Transports collectifs 'à la carte': ça roule !

Mis en œuvre localement avec l'aide du FEDER, ce nouveau concept de transports collectifs a fait son chemin avec succès pour s'appliquer à l'ensemble de la région.

Autres outils

 
Une formule souple de transports collectifs, orientée vers les besoins des personnes. Une formule souple de transports collectifs, orientée vers les besoins des personnes.

Contexte

Jusqu'à ces dernières années, la Province du Flevoland – économiquement la plus désavantagée du pays – souffrait des insuffisances du système régional de transports publics: peu d'autobus en circulation le soir et le week-end, suspension de certaines lignes, absence de transports en commun à proximité de leur domicile pour nombre d'habitants. Et cela alors que les besoins dans ce domaine avaient augmenté du fait du vieillissement de la population et de l'accroissement du nombre de personnes handicapées et malades.

Conscientes du rôle économique et social des transports publics autant que de leurs avantages environnementaux, les autorités néerlandaises ont élaboré au plan national une politique visant à conjuguer au mieux les exigences d'efficacité et d'efficience, de disponibilité et de sécurité des transports en commun. Il s'agissait aussi de mettre en pratique la nouvelle loi relative aux personnes handicapées ("Wet voorziening gehandicapten", WVG) en vigueur depuis 1994. A cet égard, la préférence a été donnée à un dispositif global plutôt qu'à des systèmes distincts pour le déplacement des moins valides. De concertations en études, ces orientations ont été déclinées et adaptées aux niveaux régional et local. C'est ainsi qu'est né un concept nouveau: les transports collectifs "à la carte".

Un concept nouveau

Il s'agit d'une formule souple qui combine les services d'une compagnie de taxis et d'une société de transport en commun classique. Sur simple appel téléphonique, un itinéraire à la demande est organisé pour conduire le voyageur où il le désire, y compris là où il ne pourrait aller sur les seules lignes de transport public. Il peut ainsi se déplacer de porte à porte ou se rendre à un lieu d'activités sportives ou culturelles en empruntant plusieurs moyens de transport selon les meilleures possibilités. Le tout pour des tarifs légèrement supérieurs à ceux des lignes ordinaires (voire égaux dans certains cas) mais nettement inférieurs aux barèmes des taxis. Des réductions sont en outre accordées aux personnes moins valides titulaires d'un titre de transport "WVG" et les taxis ou bus sont accessibles aux fauteuils roulants.

Le coup de pouce du FEDER

Un concept, donc, à la fois simple dans son principe et sophistiqué dans la pratique, entièrement orienté vers les besoins des personnes. Une première aide du FEDER à sa concrétisation a bénéficié au projet "Mobimax" destiné à couvrir le territoire de la commune périphérique de Noordoostpolder et devenu opérationnel en avril 2000. Et en octobre 2001 commençait la mise en œuvre, également cofinancée par l'UE, du projet "Transport collectif à la demande" ("Collectief Vraagafhankelijk Vervoer", CVV) dans la commune de Dronten.

Résultats

La nouvelle formule a connu un franc succès et le nombre d'utilisateurs a dépassé les prévisions. Si bien que le 4 avril 2005 était inauguré "Regiotaxi Flevoland" qui prenait la relève des projets précédents – sans aide du FEDER cette fois - pour couvrir les communes de Noordoostpolder, Dronten, Zeewolde et, à partir de 2006, Lelystad.

Regiotaxi Flevoland est actuellement accessible à tous les habitants de la région, 7 jours sur 7 entre 6h du matin et 1h30 de la nuit, sur appel donné au moins une demi-heure à l'avance. Les trajets peuvent couvrir à tarifs fixes un maximum de cinq "zones", au-delà desquelles un supplément est appliqué; le coût du voyage est indiqué lors de la réservation. Si, pour des raisons logistiques, des itinéraires conjoints peuvent être organisés pour plusieurs voyageurs, des garanties horaires sont toutefois apportées, avec un battement maximum de 15' avant ou après l'heure prévue.

Date de rédaction

01/05/2006