Une meilleure efficacité énergétique pour les monuments hollandais et flamands

La riche histoire de l’Europe se reflète dans ses innombrables monuments et structures historiques. Des coûts énergétiques élevés constituent cependant un obstacle à l’exploitation de ce patrimoine. Mis en œuvre dans les provinces d’Anvers (Région flamande belge) et du Brabant-du-Nord (Pays-Bas), le projet DEMI MORE (« Demonstration of energy efficiency by measurement and innovation gives more ») applique de nouvelles techniques pour améliorer l’efficacité énergétique des monuments et soutenir la production d’énergie renouvelable.

Autres outils

 
Children getting involved in sustainability works  ©DEMI MORE Children getting involved in sustainability works ©DEMI MORE

" En offrant une reconception durable à notre patrimoine architectural, non seulement nous en assurons la préservation mais nous apportons également une contribution utile à notre société. Des coûts énergétiques élevés peuvent cependant mettre des bâtons dans les roues d’un tel projet. L’initiative DEMI MORE résout ce problème en utilisant des techniques innovantes pour améliorer l’efficacité énergétique d’un monument ou lui permettre de produire sa propre énergie verte. Les coûts d’exploitation sont ainsi réduits et le monument devient plus intéressant en trouvant de nouvelles finalités. "

Annemie Nagels, directrice du projet DEMI MORE, Kempens Landschap

Six monuments de différentes natures, notamment des églises, des châteaux, des sites industriels et des habitations, ont été choisis pour démontrer les économies d’énergie réalisées et l’application de techniques de production d’énergie verte. L’application pratique de ces mesures vise à convaincre les parties prenantes d’investir dans leur déploiement.

Le projet DEMI MORE contribue également à l’élaboration d’une certification de durabilité spécifiquement destinée aux monuments historiques, et qui peut être intégrée à la norme internationale de durabilité BREEAM RFO (BREEAM Refurbishment and Fit Out).

Surmonter les mauvaises performances énergétiques

Jusqu’à récemment, la politique en matière de patrimoine se concentrait principalement sur la préservation des bâtiments, ce qui a conduit à la restauration de nombreuses structures vides. Une préservation véritablement durable exige toutefois de réaffecter de tels bâtiments en leur trouvant un usage contemporain. Pour ce faire, la mauvaise performance énergétique des monuments historiques (qui est due aux matériaux employés, à leurs dimensions et aux difficultés posées par leur isolation) constitue un obstacle, en particulier compte tenu des exigences modernes en matière de chauffage et de climatisation de l’air.

À la lumière de ces problématiques et des objectifs fixés par l’UE en matière d’énergie propre et d’efficacité énergétique, le secteur du patrimoine doit promouvoir l’efficacité énergétique et l’utilisation d’énergie renouvelable grâce à des approches qui tiennent compte des caractéristiques des bâtiments historiques.

Grâce à des mesures telles que l’installation de matériaux d’isolation ultra fins développés à l’origine pour l’exploration spatiale et l’intégration aux bâtiments de panneaux solaires esthétiques, le projet DEMI MORE facilite la réaffectation des monuments et ce faisant, contribue à la préservation du patrimoine architectural en la mettant directement en lien avec l’utilisation de ce patrimoine. L’accent mis par le projet sur l’innovation contribue à éveiller l’intérêt pour des applications peu connues et coûteuses, ce qui a souvent pour effet d’en faire baisser le prix.

Le développement d’une norme BREEAM RFO spécifique aux monuments permet d’évaluer la durabilité des travaux de restauration et de comparer la consommation énergétique, les matériaux utilisés, les modes de transport et les déchets générés avec ceux observés pour la rénovation de bâtiments ordinaires. Les recherches montrent que même pour les monuments soumis à des conditions de rénovation restrictives, les différences ne sont pas si importantes.

Documenter les impacts

Pour chacun des six monuments choisis, le processus est entièrement supervisé par une équipe de spécialistes, qui surveille l’impact des techniques utilisées à travers des évaluations (notamment au début et à la fin des démonstrations). Les résultats intermédiaires sont annoncés lors d’événements d’information publics, de journées d’études et de conférences. Les résultats finaux et les connaissances acquises seront publiés dans un manuel, qui sera mis à la disposition du public. Un film va de plus être produit, qui détaillera le processus suivi pour chaque monument.

Le projet DEMI MORE a en outre été présenté lors d’ateliers destinés aux secteurs professionnels, notamment le patrimoine, l’architecture et l’ingénierie, ainsi que lors de conférences nationales en Belgique et aux Pays-Bas. Il a aussi été présenté à Bruxelles lors de la Semaine européenne de l’énergie durable 2018, dans le but d’encourager le lancement d’initiatives similaires dans d’autres pays.

Investissement total et financement de l’UE

L’investissement total dans le projet DEMI MORE s’élève à 2 864 585 euros, dont une contribution du Fonds européen de développement régional de l’UE de 1 432 292 euros par le biais du programme opérationnel « Interreg V-A – Belgium-The Netherlands (Vlaanderen-Nederland) » pour la période 2014-2020. Cet investissement s’inscrit dans le cadre de la priorité « Énergie durable ».