oil-mit

Chapitre : Partie B - B.II.8. Détection incendie

Chapitre : Partie B - B.II.8. Détection incendie

Printer-friendly versionPDF version

B.II.8.1. Caractéristiques générales

Pour les nouveaux immeubles et les immeubles rénovés, une détection incendie généralisée est réalisée dans tout le bâtiment.

L'installation assure un système intégré avec un maximum de compatibilité et de fiabilité. Elle doit provenir dans son entièreté d'un seul et même fabricant. La priorité sera donnée à un système de détection où le central dialoguera avec les détecteurs et points d'adresses au travers d'un protocole de communication de type "technologie ouverte". Ceci impliquera que la compatibilité technique existe entre plusieurs centraux proposé de marques différentes et les points d'adresses connectés sur les réseaux de détection (détecteurs, bouton poussoirs d'alerte/alarme, modules d'entrées/sorties, etc...).

Une attestation mentionnant que le fabricant fournisseur du matériel est un spécialiste des systèmes automatiques de détection incendie doit être délivrée par le CENELEC ou un équivalent européen. Le matériel proposé doit également être certifié par le CENELEC ou un équivalent européen. Le matériel de l'installation automatique de détection incendie doit-être certifié conforme à la norme EN54. La conformité aux normes en vigueur et aux tests, indiquée par un label d'homologation, est requise pour tous les appareils installés.

Les plans d’exécution devront être approuvés avant le début des travaux par un organisme de contrôle agréé. Avant toute occupation des lieux, ce même organisme agréé doit réceptionner l’installation et fournir une attestation de réception de l'installation, vierge de toute remarque.

L'installation de détection intervient dans les bureaux à raison d’une embase tous les deux modules de façade et d’un détecteur au mur par bureau, salles de réunion, restaurants, cuisines, ateliers de production et de stockages, menuiseries, couloirs, locaux aveugles, parkings, archives, locaux techniques, local photocopieuses, kitchenette, niches des tableaux électriques, le local où se trouve le central de détection incendie, etc …

Ne font pas partie du présent chapitre, la détection de gaz méthane, la détection de gaz CO et LPG. Voir chapitres B.II.10, B.II.11 et B.II.12.

B.II.8.1. Généralités

CARACTERISTIQUES GENERALES

LUXEMBOURG   

B.II.8.1.NT.LUX. Généralités

Normes techniques

L'installation est à exécuter dans le respect des règles de bonne pratique et doit notamment satisfaire aux documents, normes et règlements suivants :

  • Autorisation d’exploitation délivrée par l’inspection du Travail et des Mines et prescriptions ITM citées dans celle-ci ;
  • Normes DIN VDE 0100
  • Normes DIN 4102-12 ou similaire
  • Normes DIN VDE 0833
  • Normes DIN VDE 0801
  • Normes DIN VDE 14 675
  • Norme Belge NBN S 21-100 ou Française R7 APSAD ou Allemande VDS 2095
  • Norme Française NF S 61 932
  • Norme EN 60849 de sonorisation de sécurité
  • Norme de référence concernant la conception de l’installation automatique d’incendie.
  • Les conditions de raccordement des services des entreprises de télécommunication.
  • Les normes européennes établies par l’ETSI (Institut de normalisation des télécommunications européennes).
  • Les normes européennes EN 54 établies par le CENELEC, pour autant qu’il s’agisse de matériel fonctionnant à une tension supérieure à 50 V.  En cas d’absence d’une norme européenne, il y a lieu de se référer aux normes IEC.
  • Le matériel et les installations doivent répondre aux normes européennes établies par le CEN ou à défaut aux prescriptions du pays membre de l’Union Européenne ou avoir l’homologation CE pour autant qu’il s’agisse de matériel non électrique.
  • Si pour les matériaux, les normes européennes et internationales font défaut, les normes du pays de provenance sont à respecter.
  • Les installations sont réceptionnées par un organisme accrédité suivant la norme EN 45004.
  • Les prescriptions type du service d’incendie et d’ambulance.
  • Les ITM CL 501.1, 502.1, 511.1, 1504.2.
  • L’installation devra être réceptionnée par un organisme agréé au Luxembourg.

