En ces temps de crise, les pays, les régions et les villes de l’Union européenne tendent une main secourable à leurs concitoyens de l’UE et apportent une aide à ceux qui en ont le plus besoin en donnant des équipements de protection tels que des masques, en dépêchant des équipes médicales, en offrant des traitements transfrontaliers aux malades et en rapatriant des citoyens de l’Union bloqués à l'étranger: la solidarité européenne à l’œuvre.

Sur demande, la Commission européenne fournit une assistance, par l’intermédiaire de son centre de coordination de la réaction d’urgence, notamment en coordonnant et cofinançant la fourniture de matériel de protection individuelle et d’autres formes d’assistance, en organisant des vols pour rapatrier des citoyens bloqués en dehors de l’Europe et en transportant des équipes médicales d’un pays à un autre.

Protection civile de l’UE

Grâce au mécanisme de protection civile de l’UE, l’Union européenne aide à coordonner et financer la fourniture d’équipements médicaux et de matériel connexe (masques de protection, blouses, gants, lunettes, combinaisons, désinfectants et autres produits) aux pays d’Europe et du reste du monde ayant demandé une assistance.

La Commission européenne a coordonné et cofinancé la livraison de plus de 15 millions d’articles médicaux à près de 30 pays, en Europe et dans le monde entier, par l’intermédiaire du mécanisme de protection civile de l’UE. Outre son rôle de coordination, l’UE finance 75 % des frais de transport de l’aide.

Par exemple:

  • Début avril 2020, des équipes médicales européennes composées de médecins et d’infirmiers roumains et norvégiens, ont été déployées en Italie par l’intermédiaire du mécanisme de protection civile de l’UE, sous la coordination du centre de coordination de la réaction d’urgence de l’UE.
    Au début du mois d’août 2020, une équipe médicale d’urgence italienne a été déployée en Azerbaïdjan, tandis que des équipes médicales d’urgence venues d’Italie, d’Allemagne et de Lituanie ont été déployées en Arménie en juin et juillet.
  • À la suite d'une demande de la France, deux lots de 4 millions de gants chirurgicaux offerts par la Norvège ont été livrés en octobre et novembre. Les Pays-Bas ont également envoyé des équipements de protection individuelle dans les îles de Sint-Maarten, Curaçao et Aruba.
  • En janvier 2021, à la suite d’une demande d’assistance de la Macédoine du Nord et de la Mongolie, la Tchéquie et la France y ont envoyé des équipements de protection individuelle pour contribuer aux efforts de lutte contre le coronavirus. La Tchéquie a livré 126 000 masques et 5 000 combinaisons à la Macédoine du Nord, tandis que la France a envoyé 400 masques à oxygène, 200 canules nasales, des générateurs et d’autres articles à la Mongolie.
  • En février 2021, à la suite d’une demande d’assistance de la Moldavie, la Roumanie a envoyé 1,5 million de masques chirurgicaux, 100 000 masques FFP3, 100 000 combinaisons de protection et 100 000 gants. À la demande de la Slovaquie, la Roumanie a dépêché à Bratislava une équipe médicale spécialisée dans les soins intensifs.
TéléchargerPDF - 1.2 Mo

rescEU – une réserve commune de matériel médical

Map of medical stockpile for COVID-19 related items in the EU.

Le 19 mars, la Commission européenne a créé une réserve stratégique rescEU, une réserve européenne commune de matériel médical d’urgence, tel que des respirateurs, des masques de protection, des gants et du matériel de laboratoire, afin d’aider les pays de l’UE à faire face à la pandémie de COVID-19. La Commission finance 100 % de la réserve (y compris les coûts d’acquisition, de maintenance et de livraison), qui est hébergée par plusieurs États membres et est constamment réapprovisionnée. L’Allemagne et la Roumanie ont été les premiers États membres à héberger la réserve rescEU, suivis par le Danemark, la Grèce, la Hongrie et la Suède en septembre. Depuis janvier 2021, la Belgique, les Pays-Bas et la Slovénie hébergent également du matériel médical rescEU, tandis que l’Allemagne va accueillir une deuxième réserve médicale.

La réserve stratégique rescEU comprend désormais:

  • plus de 65 millions de masques médicaux et 15 millions de masques FFP2 et FFP3;
  • plus de 280 millions de paires de gants médicaux;
  • près de 20 millions de blouses et tabliers médicaux;
  • plusieurs milliers de concentrateurs d’oxygène et de respirateurs.

Les États d'hébergement sont chargés d’acquérir le matériel, avec l’aide de la Commission. Le Centre de coordination de la réaction d’urgence gère la distribution du matériel afin de garantir qu'il va là où il est le plus nécessaire.

Pour la période 2021-2027, la Commission européenne a renforcé la réserve rescEU en lui allouant 2 milliards d’euros, afin d’augmenter les capacités de réaction de l’Union européenne en cas d’urgence transfrontière supplémentaire. Ces fonds supplémentaires serviront à créer des réserves d’équipements stratégiques couvrant les urgences sanitaires, les feux de forêts, les incidents chimiques, biologiques, radiologiques ou nucléaires et d’autres urgences majeures. Le budget total du mécanisme de protection civile de l’Union européenne s’élèvera ainsi à 3,1 milliards d’euros. Le Centre de coordination de la réaction d’urgence gère la distribution du matériel afin qu’il parvienne rapidement aux personnes qui en ont besoin.

Plus de 1,3 million de masques de protection FFP2 et FFP3 provenant de la réserve médicale rescEU ont été livrés à l’Italie (142 000), à l’Espagne (173 000), à la Croatie (65 000), à la Lituanie (20 000), au Monténégro (140 000), à la Macédoine du Nord (255 000) et à la Serbie (510 000). La Serbie a également reçu 270 000 paires de gants, 48 000 combinaisons de protection avec protection des pieds et 5 500 lunettes. En outre, 600 000 masques FFP2 et 650 000 paires de gants lui ont été livrés en février 2021 à partir de la réserve rescEU d’équipements médicaux hébergée en Grèce. Des blouses et des combinaisons de protection ont également été distribuées au Monténégro (30 000 blouses) et à la Macédoine du Nord (70 000 blouses et 140 000 combinaisons). Le 22 octobre 2020, un premier lot de 30 respirateurs provenant de rescEU a été livré à la Tchéquie, suivi par 120 respirateurs supplémentaires fournis par l’Autriche et les Pays-Bas. 30 appareils d'oxygénothérapie à haut débit ont également été livrés le 24 octobre 2020.https://ec.europa.eu/commission/presscorner/detail/en/mex_21_21

Le 10 février 2021, des fournitures médicales supplémentaires ont été expédiées à partir du stock d’équipements médicaux rescEU hébergé en Grèce. Le Monténégro et la Macédoine du Nord ont reçu des gants, des masques, des combinaisons de protection, ainsi que 15 000 kits de test PCR chacun, des lits, des couvertures et des serviettes en provenance de Slovaquie. L’Allemagne a envoyé du désinfectant pour les mains et les surfaces en Serbie. La Tchéquie a fourni des masques, des gants et des respirateurs à la Moldavie.

La réserve rescEU est constamment réapprovisionnée et les livraisons se font régulièrement, en fonction des besoins des pays participants.

 

 

Rapatrier les citoyens bloqués à l’étranger

La Commission aide les États membres à coordonner l’assistance et les opérations de rapatriement consulaire des citoyens de l’UE dans le monde entier, quel que soit le pays où ils se trouvent.

Dès qu’un État membre déclenche le mécanisme de protection civile de l'UE, le Centre de coordination de la réaction d’urgence de la Commission coordonne toutes les actions avec le Service européen pour l’action extérieure et les États membres. La Commission peut également cofinancer jusqu’à 75 % des frais de transport. Les ressortissants de pays tiers peuvent aussi bénéficier de cette assistance.

Depuis le début de la pandémie, plus d’un demi-million de personnes ont été rapatriées en Europe grâce à des vols organisés par les États membres. En outre, le mécanisme de protection civile de l’UE a facilité le rapatriement en Europe de plus de 90 000 citoyens de l’UE venus du monde entier.

