Laboratoires du futur

Avec le programme PRRIITT, l’Emilie-Romagne renforce sa position de pôle économique basé sur la connaissance.

Autres outils

 
Le siège de la Région Emilie-Romagne à Bologne Le siège de la Région Emilie-Romagne à Bologne

Contexte

La région d’Emilie-Romagne (nord-est de l’Italie) est considérée comme une des plus prospères d’Europe. Son revenu par habitant dépasse de 25% la moyenne italienne et de 36,4% celle de l’Europe des 25.  Mis en place en 2005, le Programme régional pour la Recherche industrielle, l'Innovation et le Transfert technologique (PRRIITT) est un réseau fort de 57 structures, soit 27 laboratoires de recherche industrielle, 24 centres d'innovation et 6 parcs d'innovation, qui ont lancé 660 projets dans 7 secteurs: mécanique avancée, environnement, développement durable et énergie, agroalimentaire, bâtiment et travaux publics, sciences de la vie et santé, innovation organisationnelle, technologies de l'information et de la communication (TIC).

Défi principal? Favoriser des synergies entre les groupes de recherche de nature à stimuler le transfert des nouvelles technologies vers les entreprises. Le réseau est coordonné par ASTER, l’agence de développement technologique d’Emilie-Romagne. ASTER est responsable de la coordination du réseau ainsi que du lancement et de l’exécution de projets stratégiques, en collaboration avec des partenaires locaux, européens et non européens.

9 structures

Le FEDER finance entièrement 9 structures dans le cadre du PRRIITT. 3 laboratoires: LARA (traitement de l’eau), LAV (acoustique et vibrations) et ER-GENTECH (recherche sur les génomes et développement de biotechnologies innovantes). 4 centres d’innovation:  CISA (technologies environnementales), CITER (textiles et habillement), REI (Regio Emilia Innovazione, recherche appliquée en mécatronique) et SpIMaC (matériaux céramiques). Et enfin 2 parcs d’innovation : Art & Science Park Evangelista Torriccelli (Faenza) et Technology Transfer Area (Université de Ferrare).

Montages financiers

Le coût total de ces neuf structures se chiffre à 13,3 millions d’euros, dont une contribution du FEDER de  8,2 millions d’euros. A cela s'ajoutent 10,5 millions d’euros, également du FEDER, qui ont servi à créer un fonds de capital-risque. Celui-ci a démarré en 2005 et totalise 13,9 millions d’euros avec les investisseurs privés. Enfin, le FEDER a alloué 4,8 millions d’euros pour la mise en place du programme régional d’actions innovatrices, ciblé sur les sciences et la santé. Ce programme finance 35 projets, pour un total de 11,6 millions d’euros. Parmi ceux-ci, deux laboratoires: ASC-LAB (cellules souches) et Virtual Technology Park for Genetics.

Résultats

Outre le maillage du réseau et les centaines de projets, le PRRIITT concerne aujourd’hui 1 300 sociétés et emploie 1 500 nouveaux chercheurs, tandis que près de 800 contrats de collaboration ont été signés entre les entreprises et les centres de recherche. Le PRRIITT est donc la preuve qu’une stratégie pour la recherche et le transfert technologique est possible à un niveau régional. La proximité des intervenants et la stabilité de leurs relations facilitent la circulation et le transfert des connaissances. D’où un effet démultiplicateur: au delà des projets financés par le FEDER, le PRRIITT a ainsi suscité de belles réussites, tel le projet multidisciplinaire Starter qui cible les innovations technologiques en faveur des handicapés et de leur qualité de vie. 

L’expérience de l’Emilie-Romagne suscite déjà de l’intérêt ailleurs, notamment en Sicile. Durant l’été 2006, les deux administrations ont décidé leur jumelage en vue de partager leurs bonnes pratiques dans le domaine de la recherche et de l’innovation. L’initiative a reçu le soutien du département de la politique de développement et de cohésion du ministère italien de l’Economie et des Finances.

Date de rédaction

01/01/2007