B.II.8.1.Spe.LUX.Généralités

Caractéristiques spécifiques

L’entièreté du bâtiment sera équipée d’une détection incendie. Le système de détection incendie sera piloté par un dispatching qui tiendra compte des contraintes liées aux locaux spécifiques pour lesquels une installation adaptée à leur fonctionnalité sera de rigueur tels que :

  • Les locaux LSU;
  • Les dispatchings;
  • Le Data Centre (voir chapitre spécifique);
  • L’atelier de reproduction;
  • Les ateliers;
  • Les cuisines (hottes);
  • Et autres à définir.

B.II.8.2. Terminologie

CARACTERISTIQUES GENERALES

LUXEMBOURG   

  • CARACTÉRISTIQUES SPÉCIFIQUES – B.II.8.2.Spe.LUX. Terminologie
  • BESOINS TECHNIQUES – B.II.8.2.BT.LUX. Terminologie
  • NORMES TECHNIQUES – B.II.8.2.NT.LUX. Terminologie

B.II.8.2.Spe.LUX. Terminologie

Caractéristiques spécifiques :

Alarme

Avertissement, par signal sonore et/ou visuel, déclenché par une personne ou par un dispositif automatique pour signaler un incendie ou tout autre incident.

  • Alarme générale (AG): signal sonore ou message préenregistré ou autre forme d'ordre d'évacuation, ayant pour but de prévenir tous les occupants d'avoir à évacuer les lieux. Dans certains cas, il peut être complété par un signal visuel. Elle peut être immédiate ou temporisée.
  • Alarme restreinte (AR): dans le cas d'effectifs très importants à évacuer ou d'incapacités physiques, ce signal a pour but d'avertir:
    • soit le poste de sécurité de l'établissement;
    • soit la direction ou le gardien;
    • soit le personnel désigné à cet effet;
  • Alarme sélective (AS): signal sonore ou message préenregistré ayant pour but de prévenir une partie des occupants d'un bâtiment ou d'un établissement, d'avoir à évacuer les lieux. Dans certains cas, il peut être complété par un signal visuel. Elle peut être immédiate ou temporisée.

Le message ou l'ordre d'évacuation peut concerner le seul niveau sinistré ou le seul compartiment sinistré ou le seul bâtiment sinistré (si l'établissement est composé de plusieurs bâtiments) ou le seul établissement (si le bâtiment est composé de plusieurs établissements).

Le système d'alarme qu'il soit sélectif ou restreint doit toujours permettre une alarme générale.

Alerte

L'alerte est l'action de demander l'intervention du service d'incendie et de sauvetage. L'alerte doit pouvoir être immédiate et peut être assurée, soit manuellement, soit automatiquement:

  • par réseau de téléphone public;
  • par ligne téléphonique directement reliée au centre de secours;
  • par Réseau Public de Transmission d'Alarmes (ALARMIS).

B.II.8.3. Fonctionnalité

CARACTERISTIQUES GENERALES

LUXEMBOURG   

B.II.8.3.BT.LUX. Fonctionnalité

BESOINS TECHNIQUES – FONCTIONNALITE

Sécurité

Sécurité d'utilisation

Signalétique

La notice placée dans une vitrine d'intérieur avec cadre en aluminium de 36 mm d'épaisseur et une porte-fenêtre en verre, munie d'une serrure à clé à l'avant (dimensions : 650 x 700mm.) ou similaire

B.II.8.3.Spe.LUX. Fonctionnalité

Caractéristiques spécifiques:

L'ensemble du système de détection incendie garantit :

  • la fiabilité maximale des informations et des commandes en réduisant au strict minimum le nombre de pannes et de fausses détections grâce à des composants à fiabilité de longue durée,
  • un accès aisé à tous les raccordements et tous les organes. Tous les borniers de raccordement comporteront un numéro d'identification.
  • des dépannages rapides par l'utilisation de composants et modules interchangeables et de socles de détecteurs universels,
  • une ergonomie de présentation des signaux sur le terminal facilitant la lecture et la compréhension des informations,
  • une définition précise et sans risque d'erreur de l'endroit auquel un début d'incendie a été signalé;
  • une réserve minimale de 10 % pour le raccordement de points de détection par rapport à l'installation de base.

Une notice d'utilisation en français qui indique clairement les procédures à suivre accompagne obligatoirement chaque installation. Elle sera placée à proximité de la réception avec les procédures d'intervention pour le service de gardiennage.

