Représentation en France

/france/file/2-eych-photo-ie-intangible-cultural-heritagedance2jpg_fr2.-eych-photo-from-ie_-intangible-cultural-heritage_dance2.jpg

Erasmus pour les artistes ?
Copyright EC

Pour la première fois, l’UE finance une mobilité internationale des artistes et des professionnels de la culture. i-Portunus est un nouveau projet financé par le programme Creative Europe. Il testera les modalités selon lesquelles la mobilité des artistes peut être incluse en tant qu'action permanente du prochain programme Europe créative, 2021-2027.

23/04/2019

Soutenir la mobilité des artistes

D'ici à septembre, artistes et professionnels de la culture sont invités à postuler à une offre de mobilité internationale inédite, qui ne demande qu'à se renouveler d'année en année

Pour cette année pilote, le panel se restreint aux arts du spectacle et arts visuels (audiovisuel exclus). Plus de 40 pays participent au projet. Environ 500 chanceux seront sélectionnés pour des séjours de 15 à 85 jours.

Ces mobilités devront avoir un objectif bien défini, tel que développer une collaboration internationale, s'engager dans une résidence axée sur la production ou dans le développement professionnel, présenter des travaux dans un autre pays ou développer des projets avec les communautés locales du pays de destination.

Les candidats intéressés peuvent poser leurs questions dans n’importe quelle langue du programme Europe Creative à info@i-portunus.eu. En revanche, pendant cette phase d’essai, les candidatures ne peuvent être soumises qu’en anglais. Date limite de  dépôt : 15 mai 2019.

Plus de détails sur www.i-portunus.eu

i-Portunus est mis en œuvre pour le compte de la Commission européenne par Goethe Institut, Institut Français, Izolyatsia,et Nida Art Colony of Vilnius Academy of Arts.

 

/france/file/socialmediajpeg_frsocial_media.jpeg

Code de pratique contre la désinformation: la Commission se félicite de l’engagement des plateformes en ligne dans la perspective des élections européennes
Source Pixabay

Aujourd’hui, la Commission européenne a publié les derniers rapports présentés par Facebook, Google et Twitter, qui couvrent les progrès réalisés en mars 2019 pour lutter contre la désinformation.

23/04/2019

Code de bonnes pratiques européen

Les trois plateformes en ligne sont signataires du code de bonnes pratiques contre la désinformation [en anglais] et se sont engagées à rendre compte mensuellement de leurs actions dans la perspective des élections au Parlement européen de mai 2019.

M. Andrus Ansip, vice-président pour le marché unique numérique, Mme Věra Jourová, commissaire pour la justice, les consommateurs et l’égalité des genres, M. Julian King, commissaire pour l’union de la sécurité, et Mme Mariya Gabriel, commissaire pour l’économie et la société numériques, se sont félicités des progrès accomplis dans une déclaration commune:

«Nous apprécions les efforts déployés par Facebook, Google et Twitter pour accroître la transparence dans la perspective des élections européennes. Nous nous félicitons que ces trois plateformes aient pris des mesures supplémentaires pour remplir leurs engagements au titre du code. Elles ont commencé à étiqueter les publicités politiques sur leurs plateformes. Facebook et Twitter ont rendu accessibles au public des bibliothèques de publicité politique. La bibliothèque de Google est en phase de test. Cela offre au public une plus grande transparence autour des publicités politiques.

Toutefois, d’autres améliorations techniques, ainsi que le partage de la méthodologie et de séries de données relatives aux faux comptes, sont nécessaires pour permettre aux experts extérieurs, aux vérificateurs de faits et aux chercheurs de réaliser une évaluation indépendante. Dans le même temps, il est regrettable que Google et Twitter n’aient pas encore fait état de nouveaux progrès en ce qui concerne la transparence de la publicité thématique, c’est-à-dire les questions qui sont sources de débats importants lors des élections. Nous sommes heureux de constater que la collaboration prévue par le code de bonnes pratiques a encouragé Facebook, Google et Twitter à prendre de nouvelles mesures pour garantir l’intégrité de leurs services et lutter contre les robots malveillants et les faux comptes. Nous saluons notamment le fait que Google renforce sa coopération avec les organisations et les réseaux de vérification des faits.

