Un système de chauffage alimenté par l’eau de mer sert d’exemple durable à Marseille, en France

L’îlot Allar, l’écoquartier pilote de Marseille, en France, teste un innovant réseau intelligent de chaleur – alimenté à 75 % par de l’énergie renouvelable – destiné à fournir du chauffage et de la climatisation aux bâtiments de cette zone. Quel est le secret de ce réseau intelligent innovant financé par l’UE? Il utilise l’énergie de la mer bordant le port de Marseille.

Autres outils

 
Le réseau énergétique Massileo relie une station de récupération d’énergie d’eau de mer dans le port de Marseille aux pompes à chaleur qui fournissent du chauffage, de l’air frais et de l’eau chaude aux bâtiments de l’écoquartier de l’îlot Allar. © Îlot Allar Moderate-Temperature Water Network Le réseau énergétique Massileo relie une station de récupération d’énergie d’eau de mer dans le port de Marseille aux pompes à chaleur qui fournissent du chauffage, de l’air frais et de l’eau chaude aux bâtiments de l’écoquartier de l’îlot Allar. © Îlot Allar Moderate-Temperature Water Network

" Utiliser l’eau de mer comme source d’énergie nous aide à ne plus recourir aux combustibles fossiles. En outre, le rendement élevé des bâtiments et le transfert d’énergie entre les utilisateurs réduisent la consommation énergétique des bâtiments "

Arnaud Westrich, directeur général, Optimal Solutions

L’écoquartier de l’îlot Allar se compose de bâtiments construits à partir de matériaux durables et il dispose d’un réseau de chaleur économe en énergie, soutenu par la diffusion numérique afin d’aider les citoyens à améliorer efficacement leur consommation d’énergie. 

Le réseau intelligent génère de l’énergie en recourant à l’eau de mer. Ce réseau énergétique, appelé Massileo, est une boucle d’eau tempérée reliant la station de récupération d’énergie d’eau de mer dans le port de Marseille aux pompes à chaleur des quartiers urbains. Les pompes fournissent alors de l’énergie sous forme de chaleur, d’air frais et d’eau chaude aux bâtiments. 

Le projet permet également aux bâtiments de produire de l’énergie. Par exemple, la chaleur générée par une pompe pour refroidir un bureau est récupérée et utilisée pour chauffer de l’eau dans un autre bâtiment. Ainsi, aucune perte d’énergie n’est à déplorer. 

Les pompes à chaleur sont conçues pour fonctionner automatiquement au taux requis, ce qui permet de réaliser des économies d’énergie dans l’écoquartier. Selon l’équipe en charge du projet, ce système a contribué à réduire de 80 % les émissions de CO2 par rapport au système conventionnel de chauffage et de climatisation qui repose sur les combustibles fossiles, dans la même région. 

Il permet également de chauffer de l’eau chez soi en été et de refroidir les laboratoires informatiques en hiver afin d’économiser davantage d’énergie. Dans l’ensemble, le réseau de chaleur approvisionne actuellement le quartier de 2,7 hectares, qui comprend 58 000 m2 de bureaux, des boutiques et un hôtel. 

Environ 75 % de l’approvisionnement énergétique du réseau destiné à fournir du chauffage, de l’air frais et de l’eau chaude aux bâtiments provient des énergies renouvelables, à savoir la récupération de la chaleur de l’eau de mer et l’échange de chaleur entre les bâtiments. 

Grâce à sa capacité de production de chaleur/froid de 21 MW, le réseau intelligent peut fournir de l’énergie à 500 000 m2 de bâtiments et réduire davantage les émissions.

Montrer l’exemple

L’écoquartier de l’îlot Allar a été conçu comme un exemple de mode de vie et de bâtiments durables sur les rives de la Méditerranée. Les bâtiments de l’Allar ont été spécialement dessinés en tenant compte du système énergétique du réseau de chaleur.

Les plans d’expansion de l’écoquartier pilote sont déjà en cours d’élaboration. Le réseau intelligent d’énergie thermique qui a prouvé son efficacité devrait chauffer près de 10 fois le nombre de bâtiments qu’il dessert actuellement. 

Ces données témoignent de la sophistication du système de conversion thermique inhérent au réseau intelligent. Bien que les coûts d’exploitation soient similaires à ceux d’un système conventionnel de chauffage ou de climatisation, les coûts d’installation et d’entretien sont considérablement plus élevés. Ce sont ces coûts en particulier qui ont été couverts par les fonds de l’UE.

Investissement total et financement européen 

L’investissement total (public national, européen et privé) du projet «Réseau d’eau tempérée de l’îlot Allar» s’élève à 9 660 950 euros, auquel le Fonds européen de développement régional contribue à hauteur de 941 938 euros par l’intermédiaire du programme opérationnel «Provence Alpes Côte d’Azur» pour la période de programmation 2014-2020. 

 

Date de rédaction

31/08/2017

Vidéos