Navigation path

France : Le Gouvernement lance une campagne contre les discriminations à l’embauche

Le gouvernement français a lancé, lundi 18 avril 2016, une campagne de communication et de sensibilisation, intitulée "Les compétences d’abord" pour mettre en lumière les discriminations à l’embauche que pratiquent les entreprises. Cette campagne d’affichage doit conduire les employeurs à prendre conscience de leur responsabilité dans les phénomènes massifs de discrimination à l’embauche constatés, et à agir pour dépasser leurs stéréotypes à l’embauche en regardant #LesCompetencesDabord.
La campagne d’affichage sera renforcée par un dispositif sur les réseaux sociaux. Le site du ministère du Travail, de l’Emploi, de la Formation professionnelle et du Dialogue social relaiera également la campagne via une rubrique dédiée, qui présente des actions, des outils et des conseils pour lutter contre les discriminations à l’embauche (film, infographie…).

Cette campagne vient s’inscrire dans un ensemble d’actions du Gouvernement destinées à lutter contre les discriminations à l’embauche et dans l’entreprise :

  • une opération de testing à grande échelle, a été lancée début avril, auprès d’entreprises de plus de 1 000 salariés, afin de voir si les candidats portant des noms à consonance étrangère sont victimes de discrimination lors des recrutements. Les résultats sont attendus en septembre.
  • une étude sera publiée en juin, pour mettre en lumière l’impact économique des discriminations, à l’échelle de la société, mais aussi à l’échelle d’entreprises, qui se privent de talents et donc de performance économique  le soutien aux méthodes de recrutement alternatives qui permettent de sélectionner sur les compétences requises pour un poste, et non sur la base d’informations partielles dans le CV (méthode de recrutement par simulation, les CV Vidéo…)
  • La création de l’action de groupe, votée par le Sénat et bientôt par l’Assemblée nationale, qui prévoit une déclinaison spécifique sur les discriminations dans l’entreprise, pour prendre en compte leurs spécificités. Elle doit permettre de faire cesser les discriminations collectives qui peuvent toucher des candidats ou des salariés, sur la base d’un des vingt motifs de discrimination.

La ministre du travail a par ailleurs confirmé que le CV anonyme ne deviendrait pas obligatoire, car "techniquement, ça demande des modalités compliquées parce qu'il faut un intermédiaire entre le recruteur et la personne qui envoie son CV". Le CV anonyme, mesure qui avait été rendue obligatoire pour toutes les entreprises de plus de 50 salariés, par la loi sur l’égalité des chances, le 31 mars 2006, n’a cependant jamais été appliqué, faute de décret d’application. En mai 2015, sa non généralisation avait d'ailleurs déjà été annoncée par le ministre du travail de l'époque.

Pour en savoir plus :

Article du journal "Le Monde" du 18 avril 2016 : Lancement d’une opération de test de discrimination à l’embauche

Dossier de presse du Ministère du travail d'avril 2016 : Lutte contre les discriminations à l'embauche : #LesCompetencesDabord