SOIL TAKE CARE (SOL PRÉCAIRE) – Solutions à faible coût pour le diagnostic et le nettoyage des sols contaminés

La contamination des sols par les activités industrielles représente une problématique importante en Europe, car elle nuit non seulement aux sols, mais également aux eaux de surface, aux eaux souterraines, à la qualité de l’air et à la santé humaine. Le projet SOIL TAKE CARE, mené sur trois sites dans les régions d’Occitanie en France, de Murcie en Espagne et de la région Centre du Portugal, a développé des outils de diagnostic et de surveillance innovants et peu coûteux, et a évalué des techniques alternatives de réhabilitation des sols.

Autres outils

 
The SoilTakeCare project looked at ways of cleaning up soil contamination caused by industrial activities. ©SoilTakeCare The SoilTakeCare project looked at ways of cleaning up soil contamination caused by industrial activities. ©SoilTakeCare

" Le travail fourni dans le cadre du projet SOIL TAKE CARE a permis des réductions de coût et de temps, grâce à la mise en œuvre de stratégies innovantes et peu coûteuses pour l’évaluation (modélisation/surveillance), le nettoyage (réhabilitation/bioréhabilitation) et la gestion (socio-économique) de sites industriels pollués (Estarreja au Portugal; Carthagène en Espagne et Viviez en France). "

José Darrozes, professeur associé en géophysique et télédétection à l’université de Toulouse

La contamination des sols a également été étudiée du point de vue humain dans le cadre du projet. Les risques d’inhalation et d’ingestion de contaminants ont été quantifiés pour les adultes et pour les enfants, et des études socio-économiques ont été menées sur les trois sites du projet afin de mieux comprendre l’impact de la pollution des sols sur la population, la structure sociale et l’économie locale.

Globalement, les résultats du projet ont fourni des informations permettant de proposer de nouvelles stratégies pour la surveillance, la gestion et la réhabilitation des sols dans les zones contaminées d’Europe, améliorant ainsi l’environnement et la qualité de vie.

Réduire les coûts de modélisation et de surveillance

La nécessité de disposer d’outils de modélisation et de surveillance précis apparaît comme un élément clé dans la question de la contamination des sols. Le projet SOIL TAKE CARE a élaboré trois approches différentes qui devraient permettre de réduire les frais liés à ce type de surveillance de façon drastique.

La première approche a mis l’accent sur la diminution des coûts associés aux capteurs actifs des pièges à particules, qui analysent les particules dont le diamètre se situe entre 2,5 microns et 10 microns. Le projet a ainsi mis au point de nouveaux capteurs dont le coût a été réduit environ du tiers par rapport à ceux disponibles sur le marché à la même période. L’équipe a également eu recours à un récepteur GPS pour cartographier les concentrations de métaux dans les zones minières contaminées, en mesurant simplement les variations de puissance des ondes GPS réfléchies.

Elle a ensuite utilisé des plantes, par exemple Tillandsia usneoides, également appelée mousse d’Espagne, comme indicateurs biologiques pour la surveillance locale. En raison de leur capacité d’accumulation et de rétention des polluants, y compris les oligo-éléments, ces plantes font partie des organismes les plus fréquemment utilisés pour la surveillance biologique des métaux présents dans l’air. Présentant les avantages d’un coût très abordable et d’une maintenance minimale, les plantes fournissent en outre des résultats faciles à analyser et extrêmement fiables. 

Enfin, le projet a développé une méthode de quantification des volumes de matière touchés par la contamination. Pour cela, les chercheurs ont eu recours à un scanner lidar (télédétection par laser) in situ fournissant un modèle numérique de terrain rapide et précis des zones contaminées de faible superficie, ainsi qu’à la photogrammétrie par drone qui leur a permis de cartographier avec précision de plus grandes superficies.

Comprendre les coûts directs et indirects liés à la pollution

Le projet a également étudié plus en détail les coûts humains liés à la pollution en analysant les raisons pour lesquelles les habitants continuent à vivre dans des zones contaminées, malgré les difficultés vécues.

L’évaluation de la perception du risque, à la lumière du niveau de connaissance des populations locales en matière de pollution, faisait notamment partie de leur étude. En prenant en compte des variables telles que l’âge, le sexe et les niveaux d’éducation, les données agrégées ont révélé des vulnérabilités spécifiques et mis l’accent sur le besoin en conseil économique et social pour les familles défavorisées, afin qu’elles puissent réduire leur exposition à la contamination.

Investissement total et financement européen

L’investissement total du projet «SOIL TAKE CARE» s’élève à 2 009 646 euros, dont une contribution du Fonds européen de développement régional de 1 507 234 euros via le programme opérationnel «Europe du Sud-Ouest» pour la période de programmation 2014-2020. L’investissement relève de la priorité «Lutte contre le changement climatique». 

 

Date de rédaction

05/02/2020