B.II.8.4. Caractéristiques générales

L’installation est composée des éléments suivants :

  • D’un central
  • D’un réseau
  • De détecteurs
  • De boutons poussoirs
  • De sirènes
  • D’asservissements

B.II.8.4. Eléments constitutifs

CARACTERISTIQUES GENERALES

LUXEMBOURG   

  • CARACTÉRISTIQUES SPÉCIFIQUES – B.II.8.4.Spe.LUX. Eléments constitutifs
  • BESOINS TECHNIQUES – B.II.8.4.BT.LUX. Eléments constitutifs
  • NORMES TECHNIQUES – B.II.8.4.NT.LUX. Eléments constitutifs

B.II.8.4.1. Le central

CARACTERISTIQUES GENERALES

LUXEMBOURG   

B.II.8.4.1.BT.LUX. Le central

BESOINS TECHNIQUES – LE CENTRAL

Sécurité

Sécurité d’utilisation

Signalétique

Caractéristiques
Le central est d'une technologie fondée sur l'utilisation du microprocesseur ou micro-ordinateur est du type "analogique adressable". Il individualise chaque détecteur, bouton poussoir d'alerte, etc ..., par une adresse «utilisateur» en texte clair de minimum 40 caractères.

Il garde en mémoire au moins les 50 derniers événements respectifs en cas d'alerte, défauts, et mise en dérogation. Il les rediffuse sur demande dans l'ordre chronologique.

Le central dispose d'une imprimante qui reproduit toutes les informations en toutes lettres, sans abréviations ni codes. Nombre de caractères par ligne : minimum 40.
Vitesse d'impression minimale de 1 ligne/seconde.

Cette imprimante doit être dotée d'une bobine d'enroulement avec touche de commande, ainsi que d'une sonde "fin de papier".
La mémoire tampon d’entrée est de minimum 1 Kb.

B.II.8.4.1.Spe.LUX. Le central

Besoins spécifiques:

Implantation du central et descriptif 

Lorsque le central ne se trouve pas derrière le comptoir à l'entrée de l'immeuble, il faut installer un tableau répétiteur du type passif permettant uniquement l'arrêt de la signalisation acoustique et la visualisation de tous les événements.

Le central de détection ou son répétiteur doit être facilement accessible pour être observé en permanence. L'angle de lecture de l'affichage permettra une bonne lisibilité de celui-ci. La programmation des divers éléments et appareils s'effectue par téléchargement au moyen d'un ordinateur portable.

Le central :

  • permet à tout moment de modifier l'organisation des zones, des lignes, des éléments, sans devoir changer le câblage interne du central,
  • fournit des contacts libres de potentiel nécessaire à la réalisation des asservissements,
  • visualise les textes de signalisation sur les écrans et autres dispositifs au moins en deux langues (dont le français) à travers un afficheur qui assure l'interface homme-machine et permet le dialogue entre l'utilisateur et le central. Les fonctions et les signaux doivent pouvoir être compris et interprétés par tout le monde sans difficulté et sans erreur,
  • permet la visualisation sur le display et à l'aide des LED des messages standards et des signalisations de détection incendie, comme décrit dans les prescriptions en vigueur.
  • permet la visualisation sur le display de la valeur de sensibilité en temps réel de chaque sonde de détection. Ceci permettra d'analyser le taux d'encrassement des détecteurs. Ces valeurs pourront être imprimées au minimum par réseau ou par seuil défini par l'opérateur sur l'imprimante.
  • indique avec précision sur le display la localisation de tout court-circuit ou rupture de câble,
  • contrôle et visualise la quantité d'éléments installés par réseau.
  • permet la programmation du contrôle horaire pour la mise hors service de zones déterminées pendant une période pré-programmée (programmateur annuel)
  • par l'intermédiaire d'un programme diagnostique on peut essayer chaque commande (relais d'asservissements) du central maître ou périphérique.
  • mémorise les évènements provenant de détecteurs analogiques adressables, de boutons poussoirs adressables, de modules I/O adressables, etc.

Tout message de signalisation d'alerte ou d'alarme jouit d'une priorité absolue sur tous les autres signaux (défaut, dérogation, …).

  • dans le cas d’un système décentralisé, les unités esclaves communiquent avec le central maître par bus de communication bidirectionnel en boucle dont les chemins de câbles seront différents. Une ouverture de cette boucle de communication générera un signal de défaut au central principal.
  • Un court-circuit sur cette boucle de communication générera un signal de défaut au central principal mais devra disposer de module isolateur permettant de perdre 512 points d’adresses maximum.
  • Les alimentations délocalisées du système décentralisé signaleront au central principal toute défectuosité et auront la même autonomie que le central principal.

