Se servir des réseaux sociaux pour améliorer la participation citoyenne dans les villes européennes

Les villes de toute l’Europe utilisent les réseaux sociaux pour dialoguer avec les citoyens et collaborer à l’amélioration des espaces, des ressources et des services urbains.

Autres outils

 
Interactive Cities Transnational Meeting with all city partners in Tartu, Estonia. ©URBACT Secretariat/ URBACT (2017) Interactive Cities Transnational Meeting with all city partners in Tartu, Estonia. ©URBACT Secretariat/ URBACT (2017)

" Vous ne vous adressez pas à URBACT pour obtenir de l’argent, mais pour bénéficier de sa méthode: le fait que le programme vous fasse travailler de manière coordonnée avec l’ensemble des acteurs locaux. "

Gianluca Saba, responsable des relations internationales, municipalité de Gênes

Pour les administrations municipales, les réseaux sociaux peuvent constituer un puissant moyen de communiquer avec leurs citoyens, de les mobiliser et de coopérer avec eux. Il est donc crucial de savoir comment les utiliser correctement. Pour y contribuer, le projet Interactive Cities, financé par URBACT, a travaillé avec dix villes sur l’utilisation des outils numériques pour améliorer la gouvernance urbaine.

Le résultat prend la forme d’une boîte à outils comprenant des solutions et des stratégies numériques que les villes de toutes tailles peuvent utiliser pour interagir avec les citoyens et faciliter les collaborations sur tout un éventail d’initiatives.

Des résultats remarquables

Les villes participantes étaient Gênes et Palerme (Italie), Varna (Bulgarie), Alba Iulia (Roumanie), Debrecen (Hongrie), Tartu, (Estonie), Gand (Belgique), Paris (France), Lisbonne (Portugal) et Murcie (Espagne). Le projet a aidé chacune de ces villes à réaliser un audit complet des réseaux sociaux et des outils numériques actuellement utilisés et à en identifier d’autres.

Elles ont passé en revue divers programmes ou services administratifs souffrant d’un manque de participation citoyenne et ont étudié comment les outils axés sur les réseaux sociaux étaient susceptibles d’y remédier.

Cette initiative a produit des résultats remarquables. Par exemple, Alba Iulia a amélioré l’utilisation des pages web et des plateformes en ligne, notamment Facebook et Twitter, afin de recevoir des commentaires et des réclamations et de pouvoir les transmettre aux bureaux concernés. Dans la même veine, Tartu a développé un système en ligne où les citoyens peuvent participer à des réunions virtuelles, discuter et faire part de leurs commentaires sur des sujets tels que les plans de développement urbain.

À Varna, un prototype d’application interactive de guide de voyage a été développé pour la ville. Cette application aide les touristes à obtenir des informations portant par exemple sur l’histoire d’un monument ou la culture de la ville.

Palerme, de son côté, a élaboré un nouveau plan de mobilité pour sa zone protégée par l’UNESCO. Avec le soutien de ce projet, la ville a utilisé les canaux de communication numériques et les réseaux sociaux pour interagir plus étroitement avec les parties intéressées. Ainsi, de nombreuses initiatives publiques bénéficient d’un soutien solide de la part du public.

Une boîte à outils pleine de solutions numériques

Interactive Cities a créé un certain nombre d’outils utiles aux autres villes. Il s’agit notamment d’un ensemble de bonnes pratiques et d’une feuille de route sur la manière de mettre en œuvre la gouvernance urbaine numérique. Il existe également une boîte à outils de services numériques permettant d’aider d’autres villes à mieux sensibiliser les citoyens aux initiatives urbaines et à les faire participer davantage à ces initiatives.

Le projet a été mis en œuvre dans le cadre d’URBACT, le programme européen de coopération territoriale qui s’est donné pour objectif d’encourager le développement durable et intégré des villes européennes. Celui-ci utilise les ressources et le savoir-faire disponibles pour renforcer la capacité des villes à apporter des améliorations dans quatre domaines: la gouvernance, l’environnement, l’inclusion et l’économie.

Investissement total et financement de l’UE

L’investissement total du projet «Interactive Cities» s’élève à 716 745 euros, auquel le Fonds européen de développement régional contribue à hauteur de 549 820 euros au titre du programme opérationnel «URBACT III» pour la période de programmation 2014-2020.

Date de rédaction

11/11/2020