SEEDS encourage l’utilisation temporaire et la réutilisation de bâtiments et d’espaces abandonnés

Le projet SEEDS, acronyme de «Stimulating Enterprising Environments for Development and Sustainability», a élaboré, en collaboration avec des partenaires en Belgique, au Danemark, en Allemagne, aux Pays-Bas, en Suède et au Royaume-Uni, une charte préconisant la réutilisation des bâtiments et des espaces abandonnés afin de redynamiser les zones urbaines. 

Autres outils

 
Activités de jardinage dans le quartier de Linnéstaden de Göteborg menées dans le cadre du projet SEEDS © South Yorkshire Forest Partnership Activités de jardinage dans le quartier de Linnéstaden de Göteborg menées dans le cadre du projet SEEDS © South Yorkshire Forest Partnership

" Des projets d’utilisation temporaire et de réutilisation offrent une occasion unique d’apporter un changement positif en insufflant une nouvelle vie et des possibilités économiques à des bâtiments et espaces vides et délabrés. Le projet SEEDS s’est révélé une formidable occasion de mieux comprendre le passé de ces sites, de leur apporter un soutien et de contribuer à les préserver sur le long terme. Vivant et travaillant à Sheffield, je vois les retombées du projet SEEDS sur la ville, à travers des initiatives comme Sheffield Showcase et Re-new Sheffield. Ces initiatives bénéficient du soutien de SEEDS et apportent encore aujourd’hui une contribution précieuse à la vie citadine et à l’économie locale. "

Johanna Mawson, directrice, South Yorkshire Forest Partnership

Dans toute la région de la mer du Nord, les sites désaffectés et laissés à l’abandon pèsent de plus en plus sur la cohésion territoriale et la compétitivité économique. Ils nuisent aux investissements dans les zones en déclin et menacent ainsi l’égalité et l’équité économique entre les différentes régions de la mer du Nord. Cette situation peut notamment s’expliquer par les défaillances du marché, des politiques rigides en matière d’aménagement, une population en déclin ou encore les intérêts d’investisseurs opportunistes, qui sont assis sur des «banques foncières» de sites vides en attendant que la valeur de ces derniers augmente.

Le projet financé par l’UE a créé un réseau de partenaires, de spécialistes de l’utilisation temporaire et de jeunes entreprises afin d’ouvrir de nouvelles perspectives en matière de réutilisation, de mener des recherches et de rédiger des rapports qui mettent en évidence les domaines où un changement de politique ou de mentalité est nécessaire. 

Ce réseau a engagé des discussions sur la thématique de la réutilisation, allant de l’aménagement du territoire à des disciplines comme l’économie, la finance et l’immobilier. Les idées qui en sont ressorties ont été publiées dans un ensemble de huit livrets, chacun étant consacré à un des modules de travail, et dans un rapport de synthèse.

SEEDS a étudié les politiques relatives à l’utilisation temporaire et à la réutilisation des espaces et des bâtiments afin de recenser les lacunes et d’envisager la façon d’élaborer des politiques adaptées aux nouvelles stratégies de régénération et d’aménagement. Cette démarche a donné aux partenaires une vision claire des difficultés et des solutions possibles.

Des initiatives pilotes en matière de réutilisation des espaces abandonnés ont notamment permis à de petites entreprises de louer des parties de magasins désaffectés et d’utiliser les vitrines des boutiques vides pour enseigner aux stagiaires l’art de l’étalage, et elles ont contribué à promouvoir le développement d’activités. Une formation au commerce de détail a également été dispensée aux nouvelles entreprises. Un livret, intitulé «Transformer les villes et les paysages grâce à l’utilisation temporaire», rassemble les expériences des 20 projets pilotes consacrés à l’utilisation temporaire.

Moteur du changement

Le projet s’est intéressé au ralentissement de l’économie, à l’exclusion sociale, au manque d’employabilité et aux politiques restrictives et non-coordonnées en matière d’aménagement du territoire, afin de montrer que des bâtiments et espaces délabrés peuvent devenir les moteurs du changement. Il a souligné le besoin de politiques qui appuient le développement des compétences et augmentent les possibilités de croissance économique. SEEDS visait également à recenser des stratégies innovantes à court terme en matière d’utilisation des espaces pour montrer aux propriétaires fonciers et aux promoteurs les avantages de l’utilisation temporaire.

Un cadre conceptuel d’évaluation des politiques relatives aux sites urbains désaffectés et délabrés a été élaboré. Il se fonde sur la synthèse d’une étude en deux volets, de plusieurs études de cas et d’une analyse SWOT qui a permis aux partenaires de se rendre compte de la nécessité de modifier l’opinion répandue selon laquelle l’utilisation temporaire serait une mesure palliative. À la place, il y a lieu de promouvoir son potentiel de transformation physique, sociale et économique, tout en préconisant une approche politique cohérente à tous les niveaux géographiques, conclut le projet.

Des groupes de travail ont été mis en place dans chaque pays participant afin d’étudier les partenariats possibles, les différentes approches, et les problématiques liées à l’innovation et à la transformation. Ces travaux avaient pour but de démontrer que l’utilisation temporaire et la réutilisation peuvent combler les lacunes en matière de compétences. Ils ont permis de souligner la nécessité de mettre en place des politiques transnationales appropriées en matière de réutilisation des espaces.

Innovation, transformation et coopération

Un autre thème abordé est celui du rôle de l’innovation à court terme dans la transformation à long terme. Des initiatives pilotes, étayées par des études de cas, des ateliers, des formations, un partage des connaissances et des visites de terrain, visaient à mettre en valeur le potentiel de l’utilisation temporaire pour renouveler les villes, en rassemblant la population et en favorisant le développement des compétences et des entreprises ainsi que l’appropriation locale. En outre, six ateliers thématiques ont été organisés afin de promouvoir la coopération entre différents acteurs dans le but de forger des partenariats fondés sur la confiance.

Cette démarche a abouti à l’établissement et à la signature de la Charte SEEDS en faveur de la réutilisation. La Charte formule des recommandations quant aux tâches à réaliser et aux perspectives à promouvoir afin d’accorder une place plus importante à l’utilisation temporaire et à la réutilisation au sein des stratégies de planification et de développement. Elle bénéficie du soutien du forum, qui favorise les partenariats entre les promoteurs de politiques coordonnées en matière d’aménagement territorial. Elle vise à promouvoir les bonnes pratiques, l’adaptation au système et de nouvelles perspectives afin que la réutilisation à court terme soit reconnue comme faisant partie intégrante de la planification et du développement à long terme.


Investissement total et financement européen 

L’investissement total du projet «SEEDS - Stimulating Enterprising Environments for Development and Sustainability» s’élève à 4 669 318 EUR, auquel le Fonds européen de développement régional de l’UE contribue à hauteur de 2 334 659 EUR par l’intermédiaire du programme opérationnel «Région de la mer du Nord» pour la période de programmation 2007-2013.


Date de rédaction

06/09/2018