Représentation en France

État de l'Union : la Commission définit une nouvelle mission ambitieuse pour le leadership en matière de calcul à haute performance

/france/file/p044507-865886jpg_frp044507-865886.jpg

la Commission définit une nouvelle mission pour le leadership en matière de calcul haute performance
Copyright EC

La Commission prend aujourd'hui de nouvelles mesures dans le cadre de son programme pour la «décennie numérique» visant à renforcer la souveraineté numérique de l'Europe.

18/09/2020

La Commission prend aujourd'hui de nouvelles mesures dans le cadre de son programme pour la «décennie numérique» visant à renforcer la souveraineté numérique de l'Europe, comme l'a annoncé la présidente Ursula von der Leyen dans son discours sur l'état de l'Union ce mercredi.

La Commission a proposé un nouveau règlement relatif à l'entreprise commune pour le calcul à haute performance européen, afin de maintenir et de renforcer le rôle de premier plan de l'Europe en matière de calcul à haute performance et d'informatique quantique. Il soutiendra des activités de recherche et d'innovation portant sur les nouvelles technologies de calcul à haute performance et sur les systèmes et produits dans ce domaine, et stimulera le développement des compétences nécessaires pour utiliser l'infrastructure et constituer la base d'un écosystème de classe mondiale en Europe. La proposition permettrait d'investir 8 milliards d'euros dans la prochaine génération de supercalculateurs, soit un budget en nette augmentation par rapport au budget actuel.

S'appuyant sur le succès de l'Europe en matière de calcul à haute performance de nouvelle génération, les supercalculateurs joueront un rôle clé dans la trajectoire de reprise en Europe. Le calcul à haute performance a été reconnu comme priorité d'investissement stratégique et soutiendra l'ensemble de la stratégie numérique, de l'analyse des mégadonnées à l'intelligence artificielle en passant par les technologies en nuage et la cybersécurité. En outre, dans une recommandation également adoptée aujourd'hui, la Commission invite les États membres à renforcer la connectivité par réseaux ultrarapides et à élaborer une approche commune pour le déploiement de la 5G.

Margrethe Vestager, vice-présidente exécutive pour une Europe adaptée à l'ère du numérique, a déclaré: «Le calcul à haute performance est une capacité numérique essentielle pour l'Europe. Comme nous en avons été témoins dans la lutte contre la pandémie de COVID-19, les supercalculateurs sont déjà mis à contribution pour rechercher des traitements, identifier et prévoir les schémas de propagation de l'infection, ou éclairer la prise de décision sur les mesures de confinement. Les données, combinées à l'intelligence artificielle et aux supercalculateurs, constituent également un atout majeur pour détecter les grandes caractéristiques des écosystèmes, nous aider à atténuer le changement climatique et à mettre au point des solutions pour éviter les catastrophes et combattre le changement climatique. Notre proposition d'aujourd'hui stimulera une augmentation des investissements dans l'infrastructure de calcul à haute performance, eu égard aux possibilités que celle-ci présente pour améliorer la qualité de vie, stimuler la compétitivité industrielle et faire progresser la science.»

Thierry Breton, commissaire au marché intérieur, a ajouté: «Avec les données et la connectivité, le calcul à haute performance est à la pointe de notre souveraineté numérique, qui nécessite de relever des défis industriels, technologiques et scientifiques. Rester dans la course mondiale à la technologie est une priorité pour l'Europe, et celle-ci dispose à la fois du savoir-faire et de la volonté politique pour jouer un rôle de premier plan. Notre objectif est de parvenir rapidement au prochain standard du calcul à haute performance, avec des ordinateurs exaflopiques – mais aussi et surtout d'intégrer déjà des accélérateurs quantiques pour mettre au point des machines hybrides et positionner l'Europe très tôt sur cette technologie de rupture.»

Le règlement vise à mettre à jour le précédent règlement du Conseil qui a établi l'entreprise commune EuroHPC en octobre 2018. Il permettra à l'Europe de conserver un rôle de premier plan dans la course technologique à la prochaine frontière du calcul à haute performance, notamment en ce qui concerne:

  • les supercalculateurs exaflopiques qui exécuteront plus d'un milliard de milliards (1018) d'opérations par seconde;
  • les ordinateurs quantiques et les ordinateurs hybrides combinant des éléments d'informatique classique et d'informatique quantique, capables d'effectuer des opérations dont aucun supercalculateur n'est capable actuellement.

