Envoyer à un ami
RSS
google +
Version imprimable

Par Maddalena Illario, MD, PhD, université et hôpital Federico II, Naples

Par Maddalena Illario, MD, PhD, université et hôpital Federico II, Naples

Le partenariat européen d’innovation pour un vieillissement actif et en bonne santé a redéfini notre perception du vieillissement. Désormais, nous sommes davantage conscients que les choix de mode de vie que nous faisons aujourd’hui influenceront considérablement notre qualité de vie demain.

En Campanie, le partenariat a été lancé à l'automne 2012: jusque-là, seuls les médecins et les gériatres s'intéressaient aux questions liées au vieillissement. Les acteurs régionaux se préoccupaient peu du poids que représente une population vieillissante ou des possibilités de considérer ce phénomène non seulement comme une charge, mais aussi comme une chance pour la société. 

Le partenariat a offert un nouveau milieu expérimental qui soutient les échanges entre les partenaires sur un pied d'égalité, sans que les échecs ou les succès passés exercent une quelconque influence. Grâce aux recommandations de l’UE, nous avons pu concentrer nos efforts sur les activités en cours qui pouvaient être renforcées pour contribuer de manière durable au vieillissement actif et en bonne santé. Le «Campus de la santé» illustre bien cette démarche: créé par le secteur non marchand, il prône une surveillance de la population et l'application de mesures préventives simples pour détecter des épidémies silencieuses, comme l'ostéoporose ou l'ostéopénie.

Par son dynamisme, la communauté internationale qui constitue le partenariat a permis d'améliorer nos pratiques, et nous avons la volonté de réduire les différences régionales par une collaboration plus étroite. Notre participation à certains projets avec les Pays-Bas et l’Écosse, par exemple, nous a beaucoup appris sur les outils et les services que ces pays ont élaborés. Nous avons aussi pris part au réseau de sites de référence promu par l’Irlande du Nord. En outre, le fait que nous formions une équipe internationale nous permet de recevoir des fonds de l’UE.

Nous avons également collaboré étroitement avec les autres sites de référence italiens pour établir un réseau national plus performant.

Au début, nous nous demandions pourquoi la Commission souhaitait associer des responsables politiques à cette action. Puis nous avons compris que l'UE voulait sensibiliser tous les niveaux politiques et administratifs à la question du vieillissement en bonne santé. Cette stratégie s’est révélée essentielle dans notre région, car elle nous a permis d'abandonner d'anciennes politiques inefficaces et de soutenir des stratégies innovantes.

Et ce n’est qu'un début. Nous avons encore un long chemin à parcourir, mais le partenariat européen d’innovation pour un vieillissement actif et en bonne santé nous permettra d'atteindre nos objectifs plus facilement et rapidement en nous aidant à améliorer nos activités et à les mettre en œuvre dans d’autres contextes, dans l’intérêt de tous les Européens.