Overview of repatriation flights

map

 

L’aide au sein de l’UE

Aide d’urgence

L’instrument d’aide d’urgence soutient les efforts déployés par les pays de l'UE pour lutter contre la pandémie de COVID-19.

La solidarité de l’UE en action

Les pays, régions et villes de l’UE tendent une main secourable à leurs voisins et apportent une aide à ceux qui en ont le plus besoin.
EU flag

 

L’aide en dehors de l’UE

Une réponse mondiale de l’Union européenne à la pandémie

L’Europe continue à assumer dans le monde son rôle de partenaire crédible de premier plan en matière de développement et d’aide humanitaire. Pour lutter contre le coronavirus à l’échelle mondiale, l’UE a mobilisé plus de 38,5 milliards d’euros. L’UE agit en équipe — l’équipe d’Europe («Team Europe») —, en adoptant une approche qui combine des ressources de l’UE, de ses États membres et d’institutions financières, notamment la Banque européenne d’investissement et la Banque européenne pour la reconstruction et le développement, afin d'aider chaque pays partenaire. Les fonds sont utilisés pour répondre à la situation d’urgence et aux besoins humanitaires qui en découlent, renforcer les systèmes de santé, d'approvisionnement en eau et d’assainissement et les systèmes de nutrition, et pour atténuer les conséquences économiques et sociales de la pandémie dans le monde.

Le 8 avril, la Commission européenne a annoncé une enveloppe de quelque 15,6 milliards d’euros pour soutenir les efforts déployés par les pays partenaires pour lutter contre la pandémie.

Person showing hands

répondre aux besoins immédiats

dans le secteur humanitaire et dans le secteur des soins de santé

icons of medical equipment

renforcer les systèmes de santé, d'approvisionnement en eau et d’assainissement dans les pays partenaires et soutenir la recherche

Family above a hand holding them

remédier aux conséquences économiques et sociales

 

 

Team Europe - breakdown Le 12 novembre, l'équipe d'Europe (Team Europe) a franchi un cap important dans sa volonté de stimuler les investissements en Afrique et dans les pays du voisinage de l’UE: la Commission a conclu dix accords de garantie financière, pour un montant de 990 millions d’euros, avec des institutions financières partenaires, parachevant ainsi le Fonds européen pour le développement durable, le volet financier du plan d’investissement extérieur. Ces accords, qui devraient générer jusqu’à 10 milliards d’euros d’investissements globaux, visent à stimuler la reprise économique et à renforcer la résilience des pays africains et du voisinage de l’UE. Le soutien financier a servi à améliorer les secteurs de la santé, à rendre les prêts abordables pour les petites et moyennes entreprises, à étendre les secteurs des énergies renouvelables, à promouvoir des solutions énergétiques écologiques et à développer les infrastructures et les industries vertes.

Le 24 novembre, la Commission a annoncé que la moitié des 38,5 milliards d’euros destinés à la réaction mondiale face à la pandémie de COVID-19 avaient été versés, en vue de répondre aux besoins urgents liés à la crise et de soutenir les services de santé essentiels, la relance économique et les mesures d'aide sociale à court et à long terme. En associant les ressources de l’UE, des États membres, de la Banque européenne d’investissement et de la Banque européenne pour la reconstruction et le développement, le soutien apporté par l’«équipe d’Europe» (Team Europe) joue un rôle essentiel dans trois grands domaines: la réaction d’urgence pour répondre aux besoins humanitaires, le renforcement des services de soins de santé, d’eau et d’assainissement, et les mesures pour faire face aux conséquences sociales et économiques de la crise.

Le 1er décembre 2020, l’UE a annoncé un nouveau programme de l'«équipe d'Europe» («Team Europe»), doté de 20 millions d’euros, destiné à soutenir les capacités de préparation et de réaction des partenaires de l’Association des nations de l’Asie du Sud-Est (ASEAN): Brunei, Cambodge, Indonésie, Laos, Malaisie, Myanmar, Philippines, Singapour, Thaïlande et Viêt Nam. Ce programme vise à renforcer leurs systèmes de soins de santé et soutient des activités de sensibilisation visant à aider les personnes vivant dans des zones rurales et isolées à obtenir des informations sur les risques liés à la COVID-19, les symptômes et les mesures préventives.

Le 15 décembre 2020, dans le cadre de l'équipe d'Europe (Team Europe), l'UE a apporté un soutien de 500 millions d’euros à COVAX, l’initiative mondiale d'accès aux vaccins, qui vise à fournir un milliard de doses de vaccin à l’échelle internationale. Ce soutien — 100 millions d’euros provenant de la Commission et 400 millions de la Banque européenne d’investissement — vise à soutenir la participation des pays à revenu faible et moyen à la garantie de marché de COVAX. Le 19 février 2021, l’UE a annoncé une enveloppe supplémentaire de 500 millions d’euros en faveur de la facilité COVAX, doublant ainsi sa contribution à l’initiative mondiale à ce jour. Ce nouveau don nous rapproche de l’objectif de COVAX de fournir 1,3 milliard de doses à 92 pays à revenu faible et intermédiaire d’ici la fin de 2021. L’équipe d’Europe est l’un des principaux contributeurs à la facilité COVAX, avec un apport de plus de 2,2 milliards d’euros, dont 900 millions d’euros supplémentaires promis aujourd’hui par l’Allemagne. Cette contribution supplémentaire porte l'aide totale de la Commission européenne à 1 milliard d’euros.

Ce soutien permet à l'initiative multilatérale COVAX de garantir que les populations à haut risque ou vulnérables ainsi que les professionnels de la santé en première ligne auront accès à des vaccins sûrs et efficaces contre la COVID-19 dans les pays à revenu faible et intermédiaire lorsque les économies autofinancées, dont l’Union européenne, se procureront les vaccins.

Le 19 janvier 2021, la Commission a annoncé qu’elle était prête à mettre en place un mécanisme européen de partage des vaccins, permettant aux États membres de faire don de vaccins à des pays partenaires dans le cadre de l’approche «équipe d’Europe» (Team Europe), en accordant une attention particulière aux Balkans occidentaux, au voisinage oriental et méridional et à l’Afrique. Cela devrait permettre aux États membres de partager avec des pays partenaires une partie des 2,3 milliards de doses réservées dans le cadre de la stratégie de l'UE en matière de vaccins.

Initiative COVAX

Garantie de marché du mécanisme COVAX coordonné par la Gavi

Liste des participants autofinancés et des économies éligibles

À propos de Gavi

Engagement pris par les donateurs

Dialogue ASEAN-UE sur le développement durable

Fiche d’information: L’équipe d’Europe aide l’ASEAN à lutter contre la COVID-19

Équipe d'Europe: site web et chiffres

Fiche d’information sur la réponse apportée par l’UE au niveau mondial

Octroi d’une aide humanitaire aux plus vulnérables

La pandémie de COVID-19 a entraîné une crise humanitaire d’une ampleur sans précédent dans certaines zones des régions les plus critiques du monde. En février 2020, l’UE a été parmi les premières à répondre favorablement au plan stratégique de préparation et de réaction de l’Organisation mondiale de la santé, en débloquant 30 millions d’euros pour satisfaire les besoins les plus urgents des nations vulnérables. Au total, l’UE a fourni 449 millions d’euros d’aide humanitaire pour aider les personnes confrontées à des crises humanitaires majeures dans le monde entier, notamment dans les régions du Sahel, du lac Tchad et des Grands Lacs, en République centrafricaine, en Afrique orientale, en Syrie, au Yémen, en Palestine, au Venezuela et au Bangladesh.

L’aide a servi à couvrir les besoins des personnes vulnérables et a permis aux acteurs humanitaires de poursuivre leur mission. Acheminée par l’intermédiaire d’organisations non gouvernementales, d’organisations internationales, d’agences des Nations unies et des sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, l’aide a offert un accès aux services de santé, aux équipements de protection, à l’eau et à l’assainissement.