En outre, les trois plateformes ont lancé des initiatives visant à promouvoir l’éducation aux médias et à dispenser des formations aux journalistes et au personnel de campagne. Les mesures volontaires prises par les plateformes représentent un pas en avant pour soutenir la tenue d’élections transparentes et inclusives et mieux protéger nos processus démocratiques de la manipulation, mais il reste encore beaucoup à faire. Nous espérons que les prochains rapports d’avril montreront de nouveaux progrès dans la perspective des élections européennes.»  

Pour en savoir plus :

De plus amples informations sur les derniers rapports établis par les plateformes en ligne sont disponibles ici [en anglais]

/france/file/exhaust-5177991920jpg_frexhaust-517799_1920.jpg

Mobilité propre: nouvelles normes d’émission de CO2 pour les voitures et les camionnettes
Source Pixabay

Le Conseil des ministres a approuvé aujourd’hui les normes d’émission de CO2 pour les voitures particulières et les camionnettes neuves dans l’UE pour la période postérieure à 2020. En 2030, les émissions des voitures neuves devront être inférieures de 37,5% et celles des camionnettes de 31% à celles de 2021. 

15/04/2019

Des normes pour respecter les engagements de la COP21

L’accord conclu aujourd’hui confirme le vote du Parlement européen du 27 mars et finalise l’adoption formelle de nouvelles règles qui contribueront à la décarbonation et à la modernisation du secteur européen de la mobilité. Les nouvelles normes en matière de CO2 constituent une étape importante vers une économie neutre sur le plan climatique, conformément aux engagements pris par l’UE dans l’accord de Paris et dans le cadre de la mise en œuvre de l’union de l’énergie.

M. Miguel Arias Cañete, commissaire chargé de l’action pour le climat et de l’énergie, a déclaré à ce propos: «L’adoption de la législation établissant de nouvelles normes d’émission de CO2 pour les voitures et les camionnettes est une avancée importante. Nous mettons ainsi le secteur des transports sur la bonne voie pour une mobilité propre, aidant l’industrie européenne à se moderniser et à renforcer sa position concurrentielle sur la scène internationale.»

L’approbation par le Parlement européen et le Conseil des ministres sera suivie de la publication des textes au Journal officiel de l’Union. La nouvelle législation entrera en vigueur 20 jours après sa publication.

En savoir plus : 

De plus amples informations sur le train de mesures «Mobilité propre» [en anglais].

/france/file/d4ltysrxsaanmicpng_frd4ltysrxsaanmic.png

Dernière étape franchie pour la réforme du droit d'auteur: la Commission se félicite de l'accord au Conseil sur de nouvelles règles adaptées à l'ère numérique
Copyright EC

Le Conseil de l'Union européenne a donné aujourd'hui son feu vert à la nouvelle directive sur le droit d'auteur, qui apportera des avantages concrets aux citoyens, aux secteurs de la création, à la presse, aux chercheurs, aux éducateurs et aux institutions en charge du patrimoine culturel.

15/04/2019

Des règles adaptées à l'ère du numérique

La réforme permettra d'adapter les règles du droit d'auteur au monde actuel, où les services de streaming de musique, les plateformes de vidéo à la demande, les agrégateurs d'informations et les plateformes dont le contenu est directement téléchargé par les utilisateurs sont devenus les principaux points d'accès aux œuvres créatives et aux articles de presse.

Cette nouvelle directive a été proposée par la Commission en septembre 2016 et votée par le Parlement européen en mars 2019.

Le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, a déclaré: « Avec l'accord d'aujourd'hui, nous adaptons les règles du droit d'auteur à l'ère numérique. L'Europe aura désormais des règles claires garantissant une rémunération équitable aux créateurs, des droits renforcés pour les utilisateurs et une responsabilité accrue pour les plateformes. La réforme du droit d'auteur est la pièce manquante du puzzle pour finaliser la mise en place du marché unique numérique européen cohérent et complet. »

Après publication au Journal officiel de l'UE, les États membres disposeront de 24 mois pour transposer la directive dans le droit national. La cérémonie de signature officielle des nouvelles règles sur le droit d'auteur, ainsi que des nouvelles règles facilitant l'accès transfrontalier aux contenus télévisés et radiophoniques en ligne - également adoptées aujourd'hui par les États membres -, aura lieu le mercredi 17 avril au Parlement européen, à Strasbourg. 