L'entreprise commune EuroHPC mettra les ressources européennes existantes en matière de calcul à haute performance et d'informatique quantique à la disposition de tous les utilisateurs en Europe, notamment le secteur public et les entreprises, en particulier les PME, quel que soit leur lieu d'implantation. Le nouveau budget est actuellement en négociation. Il bénéficiera du soutien d'Horizon Europe, du programme pour une Europe numérique et du mécanisme pour l'interconnexion en Europe.

Le calcul à haute performance en action

Plus de 800 applications scientifiques, industrielles et du secteur public pourraient avoir recours à cette infrastructure de calcul à haute performance en Europe.

Dans le secteur de la santé, notamment pour la lutte contre la pandémie de COVID-19, les supercalculateurs sont déjà mis à contribution dans la recherche de traitements, la modélisation et les prévisions relatives aux schémas de propagation de l'infection, et pour éclairer la prise de décision sur les mesures de confinement. En juin, le consortium Exscalate4CoV, financé par l'UE, a annoncé que le raloxifène, médicament générique déjà enregistré et utilisé dans le traitement de l'ostéoporose, pourrait se révéler efficace pour les patients atteints de la COVID-19 qui présentent une infection modérément symptomatique. Ce médicament va à présent pouvoir faire l'objet d'essais cliniques et les travaux du projet se poursuivent sur d'autres molécules prometteuses. Les supercalculateurs aideront également les scientifiques européens à mieux comprendre le métabolisme et le système immunitaire humains et entraîneront des progrès notables dans des domaines tels que la génomique, la conception et les essais de nouveaux médicaments, et contribueront à combattre des maladies majeures, dont le cancer et des infections virales.

En outre, l'infrastructure de calcul à haute performance contribuera à la réalisation de l'initiative «Destination Terre» de l'UE, qui permettra d'améliorer sensiblement les prévisions météorologiques, l'aménagement urbain et rural, la gestion des déchets et de l'eau et la modélisation océanographique, marine et du pergélisol. Ces avancées soutiendront la transition écologique, conformément aux objectifs du pacte vert pour l'Europe; elles nous aideront aussi à anticiper et gérer une dégradation de l'environnement et des catastrophes naturelles de grande ampleur.

Prochaines étapes

L'adoption du nouveau règlement relatif à l'entreprise commune pour le calcul à haute performance européen (EuroHPC) va être proposée au Conseil de l'Union européenne. Les préparatifs visant à poursuivre les activités de l'entreprise commune à partir de 2021 sont déjà en cours: par exemple, 20 projets ont été sélectionnés afin de mettre au point des applications et des services de calcul à haute performance innovants.

Contexte

L'entreprise commune EuroHPC a été créée en 2018 pour permettre à l'UE de devenir l'un des premiers acteurs mondiaux du calcul à haute performance, en mettant en commun les ressources de l'UE, des pays participants (32 à ce jour) et de partenaires privés.

Depuis sa création en 2018, l'entreprise commune EuroHPC a pu accroître considérablement les investissements dans le calcul à haute performance au niveau européen, en vue de positionner l'Europe en tant que leader mondial dans ce domaine. Pour la seule période 2019-2020, les investissements publics de l'entreprise commune atteindront environ 1,1 milliard d'euros, soit une augmentation nette de près de 250 millions d'euros par an au niveau européen par rapport à la situation antérieure à 2018.

Grâce à ce financement, l'entreprise commune EuroHPC déploiera d'ici au début de 2021 trois systèmes pré-exaflopiques (capables d'exécuter au moins 1017 calculs par seconde) qui devraient se classer parmi les cinq supercalculateurs les plus puissants au monde, et cinq systèmes pétaflopiques (capables d'exécuter au moins 1015 calculs par seconde), qui figureront dans le top 50. Ces nouvelles machines multiplieront par huit la puissance de calcul à haute performance disponible au niveau européen. Elles élargiront l'offre de calcul à haute performance dans l'UE pour les utilisateurs tant publics que privés, et notamment pour les PME qui ne disposent pas des ressources internes nécessaires pour tirer profit de ces nouvelles technologies.

L'entreprise commune EuroHPC soutient également la création de 33 centres de compétence nationaux qui agiront au niveau local pour faciliter l'accès aux ressources européennes de calcul à haute performance dans différents secteurs industriels, fournir des solutions adaptées à un large éventail d'utilisateurs, notamment les PME et, à terme, renforcer les connaissances et l'expertise européennes dans ces technologies.

Pour en savoir plus

Questions et réponses

Fiche d'information sur l'entreprise commune pour le calcul à haute performance européen

Proposition de règlement

Site web de l'entreprise commune EuroHPC

Discours sur l'état de l'Union

Communiqué de presse sur les principales initiatives de l'état de l'Union 2020

Page web consacrée à l'état de l'Union 2020