Voici quelques exemples de l’aide humanitaire financée par l’UE en faveur des populations vulnérables.

Orientations en matière d’aide

Afin de lutter contre la pandémie de COVID-19 et de veiller à ce que l’aide humanitaire et médicale parvienne aux personnes qui en ont besoin, même lorsque des sanctions sont en place, la Commission européenne a publié des orientations pratiques sur la manière d'apporter une aide humanitaire tout en respectant les sanctions imposées par l’UE.

Le 12 mai 2020, elle a publié des orientations détaillées et pratiques pour l’octroi d’une aide à la Syrie, qui précisent les responsabilités et les procédures en matière d’octroi de l’aide. Ces orientations visent à faciliter les activités des acteurs humanitaires, l’acheminement des équipements et l’aide à la lutte contre la pandémie. Elles s’adressent à tous les acteurs jouant un rôle dans la fourniture de l’aide humanitaire (les autorités des États membres de l’UE qui mettent en œuvre les sanctions, ainsi que les opérateurs publics et privés tels que les donateurs, les ONG et les banques), qui doivent se conformer aux sanctions de l’UE lorsqu’ils fournissent une assistance. Le 13 octobre et le 16 novembre 2020, la Commission a complété sa note d’orientation: l'Iran, le Venezuela et le Nicaragua font à présent chacun l'objet d'un chapitre spécifique.

Carte des sanctions imposées par l'UE

Pont aérien humanitaire de l’UE

La pandémie de COVID-19 a entraîné d’importants problèmes de logistique pour les organismes d’aide humanitaire. L’absence de vols commerciaux a entraîné un retard dans la fourniture de l’aide vitale, alors que les besoins ont continué d’augmenter de manière exponentielle dans de nombreuses régions critiques.

Afin de contribuer à la lutte mondiale contre la pandémie, l’Union européenne a mis en place, le 8 mai, le pont aérien humanitaire de l’UE, une initiative temporaire fondée sur un ensemble de services de transport aérien permettant d’acheminer de l’aide humanitaire et des fournitures médicales essentielles dans les pays les plus touchés par les restrictions en matière de transport aérien. Les vols organisés dans le cadre du pont aérien transportent des équipements médicaux essentiels, ainsi que du fret et du personnel humanitaires, et apportent leur concours aux vols de rapatriement organisés par les États membres de l’UE. Ils facilitent la circulation des fournitures humanitaires et les déplacements du personnel humanitaire à destination et en provenance des pays les plus vulnérables. Tous les vols sont financés par l’Union européenne et exploités en coordination avec les États membres, les organisations humanitaires et les États bénéficiaires.

À ce jour, plus de 65 vols organisés dans le cadre du pont aérien ont permis de livrer plusieurs tonnes de matériel médical et de transporter des membres du personnel médical et humanitaire dans des régions critiques situées en Afrique, en Asie et en Amérique latine.

À ce jour, le pont aérien humanitaire de l’UE a permis d’organiser 67 vols à destination de 20 pays d’Afrique, d’Asie et des Amériques. La Commission européenne a alloué un budget total de 10 millions d’euros pour les vols du pont aérien. Plus de 1 150 tonnes de matériel médical et humanitaire vital et près de 1 700 membres du personnel médical et humanitaire, ainsi que d’autres passagers, ont été transportés.

Pont aérien humanitaire de l’UE: fiche d’information

Soutenir les stratégies et les capacités de vaccination en Afrique

Le 19 février 2021, la Commission européenne a annoncé l’octroi d’une aide humanitaire de 100 millions d’euros pour soutenir le déploiement de campagnes de vaccination en Afrique, qui sont pilotées par le Centre africain pour le contrôle et la prévention des maladies. Sous réserve de l'accord de l'autorité budgétaire, ce financement soutiendra les campagnes de vaccination dans les pays qui ont des besoins humanitaires vitaux et dont les systèmes de santé sont fragiles. Le financement contribuera, entre autres, à garantir la chaîne du froid, à mettre en place des programmes d'enregistrement, à former du personnel médical et de soutien et à assurer la logistique.

Les pays de l’Union africaine

Le 1er septembre, un pont aérien humanitaire a permis de livrer 500 000 kits de dépistage du coronavirus à Addis-Abeba, en Éthiopie. Au total, près de 1,4 million de tests seront mis à la disposition des pays de l’Union africaine. L’opération fait partie d'un train de mesures de 10 millions d’euros du gouvernement allemand destiné à apporter une aide immédiate à l’Union africaine dans le contexte de la pandémie actuelle de coronavirus. Elle s'inscrit également dans le cadre de l’aide plus large apportée par l’équipe d’Europe à la réaction du continent africain face au coronavirus. L’équipe d'Europe («Team Europe») a fourni 10 millions d’euros pour faciliter la mise en œuvre de la stratégie commune du continent africain et faire face à la pandémie.

Aide humanitaire de l’UE en faveur de l'Union africaine

Burkina Faso

Le 22 juin, le premier des deux vols affrétés dans le cadre du pont aérien humanitaire à destination du Burkina Faso a transporté des fournitures essentielles et des travailleurs humanitaires vers Ouagadougou, afin d'aider les populations les plus vulnérables et de contribuer aux opérations humanitaires visant à lutter contre la pandémie de COVID-19. L'Union européenne et ses États membres ont alloué 162 millions d’euros au Burkina Faso dans le cadre de la réponse mondiale de l’UE à la pandémie de COVID-19.

Aide humanitaire de l'UE en faveur du Burkina Faso

République centrafricaine

Organisé en collaboration avec la France, le premier vol pour la République centrafricaine effectué dans le cadre du pont humanitaire de l’UE a permis de transporter des travailleurs humanitaires provenant de diverses ONG, ainsi que 13 tonnes de fret humanitaire. Deux autres vols de fret ont acheminé 27 tonnes de fournitures supplémentaires.

Aide humanitaire de l’UE en faveur de la République centrafricaine

République démocratique du Congo

Le 6 juin, le premier des cinq vols programmés a transporté le premier lot de fournitures essentielles, ainsi que des travailleurs humanitaires vers la République démocratique du Congo. Un total de 36 tonnes de fret humanitaire a été livré au pays pour l'aider à lutter contre la pandémie de COVID-19. Le matériel d’aide comprend des purificateurs d’eau, un soutien nutritionnel et des fournitures médicales générales, ainsi que d’autres fournitures, telles que du matériel de laboratoire, des masques, des gants et des équipements de protection individuelle, qui sont également destinées à soutenir la réaction du pays face au coronavirus, en complément des efforts déployés par le ministère national de la santé et l’Organisation mondiale de la santé et conformément au plan national de riposte.

Aide humanitaire de l’UE en faveur de la République démocratique du Congo

Côte d'Ivoire

Le 28 août, un vol humanitaire de Lyon à Abidjan, organisé dans le cadre du pont aérien, a permis de livrer 7,5 tonnes d’équipements de protection médicale et individuelle essentiels (équipements médicaux, masques et réfrigérateurs) afin de soutenir les efforts déployés par le personnel de santé ivoirien pour lutter contre la pandémie de COVID-19. Les principaux bénéficiaires de l'aide sont l'Institut Pasteur, l'Office national de la protection civile et les établissements de santé accueillant des malades.

Aide humanitaire de l’UE en faveur de la Côte d’Ivoire

Kenya

Le 28 juillet, en réponse à une demande du Kenya, l’UE a livré du matériel médical vital et des équipements de protection par l’intermédiaire de son mécanisme de protection civile. Un pont aérien humanitaire de l’UE organisé en coopération avec le gouvernement slovaque a permis de livrer au Kenya 20 000 masques de protection, 50 000 kits de dépistage du coronavirus, des produits désinfectants pour les mains et du matériel de laboratoire fournis par la Slovaquie. Des citoyens de l’UE qui étaient restés bloqués dans le pays ont également été rapatriés lors du vol de retour en Europe.

