Des hommes volants attirent tous les regards

On se demande souvent quelle impression cela ferait de flotter dans les airs. Pour le savoir, une visite à Sigulda, en Lettonie, s’impose. Tirant parti de l’enthousiasme pour l’expérience, le risque, l’excitation et les projets technologiques au sein d’une société, le projet intitulé «Développement d’un prototype d’aérodium mobile» a emmené les hommes et la technologie vers des sommets inédits. Le fait que plus de 10 pays ont acheté ce projet met en évidence la réussite de son développement technologique.

Autres outils

 
Un amateur de sensations fortes expérimente l'aérodium Un amateur de sensations fortes expérimente l'aérodium

«Les progrès technologiques réalisés dans le cadre de ce projet ont apporté à notre société la sécurité de l’emploi ainsi qu’une reconnaissance internationale.»
Ivars Beitans, propriétaire d’Aerodium Ltd

L’idée principale sur laquelle reposait ce projet consistait à trouver des solutions technologiques permettant la construction d’un aérodium en plein air adapté à l’industrie du spectacle, et notamment à des démonstrations de cascades au grand public. La société Aerodium a saisi l’occasion et a acquis une large reconnaissance en 2006 lorsque sa machine fut utilisée lors de la cérémonie de clôture des Jeux olympiques d’hiver à Turin.

Déconseillé aux natures sensibles

L’objectif du projet était de développer un prototype d’aérodium vertical mobile et de produire un dispositif prêt à la distribution au-delà des frontières lettones. L’esprit pionnier de la société Aerodium, basée dans la région touristique bien connue de Sigulda, fut la pierre angulaire du projet. La société détient et exploite le premier aérodium vertical jamais créé en Europe de l’Est. L’impressionnant spectacle des Jeux olympiques qui fit sa renommée présentait des acrobates volants dans un tunnel de 3,7 mètres de diamètre soufflant de l’air à 200 km/h.

Les principaux défis furent de rendre ce dispositif électrique réellement mobile et simple à transporter d’un spectacle à un autre. Les développeurs devaient également améliorer la qualité de l’air de l’aérodium et optimiser sa puissance, tout en garantissant la sécurité. Étant donné les défis inhérents à un tel projet, plusieurs scientifiques furent inclus à l’équipe lors du processus de développement. La supériorité technologique du résultat final fut si dominante que la société lettone a fini par reprendre sa société mère, Aerodium Canada, en 2009.

Apprendre en s’amusant

Le produit fini a rapidement attiré l’attention. Le ministère de l’éducation a souhaité le filmer pour réaliser un film éducatif destiné aux établissements scolaires, expliquant la physique de l’aérodynamique. Par ailleurs, le prototype fut largement utilisé pour la formation d’acrobates volants. Depuis l’achèvement du projet, la Lettonie est devenue le pays de tête dans ce secteur très spécialisé et son savoir-faire est désormais reconnu à l’échelon mondial.

Une conception aux nombreuses applications

Les 50 employés d’Aerodium tirent parti de la réussite du projet en termes de sécurité d’emploi, ainsi que d’accès à une certaine compréhension de la technologie. Les sous-traitants profitent également de ce développement grâce à l’augmentation des exportations de l’équipement. Outre l’industrie du spectacle qui peut désormais offrir au public des sensations époustouflantes, les militaires peuvent également utiliser ce dispositif pour la formation des parachutistes.


Date de rédaction

22/12/2009