Présentation

La programmation conjointe désigne la réponse commune de l’UE et de ses États membres au plan national de développement d’un pays partenaire.

En collaboration avec les autorités nationales, les partenaires de développement de l’UE élaborent une stratégie commune parfaitement cohérente avec le plan national de développement du pays partenaire. Cette stratégie précise la logique et l’orientation générales de l’aide accordée par l’UE et les États membres. Elle définit également les domaines d'intervention de chacun, les objectifs généraux à atteindre dans ces domaines, et fournit des chiffres provisoires pour leur financement au cours de la période couverte par la stratégie commune.

Le calendrier de la stratégie commune est aligné sur celui des plans nationaux du pays partenaire. Les partenaires de développement de l’UE peuvent ainsi planifier et mettre en œuvre leur action en même temps et pour la même période que les autorités nationales. Ils peuvent de ce fait être plus réactifs aux besoins nationaux.

La stratégie commune est élaborée au niveau du pays partenaire, afin de veiller à ce qu’elle réponde au mieux à la situation. Cela permet également une coopération étroite avec d’autres parties prenantes.

Les partenaires de développement hors UE qui adhèrent aux principes de la programmation conjointe peuvent eux aussi participer à la stratégie.

Avantages de la programmation conjointe

La programmation conjointe devrait permettre de réduire les coûts de transaction pour les gouvernements partenaires, qui ne devront gérer qu’un seul exercice de programmation pour tous les partenaires de développement de l’UE.

Elle permet également de rendre l’aide plus cohérente et moins fragmentée, car la coopération contribue à réduire les lacunes et les doubles emplois. En outre, étant donné que les partenaires de développement de l’UE mettent leurs ressources en commun, l’aide aura plus d’impact et un meilleur rapport coût/efficacité. Les États membres de l’UE représentant plus de la moitié de l’aide publique au développement (APD) dans le monde, la programmation conjointe devrait considérablement renforcer l’efficacité de l’aide au niveau mondial, en améliorant la façon dont des dizaines de milliards d’euros sont dépensés chaque année.

Pour les pays de l’UE, la programmation conjointe peut également contribuer à mieux faire connaître les actions en matière d’aide, à améliorer la perception de l’opinion publique et à renforcer la responsabilité.

Elle peut également permettre de réduire la pression exercée sur chacun des partenaires de développement de l’UE pour qu'il traite tous les secteurs et problèmes d’un pays donné. Les partenaires de développement de l’UE peuvent démontrer de façon crédible qu’ils participent à une programmation conjointe unifiée qui, par une division du travail, garantit que tous les secteurs et problèmes pertinents sont pris en charge.

Les possibilités d’initiatives conjointes vont se multiplier sur le terrain, puisque les partenaires de développement de l’UE planifient au même moment et pour la même période. Cette situation devrait permettre de réaliser des économies d’échelle et de réduire les frais généraux.

La programmation conjointe peut faire de l’Europe une réalité sur le terrain, en traduisant les politiques et valeurs européennes communes sur des sujets tels que les droits fondamentaux et la bonne gouvernance en des actions ciblées et cohérentes dans les pays partenaires.

Contexte et engagements internationaux

Le traité de Lisbonne de l'UE a promis plus de collaboration entre les pays de l’UE, y compris en ce qui concerne la politique d’aide au développement. La programmation conjointe est un des principaux engagements pris par les pays de l’UE qui coopèrent dans le domaine du développement pour veiller à l’efficacité de l’aide. Elle est inscrite dans le consensus européen pour le développement de 2017 et occupe une place importante dans le programme pour le changement, la politique globale de développement de l’UE de 2012.

Tous ces engagements figurent dans les conclusions du Conseil de l’UE de novembre 2011, qui déterminent l’orientation stratégique générale pour l’UE et les États membres.