Table des matières
Rechercher dans le guide

La Commission européenne

La Commission européenne assume la responsabilité finale du fonctionnement du programme Erasmus+. Elle gère les budgets et définit les priorités, objectifs et critères du programme en permanence. En outre, elle guide et supervise l’exécution générale, le suivi et l’évaluation du programme au niveau européen. La Commission européenne endosse également l’entière responsabilité de la supervision et de la coordination des structures chargées de l’exécution du programme au niveau national.

À l’échelle européenne, l’Agence exécutive «Éducation, audiovisuel et culture» (Agence exécutive) a la responsabilité d’exécuter les actions centralisées du programme Erasmus+. L’Agence exécutive est chargée de la gestion du cycle de vie complet de ces projets, depuis la promotion du programme, l’analyse des demandes de subventions et la supervision des projets sur place, jusqu'à la diffusion des résultats du projet et du programme. Elle est également responsable du lancement des appels à propositions concernant certaines actions du programme qui ne sont pas couvertes dans ce guide.

La Commission européenne, notamment par l’intermédiaire de l’Agence exécutive, est également chargée des actions suivantes:

  • réaliser des études dans les domaines soutenus par le programme;
  • effectuer de la recherche et mener à bien des activités fondées sur des éléments probants au travers du réseau Eurydice;
  • améliorer la visibilité et l’effet systémique du programme grâce aux activités de diffusion et d’exploitation des résultats du programme;
  • garantir la gestion contractuelle et le financement des organismes et réseaux soutenus par le programme Erasmus+;

gérer les appels d’offres relatifs à la fourniture de services dans le cadre du programme.

Les agences nationales

L’application du programme Erasmus+ est surtout prise en charge sous forme de gestion indirecte. Par conséquent, la Commission européenne confie les tâches d’exécution budgétaire aux Agences nationales; l’objectif de cette démarche est de rapprocher le plus possible Erasmus+ de ses bénéficiaires et de l’adapter à la diversité des systèmes nationaux d’éducation, de formation et de jeunesse. À cette fin, chaque pays participant au programme a nommé au moins une Agence nationale (pour les coordonnées, veuillez consulter l’annexe IV du présent guide). Ces Agences nationales soutiennent et exécutent le programme à l’échelle nationale et font office de lien entre la Commission européenne et les organisations participantes aux échelles locale, régionale et nationale. Elles ont pour tâche de:

  • donner des informations appropriées sur le programme Erasmus+;
  • gérer un processus de sélection équitable et transparent pour les propositions de projets à financer dans leur pays;
  • superviser et évaluer l’exécution du programme dans leur pays;
  • apporter un soutien aux candidats et organisations participantes sur tout le cycle de vie du projet;
  • collaborer efficacement avec le réseau de toutes les Agences nationales et la Commission européenne;
  • garantir la visibilité du programme;
  • favoriser la diffusion et l’exploitation des résultats du programme aux échelles locale et nationale.

De plus, les agences nationales jouent un rôle important de structures intermédiaires pour le développement qualitatif du programme Erasmus+ en:

  • menant à bien des activités – en plus des tâches de gestion du cycle de vie du projet – qui soutiennent l’exécution qualitative du programme ou favorisent l’évolution des politiques dans les domaines soutenus par le programme;
  • donnant leur soutien aux nouveaux venus et aux groupes cibles défavorisés afin d’effacer les obstacles susceptibles de les empêcher de participer pleinement au programme;
  • cherchant à coopérer avec des organismes externes afin de renforcer l’influence du programme dans leur pays.

La démarche de soutien adoptée par les Agences nationales vise à guider les utilisateurs du programme dans toutes les phases, du premier contact avec le programme à la réalisation du projet et l’évaluation finale, en passant par le processus de candidature. Ce principe n’entre pas en contradiction avec l’équité et la transparence des procédures de sélection. Il s’appuie au contraire sur l’idée qu’afin de garantir l’égalité des chances pour chacun, il est nécessaire d’apporter une plus grande aide à certains groupes cibles du programme au travers de systèmes de conseil, d’orientation, de suivi et d’encadrement adaptés à leurs besoins.