Aide humanitaire de l'UE en faveur du Kenya

Somalie

Le 5 juillet, le premier des trois vols humanitaires organisés dans le cadre du pont aérien depuis Brindisi (Italie), a livré des biens humanitaires et des fournitures médicales — équipement de protection individuelle et matériel médical — à la Somalie. Ce vol, qui s'inscrit dans le cadre de la réponse mondiale de l’UE à la pandémie de COVID-19, a été organisé par la Commission européenne en coopération avec l'Italie. Au total, les trois vols ont acheminé 38 tonnes d'aide vers Mogadiscio, afin d'apporter une aide et des secours supplémentaires à la population somalienne. Le montant total de l'aide à la Somalie dans la lutte contre la pandémie s'élève à environ 55 millions d'euros. Ces fonds contribuent à renforcer le système de santé, à soutenir l'économie en ces temps difficiles, à former du personnel de santé et à renforcer les systèmes d'aide sociale.

Aide humanitaire de l'UE en faveur de la Somalie

Soudan et Soudan du Sud

Le 24 juin, le deuxième vol affrété dans le cadre du pont aérien humanitaire à destination du Soudan a permis de livrer des fournitures essentielles aux populations les plus vulnérables, afin de soutenir les travailleurs humanitaires et de contribuer à la lutte contre le coronavirus dans le pays. Le vol est entièrement financé par l’UE et assuré grâce à la coordination de l’équipe d’Europe («Team Europe»), qui réunit l’Union européenne, la Suède, la France et le Réseau logistique humanitaire. Dans le cadre de la réponse mondiale, 6 milliards d’euros sont destinés à soutenir les pays d’Afrique, dont plus de 120 millions ont été mobilisés au Soudan. Deux vols affrétés dans le cadre du pont aérien humanitaire de l’UE ont permis de livrer des équipements médicaux essentiels afin d'aider le Soudan du Sud à lutter contre le coronavirus. Cette aide indispensable vient en renfort des activités humanitaires en cours.

Aide humanitaire de l'UE en faveur du Soudan et du Soudan du Sud

Asie

Afghanistan

Le 15 juin, un vol humanitaire organisé dans le cadre du pont aérien de l’UE, a livré 88 tonnes de matériel vital à Kaboul (Afghanistan). Entièrement financé par l’Union européenne, il fait partie des vols organisés vers des zones critiques du monde. L’UE a également fourni à l’Afghanistan une aide supplémentaire de 39 millions d’euros, afin de soutenir les mesures prises par les autorités nationales pour lutter contre la pandémie de COVID-19 et d’aider les victimes de la guerre, des déplacements forcés et des catastrophes naturelles. En 2019 et 2020, ce mécanisme a permis d'assister 400 000 personnes dans toutes les provinces en leur donnant accès à l’eau potable et à des services d'assainissement. Les projets humanitaires de l’Union européenne en Afghanistan se concentrent sur la fourniture de soins de santé d’urgence, d’abris, d’une aide alimentaire, d’un accès à l’eau potable et à des installations sanitaires, ainsi que sur divers services de protection pour les femmes et les enfants.

Aide humanitaire de l’UE en faveur de l'Afghanistan

Bangladesh

Afin de contribuer à lutter contre la pandémie de COVID-19 et limiter la propagation du virus, l’UE continue d’apporter une assistance et un soutien à ceux qui en ont besoin. Le 28 juillet, elle a répondu à une demande du Bangladesh par l’intermédiaire du mécanisme de protection civile de l’UE et livré des fournitures médicales et des équipements de protection fournis par la France.

Moyen-Orient

Iraq

Le 27 juillet, deux vols organisés dans le cadre du pont aérien humanitaire de l’UE ont permis de livrer plus de 40 tonnes de fournitures médicales et d’urgence à l’Iraq, afin de renforcer l’action humanitaire dans ce pays. L’UE fournit également une aide humanitaire d’un montant de 35 millions d’euros afin d’aider les victimes de conflits et de déplacements forcés et d’aider les autorités à lutter contre la pandémie de COVID-19. L’aide humanitaire de l’UE englobe l’aide vitale, comme les soins d’urgence, la fourniture d’abris, l’accès à l’eau potable et à l’assainissement, le soutien aux installations médicales et aux professionnels de la santé, ainsi que la mise en œuvre de mesures de santé publique dans les camps. Depuis 2015, l’UE a fourni plus de 490 millions d’euros d’aide humanitaire à l’Iraq.

Aide humanitaire de l’UE en faveur de l'Iraq

Liban

Le 31 août, un deuxième vol aérien humanitaire de l’UE a permis de livrer 12 tonnes de matériel humanitaire et médical essentiel (y compris un hôpital mobile et des masques) à Beyrouth, afin d’aider les autorités libanaises à la suite des récentes explosions et de l’intensification de la pandémie de COVID-19. Le vol, effectué en coopération avec l’Espagne, fait suite à la première livraison de fournitures essentielles, le 13 août, lorsque 17 tonnes de biens humanitaires, de médicaments et d’équipements médicaux ont été livrées pour garantir l’accès des personnes les plus vulnérables aux soins de santé. D’autres vols affrétés dans le cadre du pont aérien humanitaire de l’UE sont prévus.

Aide humanitaire de l’UE en faveur du Liban

Yémen

Le 23 juillet, au titre d’un effort de collaboration de l’UE et de la Suède, un vol organisé dans le cadre du pont aérien humanitaire de l’UE a fourni au Yémen du matériel médical et d’autres fournitures essentielles afin de renforcer l’aide humanitaire dans le pays. Au total, plus de 220 tonnes d’articles essentiels ont été livrées aux Yéménites les plus vulnérables, afin d’aider le pays à lutter contre le coronavirus et de permettre la poursuite d’autres programmes humanitaires. L’UE a également alloué une enveloppe supplémentaire de 70 millions d’euros au Yémen, notamment en faveur des actions humanitaires consacrées à l’aide civile d’urgence (lutte contre la malnutrition aiguë et l’insécurité alimentaire et atténuation des effets des catastrophes naturelles et des épidémies). Ces fonds portent à 115 millions d’euros l’aide humanitaire de l’UE au Yémen en 2020.

Aide humanitaire de l'UE en faveur du Yémen

Amérique latine et Caraïbes

Pérou

Au titre de la réponse mondiale de l’UE au coronavirus, trois vols organisés dans le cadre du pont aérien humanitaire de l’UE ont fourni plus de 4 tonnes de matériel vital à Lima (Pérou), afin de soutenir les efforts des organisations humanitaires présentes dans le pays. L’UE a également annoncé l’octroi d’une aide humanitaire de 30,5 millions d’euros pour venir en aide aux populations les plus vulnérables d’Amérique latine et des Caraïbes. 15,5 millions d’euros ont été affectés à des activités de préparation aux catastrophes pour les communautés vulnérables et les 15 millions d'euros restants ont été alloués à des projets humanitaires. Cette aide essentielle vise à améliorer les capacités locales de réaction d’urgence et la mise en œuvre de systèmes d’alerte précoce dans les pays d’Amérique latine et des Caraïbes. Le soutien vise également à garantir une aide alimentaire aux populations frappées par des catastrophes naturelles et des sécheresses graves, et à protéger les communautés d’Amérique centrale touchées par la violence organisée.

Aide humanitaire de l'UE en faveur de l'Amérique latine

Haïti

Le 16 juillet, un vol humanitaire organisé dans le cadre du pont aérien de l’UE a livré 74 tonnes de matériel vital à Port-au-Prince, afin d’approvisionner les partenaires humanitaires financés par l’UE et d’aider les autorités nationales à lutter contre la pandémie de COVID-19. L’UE soutient en outre les personnes les plus vulnérables en allouant 15 millions d’euros au titre de l’aide humanitaire, afin de compléter les efforts déployés au niveau national pour acheminer l’aide apportée aux personnes touchées par le coronavirus en Haïti. Ce soutien financier permettra également de fournir une aide alimentaire d’urgence et une aide en espèces. Il servira aussi à organiser des actions de protection ciblée, de sensibilisation et de préparation aux catastrophes axées sur les populations vulnérables.