L’alimentation du (des) central (aux) est fournie par le réseau de secours.

L'autonomie propre est assurée par des batteries sèches, étanches aux gaz et sans entretien. Ces batteries sont en permanence maintenues à pleine charge avec contrôle automatique de la tension, de la capacité et de la température.

Une alarme de dérangement est signalée dès que l'une ou l'autre de ces conditions n'est pas remplie. L'autonomie est de minimum 24 heures en mode de secours ou en alerte et de 1 heure en position "alarme" (sirènes enclenchées).

  • un défaut du micro-ordinateur de gestion principale n'empêche pas le déclenchement des appareils sonores, claxons, sirènes et asservissements.
  • l’arrêt du ronfleur doit être possible sans aucune clé ni code.

Le software

Le fournisseur du matériel maîtrise totalement le logiciel. Un back-up du logiciel de l’installation devra impérativement être sauvegardé chez l’installateur dans un local sécurisé.

En plus du code utilisateur, le code installateur sera fourni au représentant de l'Institution. Chaque modification mentionnera l’indice de la version de programmation avec la date et les modifications apportées. Ces programmes pourront être consultés à tout moment par l'Institution. Toutes interventions sur l’installation seront notifiées dans un carnet de contrôle tenu dans le central de détection (à fournir par l’installateur.)

Le programme doit permettre à la demande expresse de l'Institution les options suivantes :

- OPTION 1 : programmation jour/nuit pour le transmetteur de signaux.

- OPTION 2 : programmation de la fonction "homme mort".

Si on actionne la touche d'arrêt du ronfleur, le central se commute automatiquement en position "temps de recherche". Ceci donne l'occasion à l'opérateur ou à une personne habilitée de visiter l'endroit signalé pendant un temps limité. Si un statut d'alarme s'avère réellement nécessaire, on peut l'activer à l'aide d'un bouton-poussoir placé à la réception. Si l'opérateur ne réinitialise pas le central dans la période de temps préprogrammée, le central enclenchera automatiquement l'alarme.

/infrastructure-logistics/mit/fr/file/image002gif-2image002.gif

Identification des sources d’alerte ou d’alarme (signal d’évacuation)

L'identification des sources d'alerte incendie sera du format suivant : étiquettes à poser sur chaque détecteur, indicateur d'action, bouton poussoir et adresse technique.

/infrastructure-logistics/mit/fr/file/image001gif-0image001.gif

L'affichage de l'alerte incendie sur l'afficheur du central sera du format suivant :

ET--/Z---/FEN---/ LOCALISATION

ET-- : Numérotation de l'étage

Z--- : Numérotation de la zone

FEN--- : Numérotation de l'identifiant de fenêtre ou séquentiel (sous-sol)

LOCALISATION : Description précise de la localisation du sinistre

En standardisant l'étage, la zone et l'identifiant fenêtre, on disposera de 23 caractères minimum pour la localisation précise du sinistre. Ainsi les mêmes coordonnées reprisent dans l'afficheur du central se retrouvent sur l'étiquette d'identification du détecteur.

Une illustration de ces principes donne l'exemple suivant :

ET12/Z024/FEN085/ BLOC A COTE COUR
ET12/Z024/FEN073/ BLOC A COTE COUR
ET12/Z024/FEN063/ BLOC A COTE COUR
ET12/Z024/FEN055/ BLOC A COTE COUR
ET12/Z024/FEN045/ BLOC A COTE COUR
ET12/Z024/FEN037/ BLOC A COTE COUR
ET12/Z024/FEN029/ BLOC A COTE COUR
ET12/Z024/FEN012/ BLOC A COTE KIRCHBERG
ET12/Z024/FEN024/ BLOC A COTE KIRCHBERG
ET12/Z024/FEN036/ BLOC A COTE KIRCHBERG
ET12/Z024/FEN042/ BLOC A COTE KIRCHBERG
ET12/Z024/FEN066/ BLOC A COTE KIRCHBERG
ET12/Z024/FEN080/ BLOC A COTE KIRCHBERG

L'affichage de l'alarme sur l'afficheur du central sera du format suivant :

ET--/Z---/FEN---/ EVACUATION

ET-- : Numérotation de l'étage
Z--- : Numérotation de la zone
FEN--- : Numérotation de l'identifiant de fenêtre ou séquentiel (sous-sol)

B.II.8.4.2. Caractéristiques générales

Pour chaque réseau en boucle, le départ et le retour doivent se faire par un cheminement différent de manière à garantir le fonctionnement en cas de problème avec coupure de boucle. Le câblage pour les éléments de détection comporte deux conducteurs du type câble téléphonique traditionnel. Celui-ci sera réalisé impérativement de manière à ce que les détecteurs et points d’adresses soient raccordés de façon continue et séquentielle.