Pour en savoir plus : 

Pour plus d'informations, consultez notre communiqué de presse et nos Questions - réponses

/france/file/visueljpg-0_frvisuel.jpg

Plan Juncker: presque 393 milliards d’euros d’investissements mobilisés dans toute l’Europe
Copyright EC

Les dernières statistiques sur le Plan d'investissement pour l'Europe, dit "Plan Juncker", ont été publiées. Elles révèlent le succès de cette initiative, avec près de 400 milliards d'euros d'investissements mobilisés à travers l'Union européenne. 

12/04/2019

945 000 PME bénéficiaires

Le Fonds européen pour les investissements stratégiques (FEIS), qui est au cœur du plan Juncker, a mobilisé presque 393 milliards d’euros d’investissements, selon les chiffres d’avril de la Banque européenne d’investissement (BEI) — le partenaire stratégique de la Commission pour le plan d’investissement pour l’Europe. Jusqu’à présent, les opérations approuvées au titre du FEIS représentent un volume total de financement de 72,8 milliards d’euros dans tous les États membres. La BEI a approuvé 524 projets d’infrastructure financés par le FEIS pour un montant de 53,8 milliards d’euros, ce qui devrait générer 246,6 milliards d’euros d’investissements supplémentaires. Le Fonds européen d’investissement, qui fait partie du groupe BEI, a approuvé 554 conventions de financement pour des petites et moyennes entreprises d'un montant de 19 milliards d’euros, ce qui devrait générer 146 milliards d’euros d’investissements supplémentaires et bénéficier à 945 000 entreprises.

Pour en savoir plus 

Le Plan d'investissement pour l'Europe (ou "Plan Juncker")

/france/file/d3yt4y0xsaatedzjpg_frd3yt4y0xsaatedz.jpg

Des scientifiques financés par l'UE dévoilent la toute première image d'un trou noir
Copyright Event Horizon Telescope

Aujourd'hui, la Commission dévoile la toute première image d'un trou noir capturée par Event Horizon Telescope, une collaboration scientifique mondiale associant des scientifiques financés par l'UE. En fournissant des preuves visuelles de l'existence des trous noirs, cet événement majeur repousse les limites de la science moderne.

10/04/2019

Les premières images d'un trou noir de l'histoire

La toute première observation d'un trou noir est le résultat de la collaboration internationale de grande envergure dans le domaine de la recherche, intitulée Event Horizon Telescope (EHT), dans laquelle des chercheurs bénéficiant de financements de l'UE ont joué un rôle déterminant. Cette avancée scientifique majeure marque un tournant dans notre compréhension des trous noirs, confirme la prédiction d'Albert Einstein dans sa théorie de la relativité générale et ouvre de nouvelles perspectives d'étude sur l'univers. La première image d'un trou noir capturée a été dévoilée à l'occasion de six conférences de presse organisées simultanément dans le monde entier aujourd'hui.

M. Carlos Moedas, commissaire européen chargé de la recherche, de la science et de l'innovation, a déclaré à ce propos: «Souvent, la fiction inspire la science et les trous noirs ont longtemps nourri nos rêves et alimenté notre curiosité. Aujourd'hui, grâce à la contribution de scientifiques européens, l'existence de trous noirs n'est plus un concept purement théorique. Cette découverte extraordinaire prouve, une fois encore, qu'une collaboration avec des partenaires du monde entier peut déboucher sur des résultats incroyables et élargir le champ de nos connaissances»