Aide humanitaire de l’UE en faveur de Haïti

Venezuela

Les 19 et 21 août, deux vols affrétés dans le cadre du pont aérien humanitaire de l’UE ont permis de livrer au Venezuela 84 tonnes de matériel vital, afin d’atténuer les conséquences humanitaires de la pandémie de COVID-19, dans le contexte de la crise politique, économique et sociale que traverse actuellement le pays. Ces vols, qui font partie de la réponse mondiale de l’UE à la pandémie de COVID-19, ont été entièrement financés par l’UE et organisés en collaboration avec l’Espagne et le Portugal. La cargaison de 82,5 tonnes, qui consiste en matériel médical vital (équipements de protection individuelle, médicaments, matériel d’épuration de l’eau et kits d’hygiène), sera distribuée aux établissements de santé et aux familles les plus touchées. Cette aide humanitaire indispensable bénéficiera à plus de 500 000 Vénézuéliens, et en particulier aux enfants, aux femmes et aux professionnels de la santé.

Aide humanitaire de l’UE en faveur du Venezuela

Autres formes d’assistance en dehors de l’UE

Partenaires orientaux

 

Aide médicale et réaction aux crises

 

La Commission européenne est solidaire des pays partenaires d’Europe orientale et a annoncé la réaffectation de 140 millions d’euros pour faire face aux besoins les plus immédiats en Arménie, en Azerbaïdjan, en Biélorussie, en Géorgie, en République de Moldavie et en Ukraine, dans le cadre de la réaction mondiale face à la pandémie de COVID-19. La Commission va également réorienter l’utilisation d’instruments existants jusqu'à concurrence de 700 millions d’euros afin d’aider les pays à surmonter la pandémie. Ces fonds permettront de fournir des dispositifs médicaux et des équipements de protection, et de soutenir les entreprises et l’emploi.

 

Pour lutter contre la pandémie de COVID-19, l’Ukraine a demandé le soutien de l’Union européenne par l’intermédiaire du mécanisme de protection civile de l’UE. La Slovaquie, l'Estonie et la Pologne ont offert des masques de protection, des désinfectants, des couvertures et d’autres articles, tandis que l’Union européenne a coordonné et cofinancé la fourniture de cette aide à l’Ukraine. Le 11 décembre, à la suite d’une demande d’assistance supplémentaire, l’Ukraine a reçu 50 respirateurs envoyés par le Danemark. Le mécanisme de protection civile de l’UE a également coordonné et cofinancé la fourniture à la Géorgie de désinfectants et d’équipements de protection individuelle en provenance d’Estonie et du Danemark. La Moldavie a reçu des gants, des couvertures et des désinfectants en provenance d’Autriche et de Pologne par l’intermédiaire du mécanisme de protection civile, tandis que l’Albanie a reçu des gants et des désinfectants en provenance d’Autriche.

 

Le 28 décembre 2020, la Commission a approuvé une enveloppe de 70 millions d’euros au titre de l’instrument d’aide de préadhésion, afin de contribuer à financer l’accès des partenaires des Balkans occidentaux aux vaccins contre le coronavirus acquis par les États membres de l’UE. Les Balkans occidentaux pourront ainsi acheter des vaccins dans le cadre de contrats d’achat anticipé de l’UE, les différents États membres de l’UE partageant une partie des doses qui leur ont été attribuées. La Commission et le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies aident les Balkans occidentaux à finaliser leurs stratégies de vaccination en vue d’une bonne préparation des campagnes et de l’administration des vaccins.

 

Le 19 février, l’Union européenne, en partenariat avec l’Organisation mondiale de la santé, a lancé un nouveau projet régional d’un montant de plus de 7 millions d’euros visant à soutenir une vaccination sûre et efficace dans les Balkans occidentaux. Ce projet contribuera à préparer la région à recevoir et administrer efficacement les vaccins contre la COVID-19, y compris ceux provenant de la facilité COVAX et du mécanisme européen de partage de vaccins avec les États membres de l’UE. Cette initiative renforcera la résilience de la région et aidera les Balkans occidentaux à progresser vers des soins de santé universels. Les activités menées dans le cadre du projet comprendront l’élaboration de plans de préparation aux situations d’urgence, la formation des professionnels de la santé et la mise au point de systèmes de gestion de l’information pour le déploiement des vaccins.

Soutien financier

 

Le 22 avril, la Commission a proposé une enveloppe d’aide macrofinancière de 3 milliards d’euros en faveur de dix partenaires concernés par l’élargissement et la politique de voisinage: la République d’Albanie, la Bosnie-Herzégovine, la Géorgie, le Royaume hachémite de Jordanie, le Kosovo, la République de Moldavie, le Monténégro, la République de Macédoine du Nord, la République tunisienne et l'Ukraine. Ce montant vient s’ajouter aux 15,6 milliards d’euros déjà prévus dans le cadre de la stratégie de l'«équipe d'Europe» (Team Europe), qui vise à soutenir les efforts déployés par les pays partenaires pour lutter contre la pandémie de COVID-19. L’enveloppe de 3 milliards d’euros vise à limiter les répercussions économiques de la crise du coronavirus dans ces pays. Elle permettra de soutenir les réformes structurelles destinées à renforcer la gouvernance économique et la transparence, ainsi qu’à améliorer les conditions d’une croissance durable.

 

Le 11 août, la Commission européenne a approuvé, au nom de l’UE, des protocoles d’accord avec huit partenaires sur des programmes d’assistance macrofinancière: l’Albanie (180 millions d’euros), la Géorgie (150 millions d’euros), la Jordanie (700 millions d’euros, couvrant deux opérations d’assistance macrofinancière), le Kosovo (100 millions d’euros), la République de Moldavie (100 millions d’euros), le Monténégro (60 millions d’euros), la Macédoine du Nord (160 millions d’euros) et l’Ukraine (1,2 milliard d’euros). Des négociations sur des protocoles d’accord avec la Bosnie-Herzégovine et la Tunisie sont en cours. La mise en œuvre rapide de ces programmes est un important témoignage de la solidarité de l'UE avec ces pays en cette période de crise sans précédent et elle les aidera à limiter les répercussions économiques de la pandémie de COVID-19.

 

Le 29 septembre, l’UE et la Géorgie ont signé deux conventions de financement pour un montant de 129 millions d’euros, afin d’aider la Géorgie à faire face à la pandémie de COVID-19 et à ses répercussions économiques. Une subvention de 75 millions d’euros a été allouée au «contrat de résilience face à la COVID-19 en faveur de la Géorgie», afin de soutenir le plan économique national de lutte contre la crise et d'aider le pays à se remettre des conséquences de la pandémie. Des subventions d’un montant de 54 millions d’euros ont été affectées au programme «L’UE agit pour le développement territorial intégré», axé sur le développement économique des régions situées en dehors de la capitale.

 

Le 9 décembre, la Commission a versé 600 millions d’euros à l’Ukraine au titre du programme d’assistance macrofinancière liée au coronavirus, sur la base du protocole d’accord convenu. Cette aide vise à contribuer à la stabilité macrofinancière de l’Ukraine, tout en permettant aux autorités d’allouer des ressources importantes à l'atténuation des conséquences socio-économiques de la pandémie de COVID-19.

 

Aide de l’UE à la Géorgie

Aide de l’UE à l'Ukraine

Assistance macrofinancière aux pays non membres de l'UE

Bosnie-Herzégovine

Le 18 août, le Fonds européen d’investissement et la Raiffeisen Bank d.d. Bosna i Hercegovina ont signé un contrat de garantie en vue d’accroître la capacité de prêt de la banque. Cet accord contribuera à soutenir la reprise économique en Bosnie-Herzégovine en mettant à la disposition des entreprises du pays 12 millions d’euros supplémentaires à des conditions de prêt plus favorables. La garantie, qui sera fournie dans le cadre du programme pour la compétitivité des entreprises et des petites et moyennes entreprises (COSME), fait partie des mesures de soutien économique face au coronavirus relevant du mécanisme de garantie des prêts.

