Une vaccination sûre et efficace

Pour en savoir plus sur les vaccins disponibles contre la COVID-19 et sur la stratégie globale de l’UE concernant les vaccins:

 

Traitements et tests de dépistage de la COVID-19

La Commission européenne a proposé des stratégies de dépistage de la COVID-19 et soutient la mise au point de traitements.

 

Protéger la santé des Européens

La Commission a présenté des initiatives visant à protéger la santé des Européens en améliorant la préparation et la réaction aux crises, ainsi que la résilience à long terme des systèmes de santé.

 

 

Soutenir les systèmes de soins de santé

Coopération transfrontière dans le domaine des soins de santé

Le Centre de coordination de la réaction d’urgence de la Commission européenne joue un rôle essentiel en matière d’aide d’urgence et se tient prêt à aider tous les pays demandant une aide spécifique, en Europe et au-delà.

Les lignes directrices relatives à la coopération transfrontière dans le domaine des soins de santé entre les autorités nationales, régionales et locales visent à: 

  • faciliter le transfert de patients d’un État membre à un autre;
  • permettre au personnel médical qualifié d’offrir son aide dans d’autres pays de l’UE;
  • alléger la charge que la pandémie fait peser sur les systèmes de santé nationaux;
  • organiser la mobilité transfrontière des patients;
  • indiquer la marche à suivre pour le remboursement des frais de traitement;
  • encourager les autorités nationales à recourir aux accords bilatéraux et régionaux existants.

Les demandes d’aide en matière de soins de santé transfrontaliers seront coordonnées par le comité de sécurité sanitaire, présidé par la Commission, et par le système d’alerte précoce et de réaction de l’Union européenne.

 

Fonds de solidarité de l’UE pour les urgences sanitaires liées au coronavirus

Dans le cadre de la réaction exceptionnelle de l’UE face à la pandémie de coronavirus, le champ d’application du Fonds de solidarité de l’UE a été élargi en mars 2020, afin de couvrir les grandes urgences de santé publique.

En mars 2021, la Commission européenne a proposé une enveloppe globale de près de 530 millions d’euros de soutien financier au titre du Fonds de solidarité de l’UE, afin d'augmenter l'aide financière apportée à 17 États membres et 3 pays en voie d’adhésion dans le cadre des efforts qu’ils déploient pour lutter contre la pandémie de coronavirus. Le 20 mai 2021, le Conseil et le Parlement européen ont approuvé la mobilisation du Fonds de solidarité de l’Union européenne conformément à la proposition de la Commission.

Le 19 janvier 2022, la Commission a achevé le versement de l’aide du Fonds social de l’UE aux États membres pour un montant total de 385,49 millions d’euros. Les 17 États membres et les 3 pays en voie d’adhésion à demander un soutien sont les suivants: Allemagne, Autriche, Belgique, Croatie, Espagne, Estonie, France, Grèce, Hongrie, Irlande, Italie, Lettonie, Lituanie, Luxembourg, Portugal, Roumanie, Tchéquie, Albanie, Monténégro et Serbie. Ce montant vient s’ajouter aux 132,7 millions d’euros versés aux États membres qui ont demandé une avance au titre du Fonds de solidarité de l’UE en 2020.

Soutien du Fonds de solidarité de l’UE dans la lutte contre la pandémie de coronavirus

Paiements au titre du Fonds de solidarité de l’UE pour les urgences sanitaires liées au coronavirus, par pays

Évaluation des risques

L’évaluation des risques fait partie intégrante de la préparation et de la réaction à la pandémie. Dans l’UE, le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC) est l’organe clé qui évalue le risque de propagation des virus et leur incidence sur la santé publique.

L’ECDC fournit:

Questions-réponses sur la COVID-19 

Lignes directrices de l’ECDC pour les interventions non pharmaceutiques

Enseignements précoces tirés de la pandémie de COVID-19

Le 15 juin 2021, la Commission européenne a présenté une communication sur les enseignements précoces tirés de la pandémie de COVID-19, faisant le point et tirant dix leçons sur la manière d'améliorer l'action au niveau de l'UE et au niveau national pour une meilleure anticipation et une détection plus précoce des risques pour la santé publique, une meilleure planification des mesures d'urgence et des réponses conjointes plus rapides et plus efficaces à tous les niveaux. La liste n'est pas exhaustive, mais donne simplement un premier aperçu de ce que nous savons déjà pouvoir faire dans l'intérêt de tous les Européens.

Préparation à la prochaine phase de la pandémie

Le 27 avril 2022, la Commission européenne a proposé de nouvelles actions pour gérer la phase actuelle de la pandémie de COVID-19 et préparer la prochaine.

Les niveaux actuellement plus faibles d’infection par la COVID-19 offrent aux États membres de l'UE l’occasion de renforcer leur surveillance, leurs systèmes de soins de santé et leur préparation générale aux pandémies. En particulier, la Commission invite les États membres à:

  • renforcer la vaccination et l'administration de doses de rappel, en tenant compte de la circulation de la COVID-19 et de la grippe saisonnière;
  • contribuer à la mise au point de la prochaine génération de vaccins et de traitements;
  • mettre en place des systèmes de surveillance intégrés qui ne reposent plus sur le recensement et la notification de tous les cas de COVID-19, mais plutôt sur l’obtention d’estimations fiables et représentatives;
  • poursuivre le dépistage et le séquençage, afin d’estimer plus précisément la circulation des variants et de détecter les nouveaux variants;
  • investir dans le rétablissement des systèmes de soins de santé et évaluer les effets plus larges de la pandémie sur la santé, y compris sur la santé mentale et les retards dans les traitements et les soins;
  • mieux coordonner les règles en matière de voyages au sein de l’UE et avec les partenaires internationaux;
  • intensifier la lutte contre la mésinformation et la désinformation liées à la COVID-19;
  • continuer à promouvoir la solidarité mondiale et améliorer la gouvernance mondiale.

La Commission européenne lance également un appel d’offres dans le cadre de l’initiative «Fab UE» visant à réserver des capacités de production de vaccins à base d’ARN messager, de protéines et de vecteur. Il s'agit de réserver des capacités de production nouvellement créées pour pouvoir les utiliser lors de futures urgences sanitaires.

Documents

TéléchargerPDF - 890.2 Ko
TéléchargerPDF - 329.3 Ko
TéléchargerPDF - 569.1 Ko
TéléchargerPDF - 302.8 Ko