International Partnerships

Fonds Bêkou - WASH

Plus de 2,3 millions de Centrafricains ont besoin d'une assistance de base en matière d’eau, d’hygiène et d’assainissement (EHA/WASH). Les installations manquent pour couvrir les besoins de la population. De plus, beaucoup d’installations existantes ont été sévèrement endommagées lors des multiples crises qui ont touché le pays et doivent être réhabilitées.

L’accès à l’eau est crucial dans les zones rurales, où l’approvisionnement en eau se fait encore trop souvent dans les puisards et marigots. C'est un enjeu majeur également en zone urbaine, où la problématique s'articule plutôt autour des questions de déploiement des systèmes d’eau potable et d’assainissement dans les quartiers à urbanisation informelle.

En matière d’assainissement, le gouvernement préconise l’approche Assainissement Total Piloté par les Communautés (ATPC). Elle permet aux communautés d’analyser leurs conditions sanitaires, de prendre conscience collectivement de l’intérêt de mettre fin à la défécation à l’air libre et de se construire des latrines.

En plus de répondre aux besoins vitaux de la population, les activités EAH/WASH ont un impact significatif sur d’autres politiques : la politique de santé en contribuant à la lutte contre les maladies liées à l’eau ; la relance économique en soutenant les activités du secteur agricole ; l’inclusion en libérant les femmes et les jeunes de corvées d’eau pénibles et chronophages… C’est pourquoi elles  jouent un rôle important dans de nombreux programmes soutenus par le Fonds Bêkou.

Les femmes du village s’attellent à « la corvée d’eau » © L.Torreton /UE
Les femmes du village s’attellent à « la corvée d’eau » © L.Torreton /UE

Objectif

Le Fonds Bêkou contribue à la Politique et à la Stratégie Nationale de l’Eau et de l’Assainissement (PSNEA) en offrant à la population centrafricaine un accès amélioré à l'approvisionnement en eau et aux installations sanitaires.

Priorités d’action

Les activités EHA sont couvertes par le programme « Eau pour la Paix, Eau pour la Vie » adopté par le Fonds Bêkou à la fin de l’année 2017. Initialement financé à hauteur de 11 millions d’euros, ce programme a vu son budget augmenter à 13 millions d’euros en 2020 afin d’appuyer les autorités centrafricaines dans leur réponse à l’épidémie de COVID-19.

Projets dédiés

Le Fonds Bêkou soutient deux projets dans le cadre de son programme EHA/WASH. Ces projets ont des activités assez similaires : réalisation de forages, réhabilitation/construction de points d’eaux et de latrines, sensibilisations à l’hygiène… Cependant, World Vision travaille principalement au niveau des communautés (niveau micro), tandis que le projet de l'UNICEF couvre également le niveau meso en appuyant l’Agence nationale pour l’eau et l’assainissement (ANEA).  

  • Projet de renforcement des capacités de l’ANEA pour un accès durable à l’eau et à l’assainissement en milieu rural
    Le projet mené par le Fonds des Nations unies pour l'enfance (UNICEF) intervient pour une durée de 39 mois (jusqu’à octobre 2021) dans les préfectures de Kémo, d’Ombella-M’Poko, de l’Ouham, de l’Ouham Pende et de Nana-Grébizi ainsi que dans la périphérie de la capitale Bangui. Il va construire/réhabiliter 500 forages ainsi que des latrines dans 15 écoles primaires et 17 formations sanitaires. Il vise également l’adoption par 150 villages de l’approche Assainissement Total Piloté par les Communautés. Le projet va aussi accompagner l’ANEA dans l’élaboration d’un Plan de développement sur le long terme (10 à 25 ans). Il appuiera quatre de ses antennes à Bossangoa, Kaga Bandoro, Paoua et Sibut.
Formation en forage manuel à Paoua © UNICEF
Formation en forage manuel à Paoua © UNICEF
  • Accès à l’eau et à l’assainissement de base dans les zones prioritaires en RCA
    Le projet mené par un consortium d’ONG coordonné par World Vision cible les préfectures de l’Ouham Pende, Sangha-Mbaéré, Bamingui-Bangoran et de la Vakaga. Il prévoit d’ici à février 2021, la construction de 55 nouveaux forages, la réhabilitation de 74 points d’eau, la construction de 70 latrines publiques (dans les écoles, marchés et centres de santé) et la construction de 6 500 latrines familiales pour les ménages les plus vulnérables.  La sensibilisation à l’hygiène fait partie de ses activités phares : elle se fait notamment à travers la formation de 258 relais communautaires et la mise en place de 70 clubs d’hygiène ciblés sur l’entretien des latrines publiques. 
Confection de dalles pour la construction latrines familiales dans région Paoua © World Vision RCA
Confection de dalles pour la construction de latrines familiales dans la région de Paoua © World Vision RCA

Composante transversale

En dehors de ce programme, de nombreux projets intervenant dans d’autres secteurs thématiques font aussi des activités eau, hygiène et assainissement. C’est le cas du programme RELSUDE qui intervient depuis 2020 dans la zone sud-est de la RCA et qui prévoit de mettre en place ou de réhabiliter 150 points d’eau, 42 latrines publiques et 910 latrines familiales dans ses 5 préfectures d’intervention.

Les projets qui soutiennent les dynamiques de retours des réfugiés et personnes déplacées internes comportent aussi des composantes EHA/WASH. Mercy Corps, dans le cadre du projet « Ikoue Boumbi Ti Ya Bambari Na Ndouzou » a construit 15 forages et réhabilité 4 puits améliorés dans la ville de Bambari. Grâce au puit amélioré construit dans le quartier Akpè 3 de Bambari, les habitants comme Brigitte, une veuve centrafricaine âgée de 50 ans, ont arrêté de recourir aux deux sources d’eau de surface qui étaient insalubres : « On y voyait des parasites a l’œil nu, tout le monde dans ma famille tombait malade et on était tous contaminés par les staphylocoques ». La réhabilitation du puit a également permis aux membres de la communauté de diminuer par trois leur temps d’attente au point d’eau.

Point d’eau réhabilité à Sica 1 © Armistice Foyosona
Point d’eau réhabilité à Sica 1 © Armistice Foyosona

Réponse à la pandémie de Coronavirus

Prévenir la dissémination du virus COVID-19 en République centrafricaine (RCA), est un impératif afin de ne pas voir anéantis tous les efforts déployés pour relever le pays depuis la sortie de crise. Dès mars 2020, le Fonds Bêkou, s’est engagé auprès des autorités et de la population. Devant la menace de la propagation rapide du virus, il a mobilisé plus de 4,2 millions d’euros additionnels dont 2 millions d’euros pour mener des actions EHA.

En collaboration avec les autorités centrafricaines, UNICEF a mis en place 14 systèmes d’urgence d’approvisionnement en eau à Bangui : 12 sont alimentés par pompage à partir de forages et 2 par camion-citerne. UNICEF a également installé 60 stations publiques de lavage de mains: 30 à Bangui et 30 sur le corridor Bouar- Garoua Boulai.

Un enfant se lave les mains dans une station de lavage des du site SEGA © G. Bogangabe / UNICEF
Un enfant se lave les mains dans une station de lavage des mains du site de SEGA © G. Bogangabe / UNICEF

De plus, 2 800 dispositifs de lavage de mains (seaux et morceaux de savon) ont été distribués par les organisations partenaires du Fonds Bêkou. À Zémio, l’équipe de COOPI en a installé 320 dans les lieux publics les plus fréquentés par la population: lieux de culte, entrée des marchés, centres de santé, établissements scolaires, sites pour les déplacés internes…

Principaux résultats

  • 830 points d’eau installés ou réhabilités depuis 2014
  • 59 000 personnes ont eu un nouvel accès à l’eau potable (COVID-19)
  • 13 334 latrines familiales installées en 2019 
  • 4 300 dispositifs de lavage de main installés dans des lieux critiques (COVID-19)