide disponibles pour promouvoir le vieillissement en bonne santé n’ont pas évolué depuis des dizaines d’années.  

Le projet PANGeA (Physical Activity and Nutrition for Great Ageing) entend rectifier cette situation en fédérant des établissements d’enseignement, des hôpitaux et des municipalités. Sous la houlette de l’institut de recherche en kinésiologie du centre scientifique et de recherche de l’université de Primorska, le projet s’est engagé à promouvoir la qualité de vie des populations âgées par le biais de programmes d’éducation et de la pratique d’activités physiques. L’objectif final est d’améliorer la santé et de réduire le risque de blessures graves et de maladies chroniques, l’un des principaux problèmes des personnes âgées aujourd’hui.

Construire des passerelles

Si les universités, les services de soins de santé et différentes institutions publiques participent toutes aux soins dispensés aux personnes âgées, elles pèchent par un manque de coordination, d’où une fragmentation des services. C’est pourquoi PANGeA a décidé de servir de passerelle entre les différents acteurs afin de créer un réseau.

Dans un effort concerté, le projet a défini les facteurs du vieillissement en bonne santé afin de sensibiliser l’opinion à l’importance de cet enjeu. C’est ainsi qu’il a mis en place un laboratoire de santé mobile permettant d’effectuer sur le moment un bilan médical. Un portail web disponible en anglais, en slovène et en italien sert aussi de guichet unique d’information sur le vieillissement en bonne santé. Plus de 20 séminaires gratuits sur la mise en forme physique des personnes âgés ont été dispensés à des formateurs locaux et de nombreuses démonstrations à domicile ont été réalisées.

Le vieillissement actif

Grâce à cet effort et à cette programmation coordonnés, le projet peut promouvoir et encourager avec succès les mesures en faveur de la santé, de son contrôle, des soins et de la prévention chez les personnes âgées dans les différentes régions. Notons en particulier que le projet s’intéresse aux groupes défavorisés, qui sont de plus en plus nombreux et souffrent généralement d’un faible niveau de soins et de bien-être.


Investissement total et financement de l’UE

Au total, 1 253 752,35 EUR ont été investis dans le projet «PANGeA – Physical Activity & Nutrition for Quality Ageing». La contribution du Fonds européen de développement régional s’élève à 1 253 752,35 EUR au titre du programme opérationnel de coopération transfrontalière «Italie-Slovénie» pour la période de programmation 2007-2013.


Date de rédaction

15/10/2014