Un projet entre le Royaume-Uni et la France transforme les déchets et les coproduits agricoles en matériaux isolants pour les bâtiments

Un projet basé dans la région transmanche Royaume-Uni–France a conçu, produit et testé trois matériaux d’isolation thermique pour les bâtiments à partir de coproduits agricoles et de matières premières recyclées. Le projet SB&WRC a évalué le potentiel de 20 matériaux avant de sélectionner la moelle de maïs, la paille de blé et le polyester issu d’anciens édredons. L’équipe du projet a analysé les cycles de vie de chaque prototype de produit ainsi que son potentiel économique et industriel. La participation des parties prenantes a été déterminante dans les activités du projet.

Autres outils

 
The SB&WRC project aimed to develop building insulation with a carbon footprint at least 25 % lower than traditional products like rockwool, and with similar performance levels. ©SB&WRC The SB&WRC project aimed to develop building insulation with a carbon footprint at least 25 % lower than traditional products like rockwool, and with similar performance levels. ©SB&WRC

" Le projet offre une occasion d’ajouter du “vert” au “gris”. Il propose de recycler de manière valorisante les déchets mis au rebut ou les coproduits agricoles en matériaux d’isolation commercialement viables et techniquement concurrentiels. "

Documentation du projet SB&WRC

Alors que l’Europe cherche à réaliser des économies d’énergie, de plus en plus de bâtiments sont dotés d’une isolation thermique, généralement constituée de laine de roche et de laine de verre. Ce projet entendait développer un produit final dont l’empreinte carbone serait d’au moins 25 % inférieure à ces produits traditionnels, mais qui proposerait les mêmes niveaux de performance. Un autre objectif clé consistait à utiliser les déchets ou les coproduits agricoles disponibles, mais sous-utilisés, dans cette région transfrontalière.

Des tests rigoureux

Le projet a choisi ses trois matériaux de test après avoir évalué certains problèmes comme les niveaux de stock, les typologies des bâtiments et les formalités juridiques liées à la récupération des déchets et à la facilité de les transformer par rapport à leur finalité initiale. Leur composition, leur résistance au feu et leur viabilité ont fait l’objet de tests rigoureux avant la construction de prototypes entiers destinés à évaluer leurs caractéristiques thermiques. L’équipe de SB&WRC estime que les trois prototypes répondent aux normes requises pour l’isolation des bâtiments.

En complément de ses activités techniques, le projet a analysé les cycles de vie des produits ainsi que leur potentiel économique. Une stratégie commerciale a été élaborée dans le but de promouvoir l’adoption rapide des prototypes sur le marché.

Afin de stimuler l’intérêt pour de nouveaux produits potentiels et souligner l’importance d’utiliser des matériaux locaux et sobres en carbone, des professionnels de la construction ont été consultés lors de la plupart des étapes par le biais d’ateliers, de conférences et de discussions en ligne.

Des bénéfices plus larges

Selon l’équipe du projet, ces prototypes suscitent un vif intérêt de la part des entreprises du secteur, et pourraient prochainement atteindre une production commerciale. L’exploitation commerciale de ces trois produits amènerait d’autres bénéfices à la région en plus de leurs propriétés isolantes. Deux coproduits agricoles très courants, la moelle de maïs et la paille de blé, apporteraient une nouvelle source de revenus aux agriculteurs et aux coopératives agricoles.

Entre-temps, l’exploitation des déchets d’édredon de polyester pourrait créer un nouveau secteur dédié à la collecte, au traitement et à la reconstitution de matériaux isolants. Le transport, la transformation et la production de ces trois prototypes pourrait encourager le développement de nouvelles entreprises manufacturières et de distributeurs, ainsi que la création d’emplois dans l’économie locale.

Investissement total et financement de l’UE

L’investissement total du projet «SB&WRC: Sustainable Bio&Waste Resources For Construction» s’élève à 1 636 164 EUR, dont une contribution du Fonds européen de développement régional de 1 128 953 EUR via le programme opérationnel «Interreg VA France/Royaume-Uni (Manche/Channel)» pour la période de programmation 2014-2020. L’investissement relève de la priorité «Économie sobre en carbone».

Date de rédaction

17/08/2020