Développer le tourisme nautique international et durable dans les îles de Macaronésie

Le projet Nauticom consiste à améliorer la compétitivité touristique et à développer le tourisme nautique durable en Macaronésie (MAC), ensemble d’îles composé des archipels des Açores, de Madère, des îles Canaries et des îles du Cap-Vert.

Autres outils

 
The Nauticom project involves developing sustainable nautical tourism in Macaronesia. ©CC0 Creative Commons The Nauticom project involves developing sustainable nautical tourism in Macaronesia. ©CC0 Creative Commons

" En tant que représentante de la Marina de Mindelo au Nauticom, j’ai eu l’opportunité de participer à la première réunion plénière du réseau Nauticom et au premier workshop d’entreprises. Je suis certaine que par ce projet, la région bénéficiera du développement de notre secteur. "

Jaqueline Gomes, Directrice de la Marina de Mindelo, au Cap Vert

Nauticom a pour objectif de créer un réseau d’entreprises nautiques en Macaronésie et d’encourager leur internationalisation. 

Il s’agit aussi de mettre en œuvre un plan d’appui entrepreneurial pour consolider une image conjointe de la région envers le marché international, mettre au point de nouveaux produits thématiques transnationaux, développer l’utilisation des TICs, et mettre en valeur l’efficience énergétique et l’amélioration de la gestion environnementale des activités.

Un nouveau modèle de développement pour le tourisme

Le réseau Nauticom a pour ambition d’être le centre de la coopération nautique de la Macaronésie. L'établissement de ce réseau apporte non seulement des avantages économiques au secteur (croissance, marché et emplois), mais aussi l’établissement d'un nouveau modèle de développement du tourisme. La mise en valeur de la culture nautique, les échanges socio-culturels et le positionnement de la destination nautique MAC sont les impacts attendus. 

Encourager le secteur à l'innovation technologique et environnementale est un autre engagement du réseau, qui est considéré comme un facteur clé de succès et de différenciation dans la compétitivité et le marché international. À l'avenir, l'impact environnemental de l'activité pourrait être réduit et les progrès dans la lutte contre le changement climatique être améliorés. Enfin, la promotion d’une croissance durable dans le secteur permettra à la Macaronésie de se positionner comme une référence européenne en matière de croissance bleue.

Nauticom se trouve actuellement à la phase intermédiaire de son exécution. La première partie du projet a été lancée. Elle est dédiée à l’élaboration des documents de base, à l’état des lieux et aux diagnostics liés à l’internationalisation des entreprises du secteur du tourisme nautique en Macaronésie et en Mauritanie. Le projet touche également à l’environnement et aux TICs. Ainsi, un premier produit touristique à caractère international a été lancé, avec la participation des sociétés de l’île de Madère et des îles Canaries.

Augmenter les revenus à l’échelle locale

Cependant, malgré les atouts et opportunités, ainsi que la volonté politique de promouvoir la spécialisation du tourisme nautique, il existe encore des freins à l’internationalisation des entreprises de la région de la Macaronésie, liés en particulier à la fragmentation de l’industrie et à la faible utilisation des TICs.

râce à des produits touristiques innovants et au développement de l'éco-innovation dans les îles de Macaronésie, qui présentent le double inconvénient d’être éloignées du continent et d’avoir de faibles opportunités d’emploi, le projet Nauticom permet d’augmenter les possibilités de revenus réinvestis localement.

Investissement total et financement européen

Le projet « Nauticom - Réseau nautique de coopération à la Macaronésie » a fait l’objet d’un investissement total de 983 900 EUR ; la contribution du Fonds européen de développement régional s’élève à 836 315 EUR au titre du programme de coopération « Interreg V-A - Spain-Portugal (Madeira-Açores-Canarias (MAC) » pour la période de programmation 2014-2020. L’investissement relève de la priorité « Jobs, Growth and Investment ».  

 

Date de rédaction

23/06/2020