Des cours d’informatique destinés aux groupes vulnérables

RegioStars 2010 FinalistDes lieux de rencontre numériques, également appelés «terrains de jeu numériques», ont été créés dans les quartiers défavorisés d’Arnhem en vue de doter les résidents locaux de compétences informatiques et d’améliorer ainsi leurs perspectives d’emploi. Au total, environ 610 personnes ont suivi des cours, certains étant dispensés par d’anciens participants aux cours ayant reçu une formation pour devenir bénévoles. Le projet est allé au-delà de tous ses objectifs, menant à l’établissement de sept centres plutôt que quatre et attirant plus du double du nombre de participants prévu.

Autres outils

 
Formation informatique «un à un» dans les lieux de rencontre numériques. Photo disponible pour un usage limité sur le site web de la DG Regio (et dans les publications associées à ce projet spécifique de la DG Regio). Formation informatique «un à un» dans les lieux de rencontre numériques. Photo disponible pour un usage limité sur le site web de la DG Regio (et dans les publications associées à ce projet spécifique de la DG Regio).

«Dans notre communauté, nous avons créé un terrain de jeu sûr, réunissant des personnes différentes désireuses d’apprendre et de découvrir le potentiel de la technologie de l’information ainsi que sa nécessité.»
Wim Jansen, ancien président du comité de gestion, lieu de rencontre numérique Presikhaaf, Arnhem

Le principal objectif consistait à proposer des cours abordables sur l’informatique et l’internet, ainsi que des ateliers destinés aux résidents locaux sans emploi (souvent âgés de 50 ans minimum), et notamment aux immigrés, dont un grand nombre ont également fréquenté des cours de néerlandais dans les centres. Les participants des classes supérieures pouvaient participer à un cours de formation en vue de devenir assistant ou enseignant adjoint, ce qui a également permis à des chômeurs de rester actifs et d’acquérir une expérience précieuse. D’autres bénévoles ont contribué à la gestion des centres en mettant à jour les logiciels et en travaillant dans les cybercafés.

Une série de compétences exploitables

Même si l’impact des lieux de rencontre numériques sur le marché de travail n’a pas été étudié en profondeur, les personnes ayant suivi les cours ont pu trouver du travail dans le secteur des TIC. En outre, de nombreux participants restent actifs en tant que bénévoles dans les centres et d’autres bénévoles les ont quittés pour des emplois rémunérés dans lesquels ils mettent en application leurs compétences récemment acquises.

Combler le fossé numérique

Au niveau national, le projet s’inscrit dans un objectif plus vaste: promouvoir la participation sociale et économique des groupes vulnérables. Une importante partie de cet objectif consiste à combler le fossé numérique au sein de la population en donnant aux groupes désavantagés sur le plan économique une meilleure chance d’accéder au marché de l’emploi.

Au niveau régional, ce projet résulte d’un programme de développement appelé Arnhem Kern, lui aussi partiellement financé par le FEDER, visant à favoriser l’esprit d’entreprise, à stimuler l’économie de la ville et à renforcer le potentiel socio-économique des groupes vulnérables.

Trois partenaires ont contribué à la réussite du projet: la Municipalité d’Arnhem, en charge du contenu, du financement, de l’évaluation et de la surveillance du projet; l’organisation d’assistance sociale locale Stichting Rijnstad, qui a fourni les centres communautaires servant de base aux lieux de rencontre numériques; ainsi que le Collège Rijn Ijssel, chargé de la formation des bénévoles et enseignants.

Les lieux de rencontre numériques sont toujours supervisés par Stichting Rijnstad. Cependant, les bénévoles sont indépendant et responsables de la gestion quotidienne des centres d’apprentissage. Les bénévoles peuvent allouer leur revenu à la rénovation des installations et faire appel au responsable de la surveillance pour obtenir une assistance le cas échéant.

Date de rédaction

21/06/2010