REGENERGY: accroître l’utilisation des énergies renouvelables dans le nord-ouest de l’Europe grâce au programme Interreg

Impliquant des partenaires de sept pays du nord-ouest de l’Europe, le projet RegEnergy vise à réduire de 44 200 tonnes par an les émissions de gaz à effet de serre en accroissant l’utilisation des énergies renouvelables. Les partenaires espèrent obtenir un financement de plus de 25 millions EUR pour le développement d’infrastructures telles que des panneaux solaires, des systèmes de stockage par batterie, des micro-réseaux, des canalisations et des installations de valorisation du biogaz.

Autres outils

 
Seven North-West European countries collaborated on the Interreg RegEnergy project ©RegEnergy Seven North-West European countries collaborated on the Interreg RegEnergy project ©RegEnergy

" Depuis 2018, le projet RegEnergy a facilité la mise en place de nouveaux partenariats urbains-ruraux viables et a permis de combler les liens régionaux qui faisaient défaut entre la demande et l’offre d’énergie renouvelable. Les communautés énergétiques locales sont habilitées à prendre des initiatives pour assurer un approvisionnement énergétique régional fiable, tandis que les régions deviennent des prosommateurs actifs. "

Hélène Rizzotti, responsable de projet, Alliance pour le climat des villes européennes en collaboration avec les peuples indigènes des forêts tropicales

RegEnergy repose sur des partenariats entre des zones urbaines et rurales voisines, au sein desquels les producteurs d’énergie ruraux assurent aux consommateurs urbains un approvisionnement fiable et disposent d’un flux régulier de revenus. Environ 150 000 consommateurs devraient en bénéficier à terme.

Le projet a élaboré une stratégie de création de partenariats entre zones urbaines et rurales et de modèles permettant de faire correspondre l’offre et la demande d’énergie renouvelable. Pour mettre ces modèles en pratique, le projet a analysé l’offre et la demande au sein des régions participantes et a conçu une plateforme logicielle et un outil de surveillance du CO2.

Partenariats entre zones urbaines et rurales

Le nord-ouest de l’Europe consomme peu d’énergies renouvelables. Les obstacles réglementaires, institutionnels et administratifs empêchent la production à grande échelle par le biais de la coopération entre les villes et les campagnes, tandis que les infrastructures reliant les producteurs et les consommateurs font défaut, tout comme les solutions permettant de faire correspondre l’offre et la demande.

Les partenariats de RegEnergy permettent aux zones urbaines et rurales de surmonter ces obstacles et de tirer parti de leur potentiel en matière d’énergies renouvelables. À ce jour, dix partenariats ont été conclus et permettront de réduire de 27 500 tonnes les émissions de CO2 d’ici à la fin de 2021.

En France, la ville de Brest a établi un partenariat avec l’association municipale rurale Centre Ouest Bretagne, qui fait le lien entre la production d’énergie renouvelable à la campagne et sa consommation en ville. Brest a conclu un partenariat avec une coopérative d’investissement dans les énergies renouvelables pour la pose de panneaux solaires sur cinq bâtiments municipaux.

La ferme solaire de Creacombe, dans le Devon, au Royaume-Uni, constitue un autre développement notable de l’énergie solaire. Produisant suffisamment d’électricité pour alimenter 2 160 foyers, elle permettra d’économiser environ 3 100 tonnes de CO2 par an.

Au parc technologique Y-Parc, en Suisse, un modèle commercial associant la production d’énergie solaire à la mobilité électrique a été mis en place. Une installation solaire produit un excédent d’énergie pendant la journée, lorsque les voitures des employés sont garées. Cette énergie leur sert ensuite de carburant pour leur trajet du retour.

Des modèles innovants

En Irlande, des clusters locaux d’énergie renouvelable ont été mis en place sur la base de réseaux qui effectuent des échanges entre eux et se combinent pour former des réseaux intelligents plus vastes. En outre, une installation desservant Waterford, Kilkenny et Wexford permet de transformer le biogaz en bio-méthane et de le livrer aux clients des zones urbaines à l’aide d’équipements de transport et de stockage spécialisés.

À Doetinchem, aux Pays-Bas, une usine de traitement a été mise en place dans une papeterie qui utilise les eaux usées pour produire du biogaz et fournir de l’énergie à l’usine.

D’autres solutions innovantes ont été testées au Parc de l’énergie verte, près de Bruxelles. Tous les bâtiments du parc fournissent et consomment de l’énergie à un réseau intelligent multi-énergie, qui utilise différentes sources d’énergie. Le réseau fournit de l’électricité et de la chaleur à plus de 70 sociétés. Les données de consommation et de production sont surveillées.

RegEnergy mène diverses activités visant à transmettre ses résultats aux réseaux des partenaires, qui englobent plus de 300 villes et régions. Cela devrait mener à la conclusion de 45 partenariats supplémentaires dans les dix ans qui suivront la fin du projet, qui devraient permettre de réduire les émissions de CO2 de 300 000 tonnes par an.

Bénéficiaires

«RegEnergy m’a permis d’être embauché par l’agence locale de l’énergie du Centre-Ouest-Bretagne. Aujourd’hui, je suis heureux de participer concrètement au développement des énergies renouvelables dans ma région à travers des projets exploitant les ressources de mon territoire rural»

Alexandre Guirinec, chef de projet de développement du solaire photovoltaïque, Agence locale de l’énergie du Centre-Ouest Bretagne, France    

Investissement total et financement de l’UE 

L’investissement total pour le projet «RegEnergy - Renewable Energy Regions» s’élève à 10 622 738 EUR auquel le Fonds européen de développement régional de l’UE contribue à hauteur de 6 152 469 EUR par l’intermédiaire du programme de coopération «Interreg North West Europe» pour la période de programmation 2014-2020. L’investissement relève de la priorité «Faible émission de carbone».

Date de rédaction

10/06/2021