En aucun cas, lors de l'ajout ou la suppression d'un détecteur dans le réseau, la numérotation séquentielle existante de la boucle ne pourra être affectée. Toute coupure de ligne ou mise à la terre est signalée en maintenant l’installation en service normal. Tout défaut d’isolement ou perte à la terre sont signalés par le central.

B.II.8.4.2. Le réseau

CARACTERISTIQUES GENERALES

LUXEMBOURG   

B.II.8.4.2.BT.LUX. Le réseau

BESOINS TECHNIQUES – LE RESEAU

Sécurité

Sécurité en cas d’incendie

Réaction au feu

Passage de compartiments coupe-feu
le câblage du type Rf 60/Rf 1h/EI60

B.II.8.4.2.Spe.LUX. Le réseau

Caractéristiques spécifiques:

L’usage de boîtes de jonction intermédiaire entre deux détecteurs ou point d’adresse est interdit. Le ou les réseaux de "détecteurs" sont distincts du ou des réseaux de boutons-poussoirs d’alerte.

Chaque réseau sera équipé d'isolateurs de court-circuit permettant de perdre au maximum un tiers des éléments constituant le réseau en cas de court-circuit.

Les socles des détecteurs doivent avoir la possibilité d'être équipée de buzzer programmable au signal d'alarme évacuation.

B.II.8.4.3. Caractéristiques générales

Le nombre et le choix des implantations des détecteurs doivent correspondre aux zones de risques à protéger/surveiller et être en nombre suffisant et feront l'objet d'étude de l'organisme agréé avant l'installation sur site.

Les éléments détecteurs de tous types sont aisément interchangeables sans devoir modifier la nature des circuits grâce à un socle universel.

B.II.8.4.3. Les détecteurs

CARACTERISTIQUES GENERALES

LUXEMBOURG  

B.II.8.4.3.BT.LUX. Les détecteurs

BESOINS TECHNIQUES – LES DETECTEURS

Sécurité

Sécurité d’utilisation

Dimensionnement

Caractéristiques
Types possibles

  • optiques de fumée,
  • optique thermiques,
  • thermiques,
  • thermo-vélocimétriques,
  • multi-senseurs,
  • laser,
  • à faisceau IR

(beams).

Socles

  • En matières synthétiques capables de résister à des chocs mécaniques.
  • Mécaniquement et électriquement compatibles avec les détecteurs d'un même mode d'exploitation.
  • Signalent automatiquement le défaut en cas d'erreur.
  • Permettent de contrôler la continuité de la boucle en l'absence des détecteurs.

Détecteurs 

  • sont entièrement statiques et ne comportent pas de source radioactive,
  • ne peuvent pas déclencher une alerte due à une activité normale, à une variation normale de la température, de l'humidité ambiante ou au rayonnement
  • électrostatique et électromagnétique éventuel d'autres équipements dans les zones contrôlées ni à des vibrations normales,
  • sont pourvus d’un label CENELEC ou équivalent européen,
  • pour les atriums, des détecteurs à faisceau IR (beams) sont autorisés pour autant qu’ils présentent les mêmes agréments

B.II.8.4.3.NT.LUX. Les détecteurs

Normes techniques

Les détecteurs sont implantés selon les prescriptions en vigueur (voir chapitre B.II.8.1. normes techniques).

B.II.8.4.4. Les boutons-poussoirs

CARACTERISTIQUES GENERALES

LUXEMBOURG   

B.II.8.4.4.BT.LUX. Les boutons poussoirs

BESOINS TECHNIQUES – LES BOUTONS POUSSOIRS

Sécurité

Sécurité d’utilisation

Dimensionnement

Caractéristiques
Boutons poussoir

  • sont du type vitre à enfoncer,
  • sont de couleur rouge incendie : RAL3000,
  • sont du type à adresse individualisée et sont repris dans un ensemble de réseaux séparés des détecteurs,
  • disposent des mêmes caractéristiques fonctionnelles que les détecteurs de fumées.
  • sont dotés d'un affichage d'utilisation bien visible,
  • existent pour montage apparent ou encastré selon la demande spécifique. Ils sont installés à 1,20 m du sol bas du boitier dans les couloirs et sur les paliers ascenseurs,
  • nécessitant un marteau ne sont pas admis, de même que les boutons demandant une action supplémentaire après avoir enfoncé la vitre.

