Déterminants sociaux et inégalités en matière de santé

La santé des migrants

L’agenda européen en matière de migration présente les mesures prises par l'UE en réponse à la crise migratoire. En 2015 et 2016, l’UE a alloué plus de 10 milliards d’euros pour y faire face.

Propositions de réforme de la législation européenne

En juin 2016, la Commission a adopté un plan d’action en faveur de l'intégration des migrants originaires de pays non membres de l’UE, qui contient plusieurs propositions dans le domaine de la santé, ainsi qu'une réforme de la directive «carte bleue» visant à attirer et retenir des ressortissants de pays non membres hautement qualifiés, y compris des professionnels de la santé. La proposition permet également aux réfugiés de demander une carte bleue européenne.

En juillet 2016, la Commission a approuvé des propositions visant à réformer le régime d’asile européen commun, dont trois initiatives relatives à la santé des migrants:

  • le règlement sur les procédures d’asile;
  • le règlement sur les qualifications;
  • la directive relative aux conditions d’accueil.

Soins de santé

La première priorité de la Commission est de soutenir les pays qui accueillent un nombre élevé de migrants. La plupart des migrants sont en bonne santé lorsqu’ils arrivent dans l’UE, mais ils peuvent avoir été affectés par leurs conditions de voyage et des événements survenus avant leur départ. Ils peuvent souffrir d'épuisement, de déshydratation ou du froid, et présenter un état de grande détresse. À cela s'ajoutent des conditions de vie inadaptées, des modes de vie néfastes pour la santé ou des maladies chroniques qui peuvent avoir des incidences sur leur santé physique et mentale.

  • Que fait l’UE pour aider les migrants? L'Union européenne apporte une aide financière pour améliorer les soins apportés aux migrants vulnérables, les intégrer dans les systèmes de santé nationaux et former des professionnels de la santé.
  • Elle aide les pays membres confrontés à des niveaux de migrations particulièrement élevés à répondre aux besoins en matière de santé et encourage le partage de bonnes pratiques en matière de modèles de soins de santé.
  • Elle coordonne les actions par l'intermédiaire du comité de sécurité sanitaire
    • en centralisant les demandes de vaccins et d’autres fournitures médicales provenant des pays de l’UE les plus touchés, afin que d’autres pays membres puissent apporter leur contribution;
    • en améliorant la surveillance des maladies transmissibles via le système d’alerte précoce et de réaction
    • en reliant les points de contact nationaux chargés de la santé avec ceux chargés de la protection civile et de l'asile, des migrations et de l'intégration.
  • Elle collabore avec le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies, l’Organisation mondiale de la santé et l’Organisation internationale pour les migrations, afin de mieux définir et traiter les besoins des pays de l’UE et des réfugiés.
  • Elle prépare des programmes de formation pour les professionnels de la santé, afin de les aider à se familiariser avec des maladies qu’ils connaissent peu et de leur donner des informations sur la culture et les besoins spécifiques des personnes arrivant en Europe.
  • Elle a élaboré un dossier médical personnel, accompagné d’un manuel destiné aux professionnels de la santé, afin de les aider à reconstituer les antécédents médicaux des migrants et des réfugiés et à déterminer leurs besoins immédiats.

Préparation de projets

Depuis 2003, l’UE s’emploie à réduire les inégalités en matière de santé, y compris en ce qui concerne les questions liées à la santé des migrants. Elle a réalisé des projets afin d'évaluer les disparités en matière de santé et d’accès aux soins et de faciliter l'intégration des migrants dans les systèmes de santé nationaux.