Par l’intermédiaire du mécanisme de protection civile de l’UE, la Bosnie-Herzégovine a reçu des tentes et d’autres articles d’hébergement, des gants, des désinfectants et des kits d’hygiène en provenance de Slovénie et d’Autriche.

Arménie

Le 19 juin, une équipe d’experts médicaux lituaniens a été déployée en Arménie par l’intermédiaire du mécanisme de protection civile de l’UE. Cette équipe, composée de bénévoles et de membres de l’équipe lituanienne de gestion de la crise du coronavirus, a aidé ses collègues arméniens à lutter contre le coronavirus. Le 26 juin, une équipe médicale d’urgence composée de 10 médecins et infirmiers venus d'Italie a également été déployée dans le cadre d’une mission en Arménie, par l’intermédiaire du mécanisme de protection civile de l’UE, afin de fournir une aide supplémentaire à ce pays. L’UE a coordonné et cofinancé le transport des équipes médicales vers l’Arménie.

Balkans occidentaux et Turquie

Le 30 mars, la Commission européenne a annoncé une aide immédiate à hauteur de 38 millions d'euros destinée aux pays des Balkans occidentaux, afin qu’ils puissent faire face à l’urgence sanitaire. 374 millions d’euros ont également été prélevés sur l’instrument d’aide de préadhésion afin de contribuer à la relance socio-économique de la région. Les pays des Balkans occidentaux recevront une assistance pour couvrir leurs besoins immédiats en dispositifs médicaux et en équipements de protection individuelle, tels que des respirateurs, des kits de laboratoire, des masques, des lunettes, des blouses de protection et des combinaisons de sécurité.

Le 2 juillet, la Commission européenne a modifié le règlement visant à soutenir les pays et régions pouvant bénéficier de l’instrument d’aide de préadhésion – Composante de la coopération transfrontalière. La modification de cet instrument permettra de fournir une aide immédiate pour répondre d’une manière souple et efficace aux nouveaux besoins des secteurs exposés, tels que les soins de santé ou le tourisme, au titre de l’initiative d’investissement en réaction au coronavirus et de l’initiative d’investissement+ en réaction au coronavirus. Les règles révisées, plus souples, contribuent à la réponse mondiale de l'UE à la pandémie de COVID-19, qui comprend le train de mesures «Équipe d'Europe», doté d'un budget de 800 millions d’euros en faveur des Balkans occidentaux et de la Turquie.

 

Maroc

Le 23 décembre, l’Union européenne a décaissé 169 millions d’euros dans le cadre du train de mesures visant à soutenir la lutte contre la COVID-19 en faveur du Maroc, afin d’aider les autorités du pays à renforcer la réponse médicale à la pandémie et à prendre des mesures visant à atténuer son impact socio-économique. Le soutien précédent de 264 millions d’euros a permis au Maroc de prendre des mesures sanitaires strictes, de protéger les familles et d’aider les PME, qui composent le tissu industriel du pays. L’Union européenne s’est engagée à mobiliser 450 millions d’euros en faveur du Maroc dans le cadre de la lutte contre la pandémie due au coronavirus.

 

Syrie, Jordanie et Liban

Le 10 juin, le fonds fiduciaire régional de l’UE en réponse à la crise syrienne a mobilisé 55 millions d’euros supplémentaires en faveur des réfugiés en provenance de Syrie et des personnes vulnérables en Jordanie et au Liban, afin d’aider à lutter contre la pandémie de COVID-19. Ce train de mesures supplémentaire, qui fait partie de la réponse mondiale de l’UE à la pandémie, alloue 20,1 millions d’euros à la Jordanie et 34,6 millions d'euros au Liban, les deux pays qui accueillent le plus grand nombre de réfugiés par habitant au monde. Ces fonds permettront d’apporter un soutien essentiel et ciblé dans des domaines clés tels que la santé, l’eau, l’assainissement et l’hygiène. Le montant total de l’aide mobilisée par l’intermédiaire du fonds fiduciaire de l’UE s’élève à plus de 2,2 milliards d’euros depuis 2015, doublant ainsi le montant initialement prévu.

Fonds fiduciaire régional de l’UE en réponse à la crise syrienne

Tunisie

Adoptés le 2 juillet, deux nouveaux programmes renforceront le soutien aux migrants et aux groupes les plus vulnérables en Tunisie, qui sont particulièrement touchés par la crise:

  • un programme de gouvernance et de protection d’un montant de 9,3 millions d’euros destiné à fournir des services de protection aux migrants vulnérables, à améliorer l'accès aux services de santé et à continuer de soutenir la gestion de la migration et le service de réintégration des rapatriés dirigé par les autorités tunisiennes et hébergé au sein de l’Office des Tunisiens à l’étranger (OTE);
  • un programme de mobilité des compétences d’un montant de 5 millions d’euros reposant sur deux accords de mobilité conclus entre la France et la Tunisie, destinés aux jeunes professionnels et aux travailleurs saisonniers.

Libye

La Libye demeure le principal bénéficiaire du volet «Afrique du Nord» du Fonds fiduciaire d’urgence de l’UE pour l’Afrique, avec des programmes d’un montant total de 455 millions d’euros, la majorité du financement étant destinée à protéger les migrants et les réfugiés et à stabiliser les communautés, parallèlement à des actions de gestion des frontières.

Trois nouveaux programmes, adoptés le 2 juillet, permettront d’améliorer la résilience des Libyens et des migrants dans le domaine de la santé à la suite de la pandémie:

  • un programme de protection d'un montant de 30,2 millions d’euros fournira une aide sanitaire, des produits non alimentaires, une aide d'urgence en espèces et des évacuations d’urgence hors de Libye (lorsque les restrictions de déplacement auront été levées);
  • un programme spécifique d'un montant de 20 millions d’euros visant à renforcer les capacités de réaction immédiate face au coronavirus, qui fournira également des équipements de protection individuelle et des formations au personnel soignant et renforcera les capacités des laboratoires et des soins d'urgence;
un programme de stabilisation des communautés d’un montant de 25 millions d’euros destiné à poursuivre l’amélioration des conditions de vie dans les municipalités libyennes en renforçant l’accès aux services de base et aux services sociaux.

Pays d’Afrique

Le 2 juillet, dans le cadre de la réaction de l’UE au niveau mondial face à la pandémie de COVID-19, l’UE a adopté, par l’intermédiaire de son Fonds fiduciaire d’urgence pour l’Afrique, un nouveau train de mesures d’aide destinées à protéger les migrants, à stabiliser les communautés locales et à combattre la COVID-19 en Afrique du Nord. Ce train de mesures comporte de nouveaux fonds d’un montant de 80 millions d’euros, ainsi qu’une enveloppe de 30 millions d’euros réaffectée d’actions non mises en œuvre du Fonds fiduciaire d'urgence pour l'Afrique.

Conformément à la communication conjointe sur la réaction de l’UE au niveau mondial face à la pandémie de COVID-19, ce nouveau financement renforcera également la capacité de réaction immédiate et les systèmes et services de santé dans les pays partenaires d’Afrique du Nord, protégera les réfugiés et les migrants et stabilisera les communautés locales.

 

Afin d’aider les personnes touchées par la pandémie de COVID-19, par des conditions climatiques extrêmes, telles qu’une sécheresse persistante, ou par d’autres crises, la Commission a octroyé, le 20 juillet, 64,7 millions d’euros d’aide humanitaire en faveur de pays d’Afrique australe. Les pays bénéficiaires sont l’Angola (3 millions d’euros), le Botswana (1,95 million d’euros), les Comores (500 000 euros), l’Eswatini (2,4 millions d’euros), le Lesotho (4,8 millions d’euros), Madagascar (7,3 millions d’euros), le Malawi (7,1 millions d’euros), Maurice (250 000 euros), le Mozambique (14,6 millions d’euros), la Namibie (2 millions d’euros), la Zambie (5 millions d’euros), le Zimbabwe (14,2 millions d’euros) et Cabo Delgado dans le nord du Mozambique (5 millions d'euros). Ce financement aidera les autorités nationales à répondre à la crise due au coronavirus et à adopter des mesures de préparation. Il facilitera l’accès aux soins de santé, aux équipements de protection et aux services d’assainissement et d’hygiène, et soutiendra les systèmes d’alerte précoce, les plans d’évacuation des communautés vulnérables et les stocks d’urgence d’équipements de protection individuelle. Ces fonds serviront également à fournir une aide alimentaire aux ménages vulnérables vivant dans les zones touchées, à soutenir l’éducation des enfants et à former le personnel enseignant.

