Les enfants et l’art de la communication urbaine

L’implication des citadins dans le développement de leur quartier joue un rôle de plus en plus important dans les environnements urbains en mutation rapide. Dans de nombreux quartiers de Rotterdam, un grand nombre d'habitants ne maîtrisent pas la langue néerlandaise. Le projet de studio de langues et médias «De Maakwereld», dédié aux enfants, vise à améliorer les compétences linguistiques et l’interaction sociale. Avec plus de 10 000 participants à son actif, c’est un réel succès.

Autres outils

 
Des enfants apprennent à parler la même langue à Rotterdam Des enfants apprennent à parler la même langue à Rotterdam

«De Maakwereld m’a aidée à m’exprimer par écrit, et j’ai découvert le plaisir de la poésie. Ce projet m’a fait comprendre que la langue est la clé du développement. Les langues sont la porte de la connaissance.»
Jerney Louwerse, ancienne étudiante - De Maakwereld, 2004-2005

Depuis la création du Maakwereld en 2002, un total de 60 étudiants ont été impliqués dans les activités pédagogiques du projet, dans la lignée de son concept, à savoir impliquer ses participants dans les défis sociaux et économiques des environnements de vie. Sept types de jobs étudiants et un nombre équivalent de postes dans le cadre d'un programme d'échange sont également venus compléter la dynamique du projet.

Les compétences linguistiques, un outil pour la vie

Les lacunes en compétences linguistiques peuvent se révéler un sérieux obstacle à l’implication active dans la vie locale. Le «Maakwereld» (un mot inventé par les enfants participant au projet) est un atelier/studio qui se situe dans le quartier d’Oude Noorden, à Rotterdam. Afin d’améliorer leur connaissance du néerlandais, les enfants prennent part à des activités créatives et amusantes. Au total, 64 activités culturelles ont déjà été organisées: réalisation de brochures, de journaux et de programmes pour la télévision, composition de poèmes, chant, théâtre, rap, etc.
Tout tourne autour de l’amusement. En effet, les enfants s'expriment plus facilement lorsqu'ils s'amusent. Ces créations leur insufflent également un sentiment de fierté et stimulent leur confiance en eux.

Paroles d’enfants

Pour aider les enfants à réfléchir, chaque session d’activité débute par un exercice qui leur est familier, comme une discussion de groupe où chaque enfant décrit sa «porte d’entrée» ou «la première chose qu’il a faite dans la journée». De cette manière, ils apprennent à mieux se concentrer. Les jeux incluent également le recours aux technologies. Par exemple, les enfants doivent utiliser des ordinateurs pour rédiger des poèmes de leur composition.
Le projet a pour autre composante importante le «service de presse des enfants», réalisé en coopération avec un autre projet d'URBAN II, Cineac Noord. Il permet aux enfants d’interroger d'autres enfants, habitants ou fonctionnaires sur des thèmes comme la propreté urbaine.

Faire passer le mot

La force de ce projet est l’attention personnelle accordée à la fois aux enfants et à leurs parents, mais aussi le réel contact ainsi créé. Grâce au soutien d’une coopérative du logement, le projet est aujourd’hui en mesure de poursuivre ses activités. De plus, presque toutes les écoles primaires du quartier, et de plus en plus d’écoles dans d’autres parties de la ville, recourent à cette méthode pour améliorer les compétences de leurs élèves en néerlandais.

Date de rédaction

17/01/2010