GRETA – Trouver des moyens d’exploiter l’énergie géothermique dans la région alpine d’Europe

GRETA est un projet interrégional couvrant six pays destiné à promouvoir l’utilisation de l’énergie géothermique de surface (NSGE) afin de répondre à la demande croissante en énergie calorifique dans les Alpes. GRETA a mené plusieurs activités et promu les interactions entre les parties prenantes pour combler les lacunes de connaissances et créer des outils permettant de mettre en œuvre les politiques NSGE. Le projet a mis au point diverses méthodes et s’est intégré dans un outil WEB-SIG pour quantifier le potentiel de la NSGE.

Autres outils

 
The GRETA interregional project promoted the use of near-surface geothermal energy (NSGE) in six countries, to meet increasing demand for sources of heating. ©GRETA The GRETA interregional project promoted the use of near-surface geothermal energy (NSGE) in six countries, to meet increasing demand for sources of heating. ©GRETA

" GRETA a développé des méthodes pour quantifier le potentiel géothermique superficiel et de surface. Tous nos efforts sont parvenus à sensibiliser un éventail d’organismes qui envisagent désormais d’incorporer l’énergie géothermique de surface dans leurs stratégies énergétiques. Nous espérons que cela contribuera à réduire considérablement les émissions de CO2 dans la région alpine. "

Kai Zosseder, coordinateur du projet

L’énergie géothermique de surface (NSGE) est une ressource largement disponible, mais sous-exploitée. Il s’agit d’une énergie renouvelable qui ne génère pas d’émissions polluantes directes, ne présente pas de problèmes dans la chaîne d’approvisionnement et ne perturbe pas le paysage. GRETA a élaboré des directives et des outils pour permettre aux municipalités et aux administrations de la région alpine d’inclure la NSGE dans leurs plans et stratégies énergétiques. 

GRETA a produit des directives relatives à l’utilisation de la NSGE qui sont publiées sur la page Wikipédia consacrée à CESBA, une plateforme qui promeut la durabilité de l’environnement bâti en Europe. Le projet a développé un circuit géothermique en Slovénie et un catalogue avec des exemples de meilleures pratiques pour aider à acquérir des connaissances sur l’application des systèmes NSGE.

Le succès des études de cas

GRETA a évalué le potentiel de la NSGE et son application dans les politiques énergétiques dans six zones faisant l’objet d’une étude de cas sur l’ensemble de la région alpine et au-delà à un niveau local, régional et national. Parmi ces zones se trouvent le Parc des Bauges en France, la Vallée d’Aoste en Italie, la région de Davos en Suisse, l’arrondissement d’Oberallgäu en Allemagne, la région de Saalbach en Autriche et la municipalité de Cerkno en Slovénie.

En raison des méthodes intégrées dans l’outil WEB-SIG, les municipalités de ces zones sont désormais engagées à inclure la NSGE dans leurs plans d’action énergétique. 

Ces régions seront des exemples de bonnes pratiques pour le reste des administrations alpines cherchant à exploiter cette ressource naturelle. L’interaction entre les parties prenantes a permis d’acquérir plus de connaissances sur la NSGE. Elle est désormais intégrée dans les politiques énergétiques à différents niveaux dans la région du Piémont, la ville de Munich, le district de Salzburg et dans la stratégie nationale en matière d’énergie de Slovénie.

En outre, GRETA a montré de quelle manière la NSGE peut s’utiliser dans des applications de niche, comme la fourniture d’électricité aux patinoires, aux piscines et aux refuges de haute altitude.

Investissement total et financement européen

L’investissement total du projet «GRETA» s’élève à 2 962 952 euros, auquel le Fonds européen de développement régional contribue à hauteur de 2 308 232 euros par l’intermédiaire du programme «Programme européen Interreg Espace Alpin» pour la période de programmation 2014-2020. L’investissement relève de la priorité «Instruments politiques pour atteindre une économie sobre en carbone».

 

Date de rédaction

04/03/2019