 

Le 20 octobre, agissant dans l'esprit de l'équipe d'Europe («Team Europe»), l’Union européenne s'est engagée à verser 43,6 millions d’euros pour soutenir la région du Sahel central, afin de contribuer à surmonter les crises humanitaires et alimentaires et à atténuer les conséquences de la pandémie de COVID-19. Un montant de 23,6 millions d’euros a été affecté à des actions humanitaires au Burkina, au Mali et au Niger, afin d’aider les populations vulnérables de ces pays à s'adapter aux effets de plusieurs facteurs combinés (conflits et pauvreté). En coopération avec le Programme alimentaire mondial, 20 millions d’euros ont été alloués pour faire face à la crise alimentaire qui frappe la région du Sahel central et apporter une aide aux plus vulnérables.

 

Le 9 novembre, l’Union européenne a annoncé un versement supplémentaire de 92 millions d’euros afin de renforcer la réaction face au coronavirus au Burkina (26 millions d’euros), en Mauritanie (12 millions d’euros), au Niger (38 millions d’euros) et au Tchad (16,92 millions d’euros). L’aide a été affectée aux services de soins de santé et au soutien des ménages les plus vulnérables. Dans le cadre de la réponse mondiale face à la pandémie de COVID-19, ces fonds contribueront à limiter davantage les conséquences de la crise sur les économies de ces pays, en aidant les autorités à préserver la marge de manœuvre budgétaire nécessaire pour poursuivre les réformes essentielles et en empêchant l’augmentation du niveau de leur dette.

 

En savoir plus sur l'aide à l’Afrique du Nord et les initiatives régionales

 

Le 18 décembre, la Commission a annoncé la mobilisation de 84,26 millions d’euros destinés à soutenir les efforts déployés par quatre pays africains pour lutter contre la pandémie due au coronavirus. Ces fonds permettent au Bénin (46,56 millions d’euros), au Liberia (8,7 millions) et à la Sierra Leone (15 millions) d’apporter un soutien accru à leurs populations, dans les domaines de la santé et de la protection sociale, et à leurs entreprises en 2021. Au Bénin, les fonds ont été affectés au soutien financier en faveur des groupes vulnérables et des entreprises locales, contribuant ainsi au maintien de la stabilité macroéconomique dans le pays. L’aide d’urgence en faveur du Liberia a été affectée aux priorités recensées dans les secteurs de la santé, de l’éducation, du commerce et de l’industrie, ainsi que dans les infrastructures et l’agriculture. Les fonds alloués à la Sierra Leone ont été affectés aux soins de santé et à la protection sociale, ainsi qu’à l’atténuation de l’insécurité alimentaire et au soutien aux entreprises vulnérables. 

 

Le 26 février 2021, dans le cadre de l’équipe d’Europe («Team Europe»), l’Union européenne et l’Allemagne ont mobilisé 10 millions d’euros pour protéger le personnel de santé, soutenir les équipes d’intervention et améliorer la communication d’urgence et la gestion de la pandémie due au coronavirus en Afrique de l’Ouest. Cette aide financière est destinée aux équipements vitaux de protection et de soins intensifs, tels que des ventilateurs et des concentrateurs d’oxygène. En outre, dans le cadre d’un programme en cours, le financement vise à accélérer le déploiement du système de surveillance, de gestion et d’analyse des interventions en cas d’épidémie, un outil numérique optimisé pour la réaction au coronavirus dans la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest.

République du Congo

Le 21 janvier 2021, la Commission a annoncé une aide de 1,5 million d’euros en faveur du plan national de réponse sanitaire en République du Congo, en partenariat avec la Croix-Rouge. Le projet, d’un montant total de 2,6 millions d’euros, est cofinancé par la France, par l'intermédiaire de l’Agence française de développement. Il vise à réduire la vulnérabilité de la population congolaise aux épidémies. L’aide doit servir à renforcer les capacités de réaction dans 47 centres de santé à travers le pays, afin de couvrir les besoins de trois millions de personnes. 

Coopération de l’UE avec la République du Congo

Malawi

Le 26 octobre, dans le cadre de la réaction de l'équipe Europe («Team Europe») face au coronavirus, la Commission a annoncé un soutien supplémentaire pour faire face aux conséquences de la crise au Malawi. 39 millions d’euros ont été alloués à des programmes de protection sociale et de nutrition, afin de répondre aux besoins des personnes vulnérables. Un montant de 16 millions d’euros a été affecté à la lutte contre la malnutrition chez les écoliers afin de garantir des repas fournis par des agriculteurs locaux et d'augmenter les sources de revenu des communautés vulnérables. Une enveloppe de 23 millions d’euros a été consacrée au soutien du programme national de transferts sociaux en espèces, destiné aux personnes les plus vulnérables (ménages monoparentaux, personnes âgées et personnes handicapées) issues des communautés rurales et urbaines, qui vivent avec moins de 2 dollars par jour.

Mozambique

Le 2 novembre, dans le cadre de la réaction de l'équipe d'Europe («Team Europe») face au coronavirus, la Commission et le gouvernement du Mozambique ont signé un programme d’appui budgétaire de 100 millions d’euros visant à remédier aux conséquences socio-économiques de la pandémie de coronavirus. Ce financement permettra de maintenir les fonctions essentielles de l’État en fournissant une assistance financière à court terme destinée au secteur de l’éducation, au renforcement de la protection sociale et à la fourniture de services de base et de soins de santé aux personnes très vulnérables. Le programme fournira également une assistance technique afin de contribuer au suivi des dépenses publiques liées au coronavirus. Partenariat UE-Mozambique

Solutions numériques

Afin d’apporter des réponses innovantes à la pandémie mondiale de COVID-19, la Commission a annoncé le 17 juillet un programme de 10,4 millions d’euros destiné à promouvoir des solutions numériques en République démocratique du Congo, au Rwanda et au Burundi. Le programme sera étendu par la suite aux États d’Afrique orientale et australe et à la région de l’océan Indien, afin d’améliorer la résilience des systèmes de santé et d’éducation dans ces pays. Ce financement soutiendra l’apprentissage en ligne et la formation professionnelle dans le secteur de l’éducation et servira à promouvoir des solutions numériques pour améliorer la qualité et l’efficacité des services de santé. Afin de favoriser une approche coordonnée, l’UE et les États membres ont également mis en place une plateforme numérique au service du développement, appelée «Digital for Development (D4D) Hub». Cette plateforme réunira des entreprises technologiques de l’UE et des entreprises locales, afin de travailler sur le caractère abordable, la connectivité et l’accès du public à des services numériques privés.

 

Le 27 janvier 2021, la Commission et l’Organisation des États d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique ont signé une nouvelle initiative dotée de 145 millions d’euros avec le Fonds des Nations unies pour le développement des capitaux, afin de soutenir les solutions de financement numérique dans les pays d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique. Conformément à la plateforme numérique au service du développement (D4D) récemment lancée, qui vise à faire de la révolution numérique une chance pour tous, l’action commune vise à soutenir différents pays d’Afrique (Gabon, Niger, Malawi et Éthiopie) ainsi que des Caraïbes ((Trinité-et-Tobago et les États des Caraïbes orientales) et de la région Pacifique (Vanuatu, Samoa, Timor-Oriental, Tonga et Fidji). L’initiative vise à renforcer la réponse à la pandémie et la reprise économique de ces pays, en soutenant les réformes politiques clés pour la transformation numérique, et à créer des services financiers inclusifs, adaptés aux besoins des femmes et des jeunes, y compris des produits d’épargne et des crédits innovants. Elle devrait bénéficier à plus de 600 000 femmes, jeunes et entrepreneurs dans les pays d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique.