Le professeur Jean-Pierre Bourguignon, président du Conseil européen de la recherche (CER), a renchéri: «Je félicite les scientifiques du monde entier qui ont permis cette découverte stimulante et ont ainsi repoussé les frontières de nos connaissances. Je me réjouis en particulier que des scientifiques financés par le Conseil européen de la recherche aient contribué de manière décisive à cette avancée. L'approche audacieuse de l'Union européenne en matière de financement de ce type de recherche fondamentale et révolutionnaire aboutit une nouvelle fois à une réussite. Elle confirme l'objectif du CER de financer des recherches à haut risque et à bénéfices élevés.» Le financement de l'UE apporté à EHT par l'intermédiaire du Conseil européen de la recherche a été déterminant. L'UE a notamment soutenu financièrement trois des scientifiques chefs de file et leurs équipes associés à la découverte, ainsi que la mise au point et la modernisation du réseau de grands télescopes indispensable à la réussite du projet. Les résultats obtenus aujourd'hui viennent s'ajouter aux nombreuses réalisations issues des programmes de financement de la recherche et de l'innovation de l'UE, à savoir Horizon 2020 et les programmes-cadres qui l'ont précédé. En s'appuyant sur ce succès, la Commission a proposé Horizon Europe, le programme de l'UE le plus ambitieux à ce jour, qui permettra à l'UE de rester à l'avantgarde de la recherche et de l'innovation mondiales.

Contexte

Les trous noirs sont des objets cosmiques extrêmement comprimés, contenant une masse énorme dans une région très limitée. La présence d'un trou noir produit des effets extrêmes sur son environnement en causant des courbures de l'espace-temps et en chauffant à des températures considérables toute matière qui y tombe. L'image capturée montre le trou noir au centre de Messier 87, une galaxie massive dans la constellation de Virgo. Le trou noir est situé à 55 millions d'années de lumière de la Terre et sa masse est 6,5 milliards de fois supérieure à celle du Soleil. Pour pouvoir observer directement l'environnement immédiat d'un trou noir, Event Horizon Telescope a entrepris de perfectionner et de connecter en réseau huit télescopes répartis dans le monde, situés dans des lieux isolés en haute altitude, notamment dans la Sierra Nevada en Espagne, sur des volcans à Hawaï et au Mexique, dans les montagnes d'Arizona, dans le désert chilien de l'Atacama et en Antarctique. Plus de 200 chercheurs d'Europe, d'Amérique et d'Asie de l'Est participent à cette opération internationale de grande envergure.

Les scientifiques associés au projet collaboratif EHT ont bénéficié d'une aide financière du Conseil européen de la recherche de l'UE au titre des projets suivants relevant du programme Horizon 2020 et du 7e programme-cadre de l'UE : le projet BlackHoleCam, doté de 14 millions d'euros, dont l'objectif est de capturer l'image d'un trou noir et de mesurer et comprendre les trous noirs. Ce projet, lancé en 2014 pour une période de six ans, est mené par trois scientifiques principaux et leurs équipes; il s'agit des professeurs Heino Falcke, de l'Université Radboud de Nimègue (également président du conseil scientifique d'EHT), Michael Kramer de l'Institut Max-Planck de radioastronomie, et Luciano Rezzolla, de l'université Johann Wolfgang Goethe de Francfort sur le Main;

- le projet RadioNet, qui soutient un consortium regroupant 27 instituts en Europe, en République de Corée et en Afrique du Sud dont l'objectif est l'intégration d'infrastructures de classe mondiale pour la recherche en radioastronomie. Ces infrastructures comprennent des radiotélescopes, des réseaux de télescopes, des archives de données et le réseau européen pour l'interférométrie à très longue base (European Network for Very Long Baseline Interferometry - EVN) qui opère au niveau mondial. Le projet est coordonné par l'Institut Max-Planck de radioastronomie. Au cours des 15 dernières années, l'UE a investi 30,3 millions d'euros dans RadioNet.

Créé par l'UE en 2007, le Conseil européen de la recherche est la première organisation européenne de financement pour la recherche exploratoire d'excellence. Chaque année, il sélectionne et subventionne les chercheurs les plus brillants et les plus créatifs de toutes nationalités et de tous âges pour la réalisation de projets basés en Europe. Il propose quatre grands programmes de subvention: la «subvention de démarrage», la «subvention de consolidation», la «subvention pour chercheurs expérimentés» et la «subvention de synergie». Dans le cadre d'un programme de subvention supplémentaire, intitulé «validation de concept», le CER aide les bénéficiaires à combler les lacunes en matière de financement entre la recherche de pointe et les premières phases de la commercialisation.