Les unités d'adresse sont incorporées dans le boîtier. L'essai doit pouvoir se faire sans ouvrir le bouton, moyennant une clé spéciale

B.II.8.4.5. Caractéristiques générales

Parmi les différents types de sirènes, le type électronique est privilégié.

Les sirènes pneumatiques, en général plus puissantes que les précédentes, sont réservées aux très grands locaux (grandes archives, stockage, parkings).

Les sirènes fonctionnent en son continu. Le niveau sonore permet à des occupants placés à une certaine distance de bien l'entendre et ne cause pas de traumatisme acoustique ou nerveux à des personnes placées juste à côté.

Des sirènes supplémentaires destinés à donner un signal d’alerte (pré-alarme) ne sont pas prévues. L’efficacité des sirènes d’alarme est conforme aux prescriptions de la norme ISO 8201 : Signal sonore d’évacuation d’urgence.

B.II.8.4.5. Les sirènes

CARACTERISTIQUES GENERALES

LUXEMBOURG   

B.II.8.4.5.BT.LUX. Les sirènes

BESOINS TECHNIQUES – LES SIRENES

Sécurité

Sécurité d’utilisation

Dimensionnement

Caractéristiques
Les sirènes présentent un niveau équivalent à une pression acoustique inférieure de 85 dB(A) mesuré à 1 mètre de la source.

Cette spécification est plus facilement atteinte avec des sirènes électroniques à tonalité réglable.
Les sirènes situées près des escaliers de secours sont à équiper d’un flash vert.

B.II.8.4.5.Spe.LUX. Les sirènes

Besoins spécifiques:

Les emplacements des sirènes sont déterminés en fonction de la position habituelle des occupants de l'immeuble, de la configuration des lieux, de la taille des locaux, des bruits ambiants éventuels.

Dans le cas de couloirs de bureaux, les sirènes sont réparties de façon équilibrée afin d'éviter une accumulation de puissance acoustique dans une partie du couloir au détriment des autres.

Il en va de même pour les salles de restaurant et les grandes salles de réunion. Dans les locaux bruyants ou très grands, des sirènes plus puissantes que les précédentes peuvent être utilisées tout en respectant le principe d'une répartition homogène et équilibrée des emplacements. (locaux de stockage, parkings, grands ateliers de reproduction).

Dans le cas où à certains endroits du bâtiment, essentiellement des bureaux ou locaux LR, il serait impossible d'atteindre un niveau acoustique supérieur à 65 dB à cause de l'isolation acoustique des cloisons, il est permis d'ajouter des buzzers dans les socles des détecteurs qui seront programmés avec le signal d'évacuation de l'immeuble. Il est aussi demandé d’étudier la possibilité d’installer un système qui permettrait d’avertir chaque personne.

L'alarme est le signal d'évacuation partielle ou totale. Elle s'adresse à toutes les personnes présentes dans les espaces, locaux et compartiments où l'alarme est déclenchée. L'alarme est donnée au moyen de sirènes, de haut-parleurs, d'interphones, de téléphones ou au moyen de tous autres dispositifs individuels ou collectifs de télécommunication adéquats, qui doivent être prévus suivant les règles de l'art.

L'alarme doit être audible de tous points du bâtiment pendant le temps nécessaire à l'évacuation du public (ITM-SST 1501.3).

B.II.8.5. Caractéristiques générales

Les contacts suivants devront être prévus:

  • Les contacts de mise en route ou à l’arrêt sélective des systèmes de ventilation de confort (pulsion et extraction),
  • Les contacts de fermeture et d’ouverture sélective des clapets coupe-feu ,
  • Les contacts d’enclenchement ou d’arrêt des systèmes de désenfumage et de mise en surpression,
  • Les contacts de fermeture des portes coupe-feu,
  • Les contacts de libéralisation de toutes les portes des issues de secours,
  • Les contacts de commandes des appareils de levage suivant :
  • 1 contact par machinerie d'ascenseur dans le cas où la machinerie se trouve dans un local séparé,
  • 1 contact par batterie d'ascenseurs en cas d'alarme évacuation,
  • 1 contact par batterie d'ascenseurs en cas de double détection (2 détecteurs ou combinaison d'un détecteur et bouton poussoir dans l'immeuble).
  • Les contacts de fermeture des rideaux coupe-fumée

Les contacts de télégestion pour les cas suivants :

  • alerte "central de détection incendie",
  • défaut "central de détection incendie",
  • inhibition (mise en dérogation) d’une partie d’installation du "central de détection incendie",
  • alarme "évacuation bâtiment".