République centrafricaine

La Commission européenne fournira une aide de 54 millions d’euros à la République centrafricaine pour aider le gouvernement à renforcer les dépenses publiques exacerbées par la lutte contre la pandémie. Les actions sanitaires menées par le gouvernement centrafricain ayant considérablement accru la pression sur les finances publiques, l’Union européenne aide les autorités grâce à deux programmes d’appui budgétaire: l'un consacré à la consolidation des structures étatiques (45 millions d’euros) et l'autre axé sur la réforme du secteur de la sécurité et de la gouvernance (9 millions d’euros). Des fontaines et des sources d'approvisionnement en eau ont déjà été construites à Bangui et Paoua, et la distribution de matériel médical et la production locale de masques ont été renforcées (160 000 unités).

Aide humanitaire de l’UE en faveur de la République centrafricaine

Corne de l’Afrique 

Le 17 juin, l’UE a annoncé un ensemble de mesures d'un montant de 60 millions d’euros destiné à soutenir l’Autorité intergouvernementale pour le développement (IGAD), une organisation régionale regroupant huit États de la Corne de l’Afrique, afin d'atténuer les répercussions sanitaires et socio-économiques de la pandémie de COVID-19. Cette aide financière visera principalement à soutenir les groupes vulnérables, notamment les migrants, les réfugiés, les personnes déplacées et les communautés transfrontalières, et fournira un large éventail d’équipements médicaux et de protection individuelle, dont plusieurs millions de masques chirurgicaux, des kits de dépistage et des ambulances.

 

Le 6 novembre, l’Union européenne a approuvé l’octroi d’une enveloppe supplémentaire de 17,2 millions d’euros, par l’intermédiaire du fonds fiduciaire d’urgence de l’UE pour l’Afrique, afin de soutenir les mesures de préparation liées au coronavirus en Somalie, au Soudan et au Soudan du Sud. En Somalie, 5 millions d’euros ont été affectés afin d'accroître la surveillance sanitaire transfrontalière et de renforcer l’observation épidémiologique dans les établissements de santé, ainsi que de protéger les personnes les plus vulnérables et de créer des conditions favorables au développement socio-économique. Au Soudan, 10,2 millions d’euros ont été alloués pour soutenir le programme de réponse sanitaire au coronavirus mis en œuvre par l’Organisation mondiale de la santé et remédier aux lacunes critiques en matière de gouvernance sanitaire, de préparation aux épidémies et de surveillance épidémiologique. Un montant supplémentaire de 2 millions d’euros a été alloué au soutien aux services de santé au Soudan du Sud, afin de fournir des équipements de protection individuelle aux professionnels de la santé de première ligne intervenant dans la lutte contre le coronavirus, dans le cadre d'un volet mis en œuvre par le Programme alimentaire mondial.

 

Le 20 novembre, la Commission a mobilisé 86,5 millions d’euros d’aide budgétaire d’urgence pour aider le Ghana à faire face aux conséquences de la pandémie de COVID-19. Ce financement, qui fait partie de la réaction de l'équipe d'Europe (Team Europe) à la COVID-19 au niveau mondial, est destiné à soutenir les efforts déployés par le Ghana pour faire face à la pression financière, et notamment à ses besoins immédiats en matière budgétaire et de balance des paiements. Cette aide vise également à aider le pays à faire face à la pandémie de COVID-19 et à continuer de financer des services publics essentiels, tels que les soins de santé et l’éducation, tout en renforçant sa résilience.

Coopération au développement avec le Ghana

Appui budgétaire de l'UE

Action de l’UE en matière de coopération internationale et de développement

 

Le 20 novembre, l’Union européenne et l’Allemagne ont annoncé la mobilisation de plus de 200 millions d’euros pour soutenir le Sénégal dans sa lutte contre la pandémie de COVID-19. Ces fonds — 112 millions d'euros provenant de l’UE et 100 millions d'euros issus du programme mondial d'urgence de l’Allemagne — font partie de l'action de l'équipe d'Europe (Team Europe). Ils visent à soutenir le programme de résilience économique et sociale du gouvernement sénégalais, notamment ses mesures d'appui économique aux petites et moyennes entreprises ainsi qu'aux programmes de protection sociale et de sécurité alimentaire destinés à la population. Ce soutien devrait atténuer les conséquences de la récession économique et contribuer au maintien de dizaines de milliers d’emplois.

Développement et coopération de l'UE au Sénégal

Réaction de l'UE aux conséquences de la pandémie de COVID-19 dans la région de l'IGAD

Équateur et El Salvador

Afin de contribuer à lutter contre la pandémie de COVID-19 et limiter la propagation du virus, l’UE continue d’apporter une assistance et un soutien à ceux qui en ont besoin. Le 28 juillet, elle a répondu aux demandes de l’Équateur et de l'El Salvador par l’intermédiaire du mécanisme de protection civile de l’UE, et des fournitures médicales ainsi que des équipements de protection fournis par la France ont été livrés aux deux pays.

Asie du Sud et Asie du Sud-Est

Le 30 octobre, la Commission a annoncé l'octroi d'une aide humanitaire de 8,1 millions d’euros aux Philippines, au Népal et à des pays de l’Asie du Sud-Est en vue d’aider les populations frappées par la pandémie de COVID-19 et par des catastrophes naturelles et subissant les conséquences de conflits. Le financement au titre de ce dispositif d’aide a été consacré à des projets humanitaires et de préparation aux catastrophes aux Philippines (2,51 millions d’euros), au Népal (2 millions d’euros) et en Asie du Sud-Est (3,5 millions d’euros). Les fonds alloués aux Philippines sont destinés à aider les organisations humanitaires à lutter contre la pandémie de COVID-19 et à améliorer la sécurité alimentaire des personnes déplacées et leur accès à l’eau potable et aux services d’assainissement, tout en renforçant leur protection et leur éducation et en leur offrant des abris. Ils seront également consacrés à des actions de préparation aux situations d’urgence en cas de catastrophes naturelles. Au Népal, les fonds ont été exclusivement consacrés à des opérations de préparation aux catastrophes.

 

Le 10 décembre, agissant dans l'esprit de l'équipe d'Europe («Team Europe»), l’Union européenne et l’Allemagne ont alloué 113 millions d’euros au gouvernement bangladais, afin de préserver les moyens de subsistance des travailleurs vulnérables dans les secteurs de la confection et du cuir, axés sur l'exportation, qui sont touchés par la crise du coronavirus. Ce financement vise à renforcer la résilience du système de sécurité sociale du pays et à fournir une aide temporaire en espèces aux travailleurs qui ont subi des pertes de revenus pendant la pandémie et ont perdu leur emploi.

 

Aide humanitaire en faveur de l’Asie et du Pacifique

Aide précoce à la Chine

La Commission européenne a réagi rapidement et s’est montrée totalement solidaire de la Chine dès le début de la pandémie de COVID-19 dans ce pays. Elle a ainsi coordonné et cofinancé la fourniture d’équipements médicaux d'urgence par l’intermédiaire du mécanisme de protection civile de l’UE. Plus de 56 tonnes d’équipements de protection individuelle (vêtements de protection, désinfectants et masques médicaux) ont été fournies à la Chine par la France, l’Allemagne, l’Italie, la Lettonie, l’Estonie, l’Autriche, la Tchéquie, la Hongrie et la Slovénie.

La Chine a aidé à son tour en livrant du matériel médical essentiel aux États membres de l’UE les plus touchés. Le 6 avril, un don d’équipements de protection de la Chine à l’Union européenne est arrivé à Rome, à la suite d’un accord signé entre la présidente von der Leyen et le premier ministre Li Keqiang. La distribution de 2 millions de masques chirurgicaux, de 200 000 masques N95 et de 50 000 kits de test livrés à l’Italie a été coordonnée par le Centre de coordination de la réaction d’urgence .

En savoir plus sur les initiatives en matière d’investissement

 

Documents