Pour en savoir plus 

Photos et vidéos du trou noir sur le portail audiovisuel de la Commission

Communiqué de presse de Event Horizon Telescope

Conférence de presse de la Commission européenne sur Europe by Satellite

Conférence de presse de la Commission européenne sur EUtube

Suivez l'événement sur FacebookInstagram et Twitter en utilisant le hashtag #RealBlackHole

Actualité du Conseil européen de la recherche

/france/file/p039092-147522jpg_frp039092-147522.jpg

L'Europe dans ma ville – 1e escale : Abbeville
Copyright EC

Soucieuse de toucher les habitants des villes de petite et moyenne taille, la Commission européenne organise 2 jours de rencontre à Abbeville, en Picardie, les 26 et 27 avril.

Date: 
26/04/2019 - 10:00 - 27/04/2019 - 17:00

L'Europe à l'honneur ! 

Au programme, un village européen qui mettra à l'honneur l'environnement, les produits régionaux, la jeunesse, la protection civile et les élections européennes.

Les deux journées seront rythmées par une série d'animations : jeux de piste, blind test, réalité virtuelle et projections au cinéma le Rex (les Prix Lux Sami et Woman at War). Le clou du spectacle ? L'avant-première le vendredi 26 avril des deux derniers courts-métrages de la campagne EU&Me qui sera suivie d'un débat sur les valeurs de l'Union Européenne. Quant au samedi 27 avril, la troupe des Têtes de l'Art sera aussi de la partie pour une double représentation de l'Europe à la Barre. Venez nombreux !

/france/file/p030749000601-684215jpg_frp030749000601-684215.jpg

Brexit : l’UE est prête à soutenir les agriculteurs européens en cas de sortie sans accord
Copyright EC

Bien que l’accord de retrait négocié entre l’Union européenne et le Royaume-Uni reste le meilleur résultat possible, l’UE est prête pour une éventuelle sortie sans accord ou «no-deal» dans le domaine de l’agriculture. L’objectif de l'UE reste la protection de l’agriculture et des intérêts agricoles des citoyens de l’UE.

08/04/2019

Des outils prêts à être activés

La politique agricole commune dispose d’outils qui peuvent être activés en cas de perturbations du marché et peuvent servir de filets de sécurité, tels que l’intervention publique, le stockage privé, la prévention des crises et la gestion des risques. Par le passé, la Commission européenne a déjà utilisé ces mesures, ainsi que des aides d’État, par exemple au cours de la période 2014-2016 [en anglais], pour remédier aux déséquilibres du marché et aider les agriculteurs qui rencontraient des difficultés de trésorerie à court terme.

Lors d’une conférence de presse aujourd’hui à Bruxelles, M. Phil Hogan, commissaire chargé de l’agriculture, a déclaré à ce propos: «Aujourd’hui, en cas de sortie sans accord, nous pouvons affirmer avec certitude que certains marchés agricoles seront perturbés de manière significative. Forts de ce constat, nous sommes parvenus à la conclusion que la Commission européenne a l’obligation d’intervenir et qu'elle le fera. L’avantage d'une intervention précoce est non seulement de fournir une aide aux agriculteurs, mais aussi de donner confiance au marché, en démontrant l’engagement de la Commission en faveur du secteur agroalimentaire. Je vous rappelle que la Commission dispose d'une grande expérience dans le déploiement de mesures de soutien au marché à l'occasion de perturbations significatives.» La Commission a également publié aujourd’hui, dans sa base de données sur l’accès aux marchés [en anglais], des informations détaillées sur les règles que le Royaume-Uni appliquerait sur ses importations en provenance de l’UE en cas de sortie sans accord. Il s'agit d'informations mises à la disposition du public par les autorités du Royaume-Uni. La base de données contient des informations pour 121 pays et, à partir d'aujourd'hui, elle fournit également le même niveau d’information pour les exportations vers le Royaume-Uni que pour les exportations vers d’autres partenaires commerciaux de l’UE, tels que les États-Unis ou la Chine.

