Représentation en France

L'Europe coûte plus qu'elle ne rapporte ! Vraiment ? #DecodeursUE

/france/file/bannierefacebookjpg-1_frbanniere_face_book.jpg

En 2016, chaque citoyen de l'Union européenne a versé moins de 85 centimes d'euro par jour au budget de l'UE. Ce budget est de 155 milliards d'euros, soit environ 1 % du PIB des États membres de l'Union européenne. Il bénéficie à des millions d’étudiants, des milliers de chercheurs, des entreprises, des villes, des régions… En mutualisant leurs efforts, les États membres peuvent grâce à l'Union réaliser des économies d'échelle pour des investissements qui ne seraient pas réalisables autrement; le numérique ou les programmes spatiaux tels que Galiléo en sont de beaux exemples !

12/12/2016

/france/file/porte-avionpng_frporte-avion.png

Un budget intelligent et efficace

Le budget de l'UE sert avant tout à faire des économies d'échelle en investissant par exemple dans de grands projets de recherche, de développement ou d'infrastructure, qu'aucun pays seul n'aurait pu porter. Cela a permis à la France de s'inscrire dans des programmes spatiaux d'envergure comme Galileo (le GPS européen) et Copernicus (le programme européen de surveillance de la Terre) ou encore le programme ITER (utilisation de la fusion comme source d'énergie électrique).

Il sert aussi à soutenir la croissance économique et à réduire le chômage.

Un tiers du budget européen est utilisé pour aider les régions en retard de développement et les populations défavorisées, en soutenant les investissements dans les infrastructures de transports et d'énergie, en développant l'économie numérique et locale, en favorisant la formation et le retour à l'emploi. C’est grâce aux fonds structurels comme le FEDER (Fonds européen de développement économique et régional) que chaque foyer d’Auvergne dispose désormais d’un accès au réseau à large bande à haut débit.

Le budget européen est aussi utilisé comme garantie pour mobiliser des financements au service de la modernisation de l'économie européenne. Ainsi, le Plan européen pour l'investissement, dit «Plan Juncker», vise à réaliser 500 milliards d'euros de nouveaux investissements, dans des domaines tels que le numérique ou la transition énergétique. Il devrait permettre la création de 1,3 million d'emplois au cours des prochaines années. En France, en novembre 2016, il avait permis de mobiliser 16 milliards d'euros et a déjà bénéficié à plus de 38 000 PME.

Autre exemple, le programme Erasmus+ favorise la mobilité et contribue ainsi à réduire le chômage des jeunes. Il offre à plus de 4 millions d'Européens la possibilité d'étudier, de se former, d'acquérir une expérience ou de faire du bénévolat à l'étranger. En 2014, près de 73 000 étudiants français ont bénéficié de ce programme.

Le budget de l'UE continue à soutenir massivement l'agriculture et le développement rural. La politique agricole commune (PAC) est l'une des plus anciennes politiques communes de l’UE et continue à représenter une part conséquente du budget de l'UE (40 % du budget de l’Union sont consacrés à l’agriculture, au développement rural et à l’environnement). La France reste la première bénéficiaire de ces aides (cf. ci-dessous).

Enfin le budget européen sert également à financer la lutte contre le terrorisme, la criminalité organisée et l'immigration illégale: en Europe, la lutte contre le terrorisme reste avant tout une compétence nationale, mais les attentats survenus en Europe ont accru la détermination des gouvernements à agir ensemble. Le fonds pour la sécurité intérieure vise d'une part à appuyer la gestion des frontières extérieures et la politique des visas et d'autre part à renforcer la coopération policière. L'Union finance aussi la nouvelle agence de garde-frontières de l’Union européenne. En mutualisant leurs moyens par le biais de cette agence, les États aideront ceux qui se trouvent en première ligne à garder le contrôle de la frontière extérieure commune. Au total, le budget de l'UE pour la sécurité et la citoyenneté (y compris les politiques d'asile et de migration) représente 4 milliards d'euros en 2016.

L'Europe ne coûte pas si cher !

Le budget de l’Union européenne est relativement modeste et bien géré. Il est inférieur au budget annuel de l’Autriche ou de la Belgique, par exemple. En 2016, il s’élève à 155 milliards d’euros, ce qui représente environ 1 % de la richesse annuelle de l’ensemble de l’Union. En comparaison, le budget de la France était de 1 242 milliards d'euros en 2015 (57 % du PIB français). La contribution moyenne des citoyens au budget de l’UE ne s’élève qu’à 85 centimes d’euro environ par jour (moins de la moitié du prix d’une tasse de café !). Il permet pourtant d'agir au service d’un demi-milliard d’Européens dans 28 pays.

94 % du budget de l'UE finance directement des politiques publiques destinées aux citoyens, régions, villes, agriculteurs et entreprises. 6 % du budget seulement est utilisé pour le fonctionnement administratif des institutions européennes.

Et la part de la France dans le budget de l'UE ? Elle contribue plus qu'elle ne reçoit ?

En 2016, la France a contribué à hauteur de 19 milliards d'euros au budget de l'UE (montant en baisse de 4 % par rapport à 2015). La France est par ailleurs un des principaux bénéficiaires du budget de l'UE (en recevant 14,5 milliards d'euros en 2015) dont la plus grande part va à l'agriculture (9 milliards d'euros), ce qui lui permet d'être le premier pays exportateur vers les pays hors UE. D'autres secteurs sont également soutenus par le budget de l'UE: l'éducation, la recherche, l'énergie, l'environnement, etc. Entre 2014 et 2020, la France bénéficiera ainsi de plus de 27 milliards d'euros au titre des différents fonds (FEDER[1], FSE[2], FEADER[3], FEAMP[4]).

La France est un contributeur net au budget de l'UE (c’est-à-dire qu'elle verse plus qu'elle ne reçoit). C'est normal dès lors que la France est le 2ème pays le plus riche de l'UE après l'Allemagne. Pourtant cette situation donne lieu à des critiques: cet argent ne serait-il pas mieux utilisé s'il restait au niveau national ?

L'idée que la construction européenne devrait être un simple jeu arithmétique à somme nulle où ce que les États membres «paient» devrait correspondre à ce qu'ils «reçoivent» est fausse. La coopération et la solidarité entre les pays de l'UE sont source d’investissements et de croissance dont les retombées sont bénéfiques pour tous. L'approche arithmétique fait fi de l'ensemble des bénéfices que les citoyens et les entreprises retirent de l'Union européenne (comme accéder à un marché de plus de 500 millions de consommateurs, travailler, étudier, entreprendre, voyager…).

Lorsqu'une entreprise investit, ce n'est pas la même chose si son marché est de 66 millions d'habitants ou de 500 millions ! Il est important de rappeler que 60 % des exportations françaises se font dans l'UE, ce qui représente environ 3,2 millions d'emplois, et qu'un quart des salariés français travaillent dans une entreprise exportatrice.

Plus d'informations ...

Le budget européen expliqué


[1] Fonds européen de développement régional

[2] Fonds social européen

[3] Fonds européen de développement agricole

[4] Fonds européen pour les affaires maritimes et la pêche