La stratégie renouvelée de la Commission pour les régions ultrapériphériques de l'UE donne la priorité aux citoyens et libère leur potentiel

Autres outils

 
03/05/2022

La Commission a adopté aujourd'hui une stratégie renouvelée pour les régions de l'UE les plus éloignées, appelées «régions ultrapériphériques», qui vise à libérer leur potentiel au moyen d'investissements et de réformes appropriés.

Les neuf régions ultrapériphériques de l'UE, c'est-à-dire la Guadeloupe, la Guyane française, la Martinique, Mayotte, La Réunion et Saint-Martin (France), les Açores et Madère (Portugal) et les îles Canaries (Espagne), sont des régions de l'UE situées dans les océans Atlantique et Indien, dans le bassin des Caraïbes et en Amérique du Sud.

La stratégie donne la priorité aux citoyens en proposant des mesures concrètes pour améliorer les conditions de vie des cinq millions d'habitants de ces régions: l'objectif est de soutenir les transitions écologique et numérique et de tirer parti de leurs atouts uniques, tels qu'une population jeune dans de nombreuses régions, les vastes zones maritimes, une biodiversité unique et le potentiel de recherche. La Commission apportera également un soutien sur mesure pour renforcer le dialogue avec les régions ultrapériphériques.

Valdis Dombrovskis, vice-président exécutif pour une économie au service des personnes, s'est exprimé en ces termes: «Nos régions ultrapériphériques sont peut-être éloignées du continent européen, mais elles sont très importantes pour l'UE, de par la présence d'une population jeune, d'une biodiversité unique et de riches sources d'énergie renouvelables. Ces régions sont également confrontées à de graves problèmes, tels qu'un taux de chômage élevé et une faible production économique, et ont également été durement touchées par la pandémie de coronavirus. Nous devons les aider à exploiter davantage leur potentiel, les institutions de l'UE travaillant en partenariat étroit avec chaque région et chaque État membre concerné afin d'élaborer des stratégies de développement spécifiques au service de la reprise et de la croissance. Cette stratégie met l'accent sur l'aspect social, en améliorant les conditions de vie et en luttant contre la pauvreté; elle soutiendra également les transitions écologique et numérique de ces régions où le problème du prix élevé des denrées alimentaires et de l'énergie a été aggravé par l'agression russe en Ukraine. Elle créera de nouvelles possibilités grâce à un financement spécifique et à un soutien sur mesure pour chacune de ces précieuses régions de l'UE afin de les aider à tirer parti de leurs atouts uniques.»

Elisa Ferreira, commissaire à la cohésion et aux réformes, a ajouté: «La Commission est pleinement résolue à soutenir le développement économique et social des régions ultrapériphériques, qui représentent des atouts importants pour l'UE dans son ensemble. Avec cette nouvelle stratégie, nous voulons donner la priorité aux citoyens: pour combler l'écart de qualité de vie entre les régions ultrapériphériques et le reste de l'UE, afin que tous les habitants de ces régions disposent d'un logement adéquat et d'un accès approprié à l'eau, à l'éducation, à la formation, aux soins de santé et aux transports. La stratégie permettra de renforcer le dialogue avec les régions ultrapériphériques, de prévoir des possibilités spécifiques pour ces régions dans l'ensemble des politiques de l'UE et d'apporter un soutien sur mesure.»

Libérer le potentiel des régions ultrapériphériques

Les neuf régions ultrapériphériques possèdent des atouts uniques: une population jeune, une riche biodiversité, une localisation stratégique pour les activités spatiales et astrophysiques, de vastes zones économiques maritimes et une position d'avant-postes de l'UE dans le monde. Les régions ultrapériphériques recèlent aussi un potentiel considérable pour poursuivre le développement de secteurs clés tels que l'économie bleue, l'agriculture durable, les énergies renouvelables, les activités spatiales, la recherche ou l'écotourisme.

Plusieurs défis à relever

En raison de leur situation géographique, de leur éloignement, de leur insularité, de leur petite superficie et de leur vulnérabilité au changement climatique et aux phénomènes météorologiques extrêmes, les régions ultrapériphériques sont soumises à des contraintes très spécifiques mais permanentes, qui entravent leur développement. Ces régions affichent également les taux de chômage les plus élevés et le PIB le plus faible de l'UE. La pandémie de COVID-19 a mis encore davantage en péril leur développement.

Outre le financement sans précédent déjà négocié en faveur des régions ultrapériphériques dans le cadre des fonds et programmes 2021-2027, la Commission crée, avec la stratégie renouvelée, des possibilités spécifiques dans de nombreux domaines d'action de l'UE. Il s'agit notamment du lancement d'une série d'appels à projets spécifiques destinés exclusivement aux régions ultrapériphériques, pour aider la jeunesse locale à concevoir des projets locaux, pour soutenir les stratégies en faveur de l'économie bleue, ainsi que l'innovation, la recherche et la biodiversité au niveau régional.

De plus, afin d'aider les régions ultrapériphériques à saisir ces possibilités et à mettre en œuvre leurs propres stratégies de développement régional, la Commission fournira des outils de conseil sur mesure.

La stratégie renouvelée pour les régions ultrapériphériques s'articulera autour de cinq piliers:

  • donner la priorité aux citoyens, pour améliorer les conditions de vie de la population des régions ultrapériphériques, garantir la qualité de vie, lutter contre la pauvreté et offrir de nouvelles possibilités aux jeunes;
  • tirer parti des atouts uniques de chaque région, tels que la biodiversité, l'économie bleue ou le potentiel de recherche;
  • soutenir une transformation économique durable, respectueuse de l'environnement et neutre pour le climat, fondée sur les transitions écologique et numérique;
  • renforcer la coopération régionale des régions ultrapériphériques avec les pays et territoires voisins;
  • renforcer le partenariat et le dialogue avec les régions ultrapériphériques au moyen, entre autres, d'un soutien spécifique aux capacités administratives et de mesures de sensibilisation visant à renforcer leur participation aux programmes de l'UE.

Prochaines étapes

Le Conseil des affaires générales devrait adopter des conclusions du Conseil sur la stratégie le 21 juin.

Contexte 

Les régions ultrapériphériques bénéficient d'un statut spécial au titre du traité sur le fonctionnement de l'Union européenne (article 349), qui prévoit des mesures spécifiques pour les soutenir, et notamment l'application adaptée du droit de l'UE et des conditions d'accès aux programmes de l'UE.

La communication adoptée aujourd'hui témoigne de l'engagement sans faille de la Commission à l'égard de ces régions, qui se concrétise par des approches territorialisées et un soutien spécifique, conformément au traité.

 

 

Actualités

Thèmes associés

Outermost regions