/infrastructure-logistics/mit/fr/file/image002gif-3image002.gif

B.II.8.5. Commandes d’asservissements a assurer par le central

CARACTERISTIQUES GENERALES

LUXEMBOURG   

B.II.8.5.BT.LUX. Les commandes d’asservissement à assurer par le central

BESOINS TECHNIQUES –
LES COMMANDES D’ASSERVISSEMENT A ASSURER PAR LE CENTRAL

Sécurité

Sécurité en cas d’incendie

Réaction au feu

Caractéristiques
Le câblage entre le central de détection et les machineries d’ascenseurs sera exécuté en câble Rf 60 / Rf 1h / EI 60 et raccordé en sécurité positive.
Dans le cas où les asservissements sont délocalisés, la liaison de communication sera du type Rf 60 / Rf 1h / EI 60, bidirectionnelle et empruntera des chemins physiques différents.

B.II.8.5.Spe.LUX. Les commandes d’asservissement à assurer par le central

Caractéristiques spécifiques

Dans le cas où la machinerie ascenseur se trouve dans la trémie, le détecteur sera installé par l'ascensoriste. Le lot technique ascenseur devra fournir un contact libre de potentiel par ascenseur au lot technique détection incendie qui fera en sorte de transmettre une signalisation d'alerte au central de détection généralisé.

B.II.8.6. Alarme d’evacuation

CARACTERISTIQUES GENERALES

LUXEMBOURG   

  • CARACTÉRISTIQUES SPÉCIFIQUES – B.II.8.6.Spe.LUX. Généralités
  • BESOINS TECHNIQUES – B.II.8.6.BT.LUX. Généralités
  • NORMES TECHNIQUES – B.II.8.6.NT.LUX. Généralités

B.II.8.6.1. Caractéristiques générales

Toutes actions sur un bouton poussoir doit donner l’alarme générale sans temporisation. La mise en œuvre de ce moyen d'évacuation ne se fait que par une action volontaire, c'est-à-dire une commande manuelle du bouton poussoir sauf si l'Institution décide d’appliquer l’option 2 du point B.II.8.4.1

B.II.8.6.1. Principe de fonctionnement de l’alarme (signal d'évacuation)

CARACTERISTIQUES GENERALES

LUXEMBOURG   

  • CARACTÉRISTIQUES SPÉCIFIQUES – B.II.8.6.1.Spe.LUX. Principe de fonctionnement de l’alarme (signal d'évacuation)

B.II.8.6.2. Caractéristiques générales

Le dispositif de commande de l'alarme signal d'évacuation répond aux critères suivants :

  • Il est visible et identifiable comme tel, facile et sans ambiguïté possible.
  • Un symbole ou une indication en clair est apposé près du bouton de commande.
  • Il est accessible sans difficulté.
  • Il est placé en dehors du panneau ou du boîtier du central de détection.
  • Il est situé à la réception et sa position est telle qu'il ne peut être actionné par un geste involontaire.
  • Dispose d'un boîtier de commande

B.II.8.6.2.BT.LUX. Commande du déclenchement de l’alarme (signal d'évacuation)

BESOINS TECHNIQUES – COMMANDE DU DECLENCHEMENT DE l’ALARME (SIGNAL D’EVACUATION

Sécurité

Sécurité en cas d’incendie

Réaction au feu

Caractéristiques
Les câbles utilisés sont de type résistant au feu assurant le fonctionnement même en cas d'incendie durant un maximum de 1 heure.