Pour en savoir plus

De plus amples informations sur le commerce agroalimentaire entre l’UE et le Royaume-Uni et la planification des mesures d’urgence dans le domaine de l’agriculture sont disponibles ici [en anglais]

/france/file/p030975002901-223991jpg_frp030975002901-223991.jpg

Intelligence artificielle: la Commission franchit une étape dans ses travaux sur les lignes directrices en matière d'éthique
Copyright EC

La Commission présente aujourd'hui les prochaines étapes en vue d'instaurer la confiance dans l'intelligence artificielle en poussant de l'avant les travaux du groupe d'experts de haut niveau.

08/04/2019

Encadrer le développement de l'IA

En s'appuyant sur les travaux d'experts indépendants désignés en juin 2018, la Commission lance aujourd'hui une phase pilote afin de faire en sorte que les lignes directrices en matière éthique pour le développement de l'intelligence artificielle (IA) puissent être mises en œuvre dans la pratique. La Commission invite l'industrie, les instituts de recherche et les autorités publiques à tester la liste d'évaluation détaillée élaborée par le groupe d'experts de haut niveau, qui complète les lignes directrices.

Les projets présentés aujourd'hui constituent un résultat attendu de la stratégie sur l'IA d'avril 2018, qui a pour objectif d'augmenter les investissements publics et privés de manière à ce qu'ils atteignent au moins 20 milliards d'euros par an au cours de la prochaine décennie, ce qui permettra d'accroître le volume des données disponibles, de favoriser les talents et de garantir la confiance.

Andrus Ansip, vice-président pour le marché unique numérique, s'est exprimé en ces termes: «Je salue le travail accompli par nos experts indépendants. La dimension éthique de l'IA ne constitue ni un luxe superflu, ni un simple complément accessoire. Seule la confiance peut permettre à notre société de tirer pleinement parti des technologies. La proposition relative à l'IA éthique est une proposition gagnant-gagnant qui peut devenir un avantage concurrentiel pour l'Europe, en lui permettant de devenir le chef de file d'une IA axée sur le facteur humain, en laquelle les citoyens ont confiance».

Mariya Gabriel, commissaire chargée de l'économie et de la société numériques, a fait la déclaration suivante: «Aujourd'hui, nous avons franchi une étape importante sur la voie d'une IA éthique et sûre dans l'UE. Nous disposons désormais d'une base solide fondée sur les valeurs de l'UE et qui résulte d'un engagement profond et constructif de la part de nombreuses parties prenantes, y compris les entreprises, le monde universitaire et la société civile. Nous allons maintenant mettre ces exigences en pratique et, dans le même temps, favoriser un débat international sur une IA axée sur le facteur humain.»

L'intelligence artificielle (IA) peut s'avérer bénéfique dans un large éventail de secteurs, comme les soins de santé, la consommation énergétique, la sécurité des véhicules, l'agriculture, le changement climatique et la gestion des risques financiers. Elle peut également contribuer à la détection des fraudes et des menaces pesant sur la cybersécurité, et permet aux autorités répressives de lutter plus efficacement contre la criminalité. Toutefois, l'IA fait naître de nouveaux enjeux pour l'avenir du travail et soulève des questions d'ordre juridique et éthique

Une approche en trois étapes 

La Commission a choisi d'adopter une approche en trois étapes: définir les exigences clés pour une IA digne de confiance, lancer une phase pilote à grande échelle pour recueillir les réactions et retours d'informations des parties prenantes, et élaborer un consensus international pour une IA centrée sur l'humain.

1. Sept éléments essentiels pour parvenir à une IA digne de confiance

Une IA digne de confiance devrait respecter toutes les législations et réglementations applicables ainsi qu'une série d'exigences; des listes d'évaluation spécifiques visent à faciliter la vérification du respect de chacune de ces exigences:

  • Facteur humain et contrôle humain: les systèmes d'IA devraient être les vecteurs de sociétés équitables en se mettant au service de l'humain et des droits fondamentaux, sans restreindre ou dévoyer l'autonomie humaine.
  • Robustesse et sécurité: une IA digne de confiance nécessite des algorithmes suffisamment sûrs, fiables et robustes pour gérer les erreurs ou les incohérences dans toutes les phases du cycle de vie des systèmes d'IA.
  • Respect de la vie privée et gouvernance des données: il faut que les citoyens aient la maîtrise totale de leurs données personnelles et que les données les concernant ne soient pas utilisées contre eux à des fins préjudiciables ou discriminatoires.
  • Transparence: la traçabilité des systèmes d'IA doit être assurée.
  • Diversité, non-discrimination et équité: les systèmes d'IA devraient prendre en compte tout l'éventail des capacités, aptitudes et besoins humains, et leur accessibilité devrait être garantie.
  • Bien-être sociétal et environnemental: les systèmes d'IA devraient être utilisés pour soutenir des évolutions sociales positives et renforcer la durabilité et la responsabilité écologique.
  • Responsabilisation: il convient de mettre en place des mécanismes pour garantir la responsabilité à l'égard des systèmes d'IA et de leurs résultats, et de les soumettre à une obligation de rendre des comptes.

2. Processus pilote à grande échelle avec des partenaires

À l'été 2019, la Commission lancera une phase pilote impliquant un large éventail de parties prenantes. À l'heure actuelle déjà, les entreprises, les administrations publiques et les organisations peuvent adhérer à l'Alliance européenne pour l'IA, et elles seront informées du démarrage du processus pilote. En outre, les membres du groupe d'experts de haut niveau sur l'IA aideront à présenter et à expliquer les lignes directrices aux parties prenantes concernées dans les États membres.

3. Élaboration d'un consensus international pour une IA axée sur le facteur humain

La Commission souhaite porter son approche en matière d'IA sur la scène internationale parce que les technologies, les données et les algorithmes ne connaissent pas de frontières. À cette fin, la Commission renforcera sa coopération avec les partenaires partageant les mêmes idées, comme le Japon, le Canada ou Singapour, et continuera à jouer un rôle actif dans les discussions et initiatives internationales, y compris au sein du G7 et du G20. La phase pilote concernera également les entreprises d'autres pays et les organisations internationales.

Les prochaines étapes 

Les membres du groupe d'experts sur l'IA présenteront leurs travaux de manière détaillée durant la troisième Journée du numérique qui se tiendra à Bruxelles le 9 avril. À la suite de la phase pilote, au début de l'année 2020, le groupe d'experts sur l'IA dressera un bilan des listes d'évaluation des exigences clés, en se fondant sur les retours d'informations reçus. En s'appuyant sur ce bilan, la Commission analysera les résultats obtenus et proposera d'éventuelles prochaines étapes.

En outre, afin de garantir le développement éthique de l'IA, d'ici à l'automne 2019, la Commission: lancera un ensemble de réseaux de centres d'excellence en matière d'IA; entamera la création de réseaux de pôles d'innovation numérique; et engagera, avec les États membres et les parties prenantes, des discussions destinées à concevoir et mettre en œuvre un modèle de partage des données et d'utilisation optimale des espaces de données communs.

Contexte

La Commission facilite et favorise la coopération en matière d'IA à travers l'Europe afin de renforcer sa compétitivité et de garantir la confiance fondée sur les valeurs de l'UE. À la suite de la publication de sa stratégie européenne sur l'intelligence artificielle (IA) en avril 2018, la Commission a mis en place le groupe d'experts de haut niveau sur l'IA, composé de 52 experts indépendants représentant le monde universitaire, l'industrie et la société civile. Ce groupe d'experts a publié un premier projet de lignes directrices en matière d'éthique en décembre 2018, à la suite de quoi ont été organisées une consultation des parties prenantes et des réunions avec des représentants des États membres afin de recueillir des réactions et retours d'informations. Ces travaux font suite au plan coordonné élaboré avec les États membres pour favoriser le développement et l'utilisation de l'IA en Europe, qui a été présenté en décembre 2018.
 

Pour en savoir plus

Communication: «Renforcer la confiance dans l'intelligence artificielle axée sur le facteur humain»

Lignes directrices en matière d'éthique pour l'IA

Fiche d'information sur l'intelligence artificielle

Groupe d'experts de haut niveau sur l'intelligence artificielle

Alliance européenne pour l'IA

Intelligence artificielle: une perspective européenne

AI Watch 

Pages

Subscribe to France RSS