Envoyer à un ami
RSS
google +
Version imprimable

par Davide Lecchini, attaché à la santé et à la sécurité des produits alimentaires et pharmaceutiques à la représentation permanente de l’Italie auprès de l’Union européenne

par Davide Lecchini, attaché à la santé et à la sécurité des produits alimentaires et pharmaceutiques à la représentation permanente de l’Italie auprès de l’Union européenne

La conférence ministérielle sur la santé dans le bassin méditerranéen organisée cette semaine par la présidence italienne a mis l'accent sur les questions de santé publique pour lesquelles une coopération entre l’UE et d'autres pays de la région est essentielle. 

Durant ces derniers mois, l’épidémie d’Ebola et la résurgence de la poliomyélite et du coronavirus du syndrome respiratoire du Moyen-Orient ont rappelé au monde que les problèmes de santé ne s’arrêtaient pas aux frontières.

En cas de menaces transfrontières graves telles que celles évoquées ci-dessus, le règlement sanitaire international (RSI) de l’OMS fournit un cadre juridiquement contraignant pour coordonner et gérer les événements susceptibles de représenter une «urgence de santé publique de portée internationale».

L'Union européenne dispose de son côté d'un instrument juridique pour coordonner les actions sur son territoire: la décision de la Commission relative aux menaces transfrontières graves pour la santé, qui est entrée en vigueur en décembre 2013.  Cette décision permet également de partager des informations par l’intermédiaire du système d’alerte précoce et de réaction rapide et de collaborer dans le domaine de de l'évaluation, de la gestion et de la communication des risques.

La coopération avec les pays méditerranéens est déterminante à cet égard, par exemple en ce qui concerne les études sur la résistance aux agents antimicrobiens, l'élargissement de notre expérience en matière de surveillance et de travaux de laboratoire, ou le réexamen et le renforcement des programmes de vaccination communs. 

Les pays européens et méditerranéens sont confrontés, à des degrés divers, à des problèmes sanitaires communs, parmi lesquels les maladies chroniques dues d'un côté à une mauvaise alimentation et à l'inactivité physique et, de l'autre, à des carences alimentaires.

Heureusement pour nous, un grand nombre d’ingrédients traditionnels, de modes de cuisson et de régimes alimentaires existant dans nos pays sont bons pour la santé. Beaucoup de ces régimes se caractérisent par une consommation élevée de fruits, de légumes et de poisson et privilégient les produits laitiers à faible teneur en matières grasses, les céréales complètes, la volaille et la viande maigre et les huiles végétales plutôt que les graisses solides.

C'est en suivant ces bons exemples et en améliorant l'accès à une alimentation saine que nous pouvons donner à nos enfants un meilleur départ dans la vie. Une alimentation saine permettra de préserver la santé, la croissance et le potentiel des jeunes, en Europe et dans le bassin méditerranéen.

La santé des migrants constitue un défi commun supplémentaire pour les États membres et les pays méditerranéens régulièrement confrontés à des flux importants et imprévus de migrants, de réfugiés et de demandeurs d’asile, dont beaucoup ont des besoins sanitaires particuliers. Ce troisième problème représente un lourd fardeau que nous ne pouvons pas sous-estimer et qui devrait être traité de manière conjointe, en mobilisant les ressources nécessaires au sein d'un cadre commun. La détérioration de la santé, ainsi que les morts et les souffrances inutiles provoquées par les troubles qui agitent diverses zones de la région, représentent nos principaux ennemis communs. Nous devons définir des stratégies conjointes pour les combattre et surmonter les risques qu’ils représentent pour nos sociétés.

Cette conférence marque un important pas en avant. Elle permettra de renforcer la coopération et d'améliorer les échanges d’informations et de bonnes pratiques pour que nous puissions mieux relever ces défis.    

Coopération en matière de santé dans la région méditerranéenne

En savoir plus