B.II.8.6.3. Les boutons poussoirs d'alarme (signal d'évacuation)

CARACTERISTIQUES GENERALES

LUXEMBOURG   

  • CARACTÉRISTIQUES SPÉCIFIQUES – B.II.8.6.3.Spe.LUX. Les boutons poussoirs d'alarme (signal d'évacuation)

B.II.8.6.4. Les sirènes d'alarme évacuation

CARACTERISTIQUES GENERALES

LUXEMBOURG   

  • CARACTÉRISTIQUES SPÉCIFIQUES – B.II.8.6.4.Spe.LUX. Les sirènes d'alarme évacuation

B.II.8.6.5. Autres moyens d’alarme

CARACTERISTIQUES GENERALES

LUXEMBOURG   

  • CARACTÉRISTIQUES SPÉCIFIQUES – B.II.8.6.5.Spe.LUX. Autres moyens d’alarme

B.II.8.6.5. Caractéristiques générales

D'autre moyens peuvent être mis en œuvre afin de signaler une alarme tel que:

  • Installation de phonie. Voir point B.II.8.2. TERMINOLOGIE.
  • Dans certains cas des signaux optiques remplaceront les sirènes : ce sont des lampes rouges clignotantes ou tournantes, qui fonctionnent en synchronisme avec l'ensemble du dispositif d'alarme, en présence de personnes handicapées de l'ouïe et dans certains lieux où la nature du travail exécuté ne permet pas l'installation de sirènes bruyantes : crèches, locaux de téléphonie, studios radio-TV et, dans certains cas, locaux informatiques, salle de conférences.
  • Dans les locaux techniques, les sirènes sont équipées d’un flash.

B.II.8.7. Caractéristiques générales

Pour les bâtiments de grande taille, le central de détection incendie est assisté par ordinateur. La visualisation directe, en couleur, sur un écran tactile des plans du bâtiment, du local où une détection incendie survient, de l’état des différents asservissements (voir point B.II.8.5. COMMANDES D'ASSERVISSEMENT A ASSURER PAR LE CENTRAL), augmente fortement la rapidité d'identification et donc l'efficacité de l’intervention.

B.II.8.7. Central de détection assiste par ordinateur

CARACTERISTIQUES GENERALES

LUXEMBOURG   

  • CARACTÉRISTIQUES SPÉCIFIQUES – B.II.8.7.Spe.LUX. Central de détection assiste par ordinateur
  • BESOINS TECHNIQUES – B.II.8.7.BT.LUX. Central de détection assiste par ordinateur
  • NORMES TECHNIQUES – B.II.8.7.NT.LUX. Central de détection assiste par ordinateur

B.II.8.8. Caractéristiques générales

L’installateur testera l’ensemble de l’installation de détection incendie à 100%, à savoir :

  • test physique de chaque détecteur, bouton-poussoir et adresse technique,
  • contrôle de sa localisation physique par rapport aux textes diffusés par le central,
  • test de tous les asservissements,
  • remise d’un listing exhaustif relatif à tous ces essais en français ou en anglais.

B.II.8.8. Mise en service de l’installation

CARACTERISTIQUES GENERALES

LUXEMBOURG   

  • CARACTÉRISTIQUES SPÉCIFIQUES – B.II.8.8.Spe.LUX. Mise en service de l’installation
  • BESOINS TECHNIQUES – B.II.8.8.BT.LUX. Mise en service de l’installation
  • NORMES TECHNIQUES – B.II.8.8.NT.LUX. Mise en service de l’installation

B.II.8.9. Caractéristiques générales

Le contractant fournira lors de la réception provisoire de l'installation, sur support informatique AutoCAD, WORD ou EXCEL (version des logiciels à demander à l’Institution) le dossier technique qui reprendra :

  • Les plans d'implantation approuvés par un organisme agréé reprenant
  • les détecteurs et boutons-poussoirs avec repérage des boucles et des zones, ainsi que le tracé de câblage,
  • Le rapport de contrôle avant mise en service vierge de l’organisme agréé,
  • Les plans unifilaires,
  • Les schémas de raccordement détaillés des centraux et répartiteurs,
  • Les fiches techniques des équipements installés,
  • Le détail de tous les messages d'adresses en format papier et support informatique,
  • La programmation causes et effets en format papier et support informatique,
  • L'attestation de conformité de l'installation aux exigences de l'organisme agréé, ou son équivalent au niveau européen, suivant les critères de compétences correspondant aux prescriptions en vigueur, y compris l'attestation CE du matériel mis en œuvre,
  • Un listing de tous les détecteurs indiquant le niveau de valeur analogique déterminant la sensibilité à la date de la réception provisoire.

B.II.8.9. Dossier technique

CARACTERISTIQUES GENERALES

LUXEMBOURG   

  • CARACTÉRISTIQUES SPÉCIFIQUES – B.II.8.9.Spe.LUX. Dossier technique
  • BESOINS TECHNIQUES – B.II.8.9.BT.LUX. Dossier technique
  • NORMES TECHNIQUES – B.II.8.9.NT.LUX. Dossier technique