La pyramide et la bulle de savon

Quel est le rapport entre une pyramide et une bulle de savon? Réponse: les mathématiques. Faire de celles-ci un sujet d'attraction touristique à travers une démarche pédagogique originale, c'est le pari gagné à Giessen où le "Mathematikum" propose ses jeux interactifs pour petits et grands. Avec des effets multiplicateurs pour la région.

Autres outils

 
Un autre regard sur les Un autre regard sur les "maths".

Contexte

La Hesse avait sa Foire du Livre à Francfort, sa manifestation internationale d'art contemporain Documenta à Kassel. Il faut maintenant compter avec le Mathematikum de Giessen. Ce dernier est en effet devenu une destination touristique majeure dans cette ville universitaire de 73000 habitants. Et un facteur de dynamisme pour une région encore confrontée à des handicaps structurels et des taux de chômage importants (8,5% pour le Land et 13% pour les jeunes en 2005).

On n'avait pas attendu les enquêtes PISA (1) pour le savoir: les mathématiques sont souvent mal aimées. Le niveau de connaissances et l'attitude générale des adultes à ce sujet montrent que l'école n'a pas suffisamment accompli sa mission dans ce domaine. En Allemagne, peu d'efforts avaient été menés pour se doter de centres de pédagogie scientifique comme ceux qui ont fait leurs preuves en Grande-Bretagne ou aux USA depuis les années 60.

Rendre les "maths" contagieuses

Jusqu'à ce que, au milieu des années 90, le Professeur Beutelspacher – passionné des maths et de leur enseignement au point de donner des cours à l'aide de marionnettes sur une place de marché ou dans un bus – entreprenne de mettre au point avec ses élèves des jeux interactifs d'expérimentation mathématique. Il s'agissait, dans une démarche allant de la pratique à la théorie, de donner aux mathématiques un sens perceptible par tout un chacun. D'une exposition locale en 1994, on est vite passé à une exposition itinérante puis à l'idée d'un centre permanent, un "musée des mathématiques" qui viserait un triple objectif: montrer aux écoliers, aux lycéens et aux étudiants une autre face, positive et motivante, des mathématiques; ouvrir aux adultes des portes insoupçonnées pour la (re)découverte du monde des nombres; offrir à Giessen et à sa région, à travers ce produit touristique innovant, une opportunité unique à l'échelle nationale voire internationale.

La décision a fait son chemin au cours des années 2000/2001. Avec le soutien financier du Land de Hesse et du FEDER et la contribution de nombreux donateurs et sponsors privés de la région, la Ville de Giessen allait fournir les locaux (exemptés de loyer pour 30 ans) grâce à la rénovation intégrale d'un complexe de bâtiments bicentenaires, attenants à la gare, qui avaient abrité un bureau de douane. Démarrés en février 2002, les travaux ont mené bon train: avant la fin de la même année, une section du Mathematikum était déjà ouverte et les bâtiments complets, dotés d'un premier ensemble d'équipements, ont pu être inaugurés en novembre 2003.

Résultats

Dès les premiers jours, le Mathematikum a connu un succès qui n'a cessé de croître pour atteindre des proportions jamais envisagées. Ses 1200 m² d'exposition pour quelque 120 jeux interactifs, son auditorium et son magasin scientifique accueillent chaque année 150000 visiteurs. En journée du lundi au vendredi, ce sont principalement des élèves de tous âges en visite scolaire. Le reste du temps et surtout le week-end et pendant les congés, affluent les visiteurs particuliers (plus de 50% du total); venus toujours de plus loin, ils représentent lors des vacances d'été une bonne cinquantaine de pays.

Ce succès d'affluence, qui va de pair avec un taux très élevé de satisfaction, ne manque pas d'avoir des retombées économiques: pour beaucoup, le site constitue la première raison de visiter Giessen et un point de départ pour découvrir la ville et sa région. Le Mathematikum emploie actuellement 80 personnes, dont beaucoup d'étudiants, pour un total de plus de 20 équivalents plein temps. Il est l'une des rares institutions culturelles dont les finances sont en équilibre. En termes d'image, il joue un rôle clé dans un processus qui semble irréversible: le développement de Giessen comme une "Cité des Sciences" (Wissenschaftsstadt).


(1) PISA: Programme international pour le suivi des acquis des élèves, mis en oeuvre par l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE).


Date de